Monday, January 30, 2012

La France devrait, selon vos dires, Monsieur Hollande, demander pardon... vous rigolez ou quoi ... !!!reçu par mail pour infos


                                                                                  HOLLANDE  et  l' ALGERIE...
                                                                     
                                          Un peu d'Histoire que diable !

> > > > 
>>

La France devrait, selon vos dires, Monsieur Hollande, demander pardon... vous rigolez ou quoi ... !!!

    
Monsieur Hollande,
La France devrait, selon vos dires « … / / commencer d’abord par reconnaitre et faire repentance pour ces crimes et enfumages qu’elle a perpétrés en Algérie » ! ! !
> > > >  Connaissez-vous vraiment le sujet ?
> > > >  
> > > > Votre propos ressemble, à s’y méprendre, à ceux tenus par un « fruit des urnes » des primaires socialistes, selon lequel il serait temps, je le cite : « que la France présente ses excuses pour les 132 ans de colonialisme en Algérie ! ! ! » 
> > > >  
> > > >  Ce monsieur, pur produit formaté dans l’une des fermes modèles de la fonction publique, …… 
qui avoue ne jamais lire un livre, et donc à fortiori un livre d’histoire, …… n’aura rien de plus urgent à faire après son hypothétique accession à la présidence de la République Française, que d’aller humilier notre pays en allant s’agenouiller devant un homme, …… que Pierre Messmer accusa d’avoir planifié en 1962 le massacre des harkis, …… pour lui demander pardon ! …… 
> > > >  
> > > >  
PARDON DE QUOI, …… ?
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir débarqué en 1830 à Sidi-Ferruch pour chasser le colonisateur ottoman qui affamait depuis plusieurs siècles les ancêtres du mafieux président algérien devant lequel il envisage de se prosterner, pillant leurs maigres biens et les réduisant à la famine et à la maladie ?
Pardon d’avoir libéré les esclaves chrétiens européens, ravis sur les bateaux croisant en Méditerranée, entassés dans des bouges pour satisfaire les bas plaisirs des potentats locaux ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir défriché, drainé, asséché et fertilisé un sol à l’abandon depuis des siècles et d’avoir perdu à l’époque 106 « colons » sur 450, morts de maladie en Mitidja ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir construit des villes modernes là où il n’y avait rien ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir créé une agriculture prospère et exportatrice, alors qu’aujourd’hui l’Algérie doit importer des produits de la terre ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir créé une industrie métallurgique là où il ne se trouvait que des cailloux ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir construit 12 grands barrages ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir implanté un immense réseau de postes et de télécommunication ? …… d’avoir développé l’hôtellerie et le tourisme ? …… d’avoir créé une industrie chimique, développé le gaz et l’électricité ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir installé un réseau ferroviaire considérable et 54000 kilomètres de routes (non compris les pistes) ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir construit 23 ports, 34 phares, 23 aéroports, …… ?

> > > > > 
Pardon d’avoir livré des gisements de gaz et de pétrole, installations d’exploitation comprises, à un pays qui ne s’était jusque là jamais intéressé au Sahara ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir apporté aussi la médecine, les nombreux dispensaires et hôpitaux et d’avoir permis à 2 millions d’autochtones qu’ils étaient en 1872 d’avoir 9 millions de descendants en 1962 ? …… d’avoir éradiqué la peste, le choléra, la variole, le typhus et bien d’autres joyeusetés du même acabit ? 
> > > >  
> > > > Pardon d’avoir apporté l’enseignement ? …… ce qui fit dire à Belkacem Ibazizen, fils d’un instituteur kabyle : « La scolarisation française a fait faire aux Arabes un bon de mille ans ! » ? 
> > > >  
> > > >  
ET PUIS QUOI ENCORE ? 
> > > >  

> > > > Sur un million de Pieds Noirs, 20000 seulement étaient des « colons » dont 40% exploitaient moins de 10 hectares. Les 12000 autres (45000 en comptant leurs familles) ne représentaient que 4,5% du total de la population Pied Noir ! …… Les 95,5% restants étaient des ouvriers, des employés, des techniciens, des fonctionnaires, des commerçants, souvent bien moins payés qu’en métropole ! 
> > > >  
> > > > Si le prétendant socialiste à la magistrature suprême lisait autre chose que des fiches résumées, …… comme par exemple les livres de l’écrivain algérien Boualem Sansal, il pourrait, tout comme vous, découvrir qu’il a écrit : 
> > > >  
> > > > « En un siècle, à force de bras, les colons ont, d’un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux. Seul l’amour pouvait oser pareil défi, … Quarante ans est un temps honnête, ce nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous, qui sommes ses enfants. » 
> > > >  
> > > > C’est également lui qui écrivait déjà avec lucidité :  
> > > > « Trente ans après l’indépendance, nous voilà ruinés, avec plus de nostalgiques que le pays comptait d’habitants et plus de rapetoux qu’il n’abritait de colons. Beaucoup d’Algériens regrettent le départ des Pieds Noirs. S’ils étaient restés, nous aurions peut-être évité cette tragédie. » 
> > > >  
> > > > Il rejoint en cela la journaliste Malika Boussouf qui écrit également :  
> > > > « Si les Pieds Noirs n’étaient pas partis en masse, l’Algérie ne serait peut-être pas dans l’état désastreux dans lequel elle se trouve. » 
> > > >  
> > > > Dans les fiches résumées du prétendant, lui en a-t-on seulement glissé une qui lui aurait permis d’apprendre par exemple, au hasard, que :  
> > > >   ¤ Ferhat Abbas, président de la république algérienne, du temps du G.P.R.A., avait reconnu : 
> > > > > 
> > > > « La France n’a pas colonisé l’Algérie. ELLE L’A FONDÉE. » 
> > > > > 
> > > > ¤ C’est le 14 octobre 1839, et par décision du ministre de la guerre, que le nom ‘’Algérie‘’ fut attribué pour la première fois à cette partie de l’Afrique du Nord. Il n’y a jamais eu auparavant dans l’Histoire de pays ainsi nommé ! 
> > > >  
> > > > Et pour en terminer après cela, qui a dit, cher monsieur Egomis : 
> > > >  
> > > > « Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures. » 
> > > >  
> > > > Vous donnez votre langue au chat monsieur Egomis ? …… c’est l’aïeul spirituel du prétendant, …… Jules Ferry, …… au cours d’un discours tenu devant les députés le 28 juillet 1885, discours transcrit au Journal Officiel. 
> > > >  
> > > > Quels furent les apôtres de l’extension aux « peuples inférieurs » des bienfaits civilisateurs de la France républicaine ? Réponse ………… Victor Hugo, Gambetta, Jaurès. 
> > > >  
> > > > Alors, monsieur Egomis, je vous repose la question : …… PARDON DE QUOI ? 
> > > >  
> > > > Ah oui ! …… des crimes ! 
> > > >  
> > > > Là encore, êtes-vous bien sûr de savoir de quoi vous parlez ?  
> > > > Vous souvient-il de la façon dont débuta la « guerre d’Algérie » le 1er novembre 1954 ? …… par l’assassinat d’un instituteur, Guy Monnerot, dans les gorges de Tighanimine dans les Aurès. C’est glorieux n’est-ce pas ?
Ceux qui prirent la décision de déclencher ce conflit prirent alors TROIS INITIATIVES : 
> > > >  
> > > > ¤ Celle du choix du moment …… un jour de fête religieuse chrétienne,
¤ Celle du choix du théâtre d’action : l’ensemble du territoire des trois DÉPARTEMENTS de notre province algérienne.
¤ Celle du choix des MOYENS ! …… ces gens là choisirent LE TERRORISME, l’ÉGORGEMENT, LES ATTENTATS AVEUGLES, LE PLASTICAGE LÂCHE, LE CRIME GRATUIT, L’ÉMASCULATION, L’ÉNUCLÉATION, …… etc ! 
> > > >  
> > > > Ils n’épargnèrent d’ailleurs pas les peuplades musulmanes fidèles à la France. Elles constituaient d’ailleurs LA MAJORITÉ DES AUTOCHTONES !
Ø  En février 1956, qui choisit finalement la voie de la recherche d’une victoire militaire en Algérie ? Réponse …………. le président du conseil socialiste Guy Mollet.
Ø  Qui donna les pleins pouvoirs au général Massu en janvier 1957, pour mener et gagner la bataille d’Alger ? Réponse ………. le gouverneur général socialiste Robert Lacoste. 
> > > >  
> > > >  
Nous les avons combattus, en leur empruntant parfois leurs propres méthodes [seul moyen de se faire respecter par cette engeance], …… MAIS SANS JAMAIS LES ÉGALER ! …… Ils furent néanmoins militairement vaincus sur le terrain. 
> > > >  
> > > >  
Si De Gaulle n’avait pas été aussi pressé de jeter l’Algérie aux orties en l’abandonnant aux assassins sans foi ni loi du FLN, dépourvus de toute légitimité ainsi que de toute éthique politique et morale, l’indépendance aurait pu s’envisager sous de meilleurs auspices. Beaucoup d’officiers français préparaient les conditions d’un transfert de souveraineté plus serein et plus acceptable pour tout le monde, …… SURTOUT POUR LES ALGÉRIENS ET POUR LES PIEDS NOIRS !…… 
> > > >  
> > > >  
On sait ce qu’il en fut ! 
> > > >  
> > > >   
Le FLN ne respecta pas les accords d’Évian. Il « génocida » les harkis, les moghaznis, les tirailleurs ainsi que bon nombre d’Européens qui eurent la faiblesse de croire en leur humanité.  
> > > >  
Alors que l’ensemble de la classe politique française cesse de se balader avec sa repentance ridicule en bandoulière, avec des états d’âne [*] qui n’ont pas lieu d’être ! 
> > > >  
> > > > 
LA France N’A ABSOLUMENT RIEN A SE FAIRE PARDONNER ! …… RIEN !
> > > >  
> > > >  
[*] non, ce n’est pas une faute d’orthographe

Corsica Libera apporte son soutien à la population de Luri dans son combat pour sauver le bilinguisme à l’école du village : CORSICA LIBERA

Corsica Libera apporte son soutien à la population de Luri dans son combat pour sauver le bilinguisme à l’école du village : CORSICA LIBERA

Saturday, January 28, 2012

Mamma (Antoine Ciosi)

Mamma (Antoine Ciosi)
http://youtu.be/3O9hNg99IDY
O m'a demandé les paroles de "Mamma" chantée par Antoine Ciosi:

A videte sta donna chi falla per u chjassi
Incu à so cabra in manu,sta cabra chjarasgina
Incu à tintenulla a u collu
Quessa hè mamma

Dacchè mi ricordu a vegu sempre listessa
Sempre quella s’hè scritta in lu mio core
Intornu a me, sulli fronte e in l’ochji di a ghjente
Ricunoscu à piaga severa di l’anni chi passanu
Ma nantu u visu di la mio mamma
U tempu corre senza chi a so bellezza cancelli
E chi a so dulcezza si sfiurisca

Ci alluntana a vita e ci porta da mare in là
Ma a premura un s’adurmente
Mamma dà sempre un sguardu sopra l’orizonte
E a sentu sempre vicinu a me .

E in pienu cumbugliu quandu ci vole l’avisu
Superiore di à virtù ghjusta e santa
Mi si pare di dumandà à voce discreta :
Chi dice mamma ?
E mamma consiglia
E mamma cunsola

E quandu a sera in qualchi scornu di cuntinente
O sottu a tutti i cieli di u mondu
Mi si pare di vive altro
E, perche mi ricordu di mente e di sentimenti
versu quella chi fà entre
Sempre, e so parolle in lu mio core
Senza pichjà à l’avanzu
Mamma , sangue e vita meia
Di quale tengu ogni idea
Chi mi rallegra e mi sucorre
Mamma in mè, hè cume un fiore
Chi hè sbucciatu in le mio vene
Per le mio gioie e le mio pene
Mamma



traduction:

Vous voyez cette femme qui descend par le sentier
avec la chèvre, la chèvre rousse
qui a une clochette au cou
cette femme, c'est maman!
Du plus loin que je me rappelle
Je la vois toujours pareille
telle qu'elle est gravée dans mon coeur
Autour de moi,sur le front et dans les yeux des gens
Je reconnais les traces sévères du temps qui passe
Mais sur le visage de ma mère
Le temps coule sans que sa beauté s'efface
et que sa douceur se fane
La vie nous éloigne et nous emmène
de l'autre côté de la mer;
Le souci ne s'endort pas: maman a toujours
un regard vers l'horizon
et je la sens toujours près de moi.
en pleine confusion, lorsqu'il faut décider
et avoir un avis juste et honnête,
Il me semble demander d'une voix discrète:
-" que dirait maman?"
Et maman conseille, et maman console
Quand le soir , dans quelque lieu du continent,
ou sous tous les cieux du monde,j'ai l'impression d'être ailleurs:
par la pensée et par les sentiments.
Il me semble être près de celle qui fait entrer
les paroles dans mon coeur sans frapper à l'avance
Mamam,
maman, mon sang et ma vie
De qui je tiens chaque idée
qui me réjouit et me secourt.
Maman
c'est comme une fleur qui s'est épanouit
dans mes veines
pour mes joies et mes peines .......

MegaUpload : entretien exclusif avec le responsable technique du site fermé par le FBI

MegaUpload : entretien exclusif avec le responsable technique du site fermé par le FBI
la véritable raison de la fermeture de MegaUpload ! Le fric de la concurence !

Thursday, January 19, 2012

Le Haut Centre Corse

Le Haut Centre Corse

I ritratti di a sirata « Natale per i Patriotti » in Aiacciu : CORSICA LIBERA

I ritratti di a sirata « Natale per i Patriotti » in Aiacciu : CORSICA LIBERA

Droit de réponse | COPWATCH Nord - Ile de France

Droit de réponse | COPWATCH Nord - Ile de France
Ceci est le cache Google de https://copwatchnord-idf.org/?q=node/102. Il s'agit d'un instantané de la page telle qu'elle était affichée le 16 janv. 2012 09:12:56 GMT. La page actuelle peut avoir changé depuis cette date. En savoir plus

Droit de réponse

Copwatch: ce qui se dit, ce qu’on en pense !

On a entendu parler de nous sur France Culture [1] où Jean-Marc Manach était interviewé sur la question du copwatch le 29 décembre. Entretemps on a pu lire un certain nombre de commentaires à notre Chronique du 7 janvier. Et du coup ça nous a donné envie de répondre à quelques remarques qu’on entend souvent concernant notre action et pour lesquelles on a envie de donner notre vision personnelle des choses.

Sur la question du « bon flic » à dissocier du « mauvais flic »

On entend souvent comme remarque : « je comprends ce que vous faites mais on ne peut pas mettre tous les flics dans le même panier, y’en a des corrects aussi, des sympas qui sont VRAIMENT au service de la population.

A vrai dire, on a pas envie de rentrer dans ce débat-là, tous les flics ont un préfet au-dessus d’eux qui leur donne des ordres et auxquels ils obéissent, certains à reculons, d’autres à cœur joie, en y ajoutant leur touche personnelle. Ce qu’on montre avant tout c’est le résultat d’une politique sécuritaire qui pousse le flic à faire un sale boulot parce qu’il a des chiffres, des ordres, une hiérarchie, etc. Avec cette logique-là on sait où on va : en 61 ça a fini à la Seine avec des dizaines de corps d’algériens tabassés à mort et jetés à l’eau des ponts de Paris par les « gardiens de l’ordre ».

Autres temps, autres mœurs ? Eh bien on aimerait y croire mais il ne se passe pas une semaine sans qu’on titre un mort, un coma, une bavure grave de la police, et ce sur tout le territoire, pas à un endroit unique, une zone, sous une seule préfecture. Le bon flic on l’a jamais vu tendre la main pour dire à son collègue de se calmer, on a surtout vu des flics s’émuler en groupe et s’exciter en connivence parfaite pour jouer de la matraque. A la limite il y en a un de la bande qui a l’air de se tortiller sur place et qui regarde un peu ailleurs, mais ce qu’on a chaque semaine depuis plusieurs mois dans notre champ de vision, c’est un joli défilé de têtes de flics qui s’en prennent aux pauvres à Barbès et Belleville sans jamais un geste d’hésitation, juste parfois un flottement face à la vanité de leur tâche, quand ça se déroule pas comme prévu.

On a envie de dire que le « bon flic » c’est celui qui ne finit pas son école de police parce qu’il a compris qu’on lui enseignait à sévir, à être garant du pouvoir et non pas gardien de la paix comme c’était écrit noir sur azur dans la brochure de papier glacé qu’il a signée ; c’est celui qui démissionne quand il se rend compte qu’il passe ses journées à faire du chiffre, à traquer des sans-papiers, expulser des squats, réprimer des gens qui manifestent, dire aux gens de ne pas faire de bruit, de ne pas vivre trop fort, de pas faire ceci ou cela parce qu’il y a une loi liberticide qui sort chaque mois, ou simplement de passer des heures à auditionner des gens arrêtés pour tout et n’importe quoi par des collègues en manque d’action.

Bref, sans caricaturer, on n’est pas loin de la réalité qui fait que pas mal de flics se tirent une balle ou se font radier quand ils disent que le STIC est un fichier abusif qui contrevient aux libertés (l’affaire du Commandant Philippe Pichon en 2008). Restent les mauvais flics, les frustrés qui se sont fait une raison, les nerveux qui ont une vision bourrée de préjugés sur ce que devrait être la société et qui insultent à gogo, les fachos qui cognent parce que ça évite les récidives, les pâlots qui suivent parce que les ordres c’est les ordres, qu’ils ne sont « pas payés pour réfléchir » (dixit un CRS au sommet de l’OTAN à Strasbourg quand on lui demande s’il ne trouve pas la situation absurde). Et on en passe : leurs photos sont sur les miroirs de Copwatch-nord-idf, vous les reconnaîtrez en les croisant …

Le copwatch c’est « regarder sans agir »

Déjà il n’y pas UN ou LE copwatch, il y a des copwatcheurs qui n’ont pas tous la même pratique, pas tous les mêmes idées, la même façon de communiquer. On va donc répondre pour ce qui nous concerne à Barbès et Belleville.

Aux USA le copwatch est presque une institution à certains endroits, avec un code de conduite, des lignes de démarcation, des règles : « tu n’interfères pas, tu n’y vas pas seul, etc. »

Eh bien nous on n’a pas tout ça : des principes de fonctionnement on en a toujours quand on veut rester discret et quand on risque la répression, ça oui. Mais on ne fait pas que regarder et on n’agit pas non plus systématiquement, question de pertinence, de contexte et de sentiments : on est pas des citoyennistes constitués en assoc., on est plusieurs individus avec des façons de ressentir et d’appréhender les choses différemment, et à ce titre certains d’entre nous vont s’interposer, crier, filmer, photographier, noter, observer, selon les moments, selon les effectifs présents, le ressenti. Mais un principe qu’on ne perd jamais de vue c’est celui de ne jamais agir dans un sens qui puisse faire du tort aux biffins, parce qu’on est là pour qu’ils ne soient plus les victimes invisibles d’un racket et d’un ratonnage hebdomadaire par la police.

Faire du copwatch c’est déjà agir : ça fait hésiter les flics qui sont devenus beaucoup plus discrets, rapides, fugitifs et paranos depuis qu’ils savent qu’on a l’œil sur eux. On a vu apparaître les capuches, on voit les regards inquiets qui balaient le marché à la recherche de ceux qui les observent. On témoigne aussi d’une réalité qui n’existerait que pour les biffins si on ne la décrivait pas chaque semaine. Et puis surtout ça crée des liens avec ceux qui sont victimes des violences et qui nous rapportent de nombreux témoignages, par le bouche à oreille, jour après jour. On entrevoit quelque chose de bien plus vaste que des incidents isolés : on se rend compte que c’est généralisé, qu’il y a une politique à l’Intérieur qui veut ça, qui provoque ça (si on en doute, il suffit d’écouter Claude Guéant).

« Vous êtes irresponsables, c’est une incitation à s’en prendre aux policiers »

Qui s’en prend à qui, on se le demande ? Ça rappelle une petite anecdote bruxelloise où durant le campement autogéré No Border d’octobre 2010, les flics d’Anvers avaient arrêté frénétiquement les militant-e-s, préventivement, les avaient gardé-e-s 12h dans des cellules, tabassé-e-s, humilié-e-s, attaché-e-s à des radiateurs, mimé des viols sur les filles, insulté, provoqué [2] . Et quand certains avaient osé manifester ou faire mine de porter plainte, on a retrouvé 200 flics devant le tribunal de Bruxelles pour manifester contre les violences occasionnées aux flics. C’est l’hôpital qui se fiche de la charité ! Pour le moment la seule chose que les policiers aient eu à déplorer du copwatch c’est la cartouche que l’un d’entre eux à reçu dans une enveloppe (et qu’il a très bien pu déposer lui-même dans sa boîte aux lettres). [3]

Par contre des victimes des violences policières on en compte pas mal chaque jour, là où personne s’en préoccupe ou n’est là pour le voir et en parler, dans les affaires classées sans suite par l’IGS, dans nos camescopes …

Le journaliste de France Culture (vous remarquerez qu’il a visiblement déjà une vision préconçue des choses et une orientation très lénifiante, paternaliste, moralisatrice de ses questions) qui interroge J-M Manach lui demande à un moment s’il ne pense pas que notre action accentue encore la haine du policier.

Une anecdote n’est pas de trop pour lui répondre : une amie enseignante nous a raconté comment une policière qui vient faire la sécurité routière avec son flingue (normal lui ont dit ses collègues : « ça fait partie de sa fonction ». no comment) demande aux élèves de collège ce qu’ils pensent de la police ; ils répondent à l’unanimité « elle nous fait peur ». Alors la question est « est-ce qu’on est responsables de la sale réputation des flics ou bien est-ce qu’ils devraient pas se remettre sérieusement en question sur leur métier et sur ce qu’on leur fait faire ? On a entendu un policier lors d’une interpellation dire « de toutes façons, quoi qu’on fasse on nous déteste toujours, alors comment vous voulez qu’on réagisse ? ». En poussant et en gueulant fut la réponse donnée quelques secondes plus tard …

A Calais, lors de l’évacuation de la « Jungle », un tract du syndicat de police Alliance était sorti a posteriori pour protester contre les conditions dans lesquelles les flics avaient dû intervenir (35h de service d’affilée sans grand chose à grailler) [4]. Peut-être que finalement on est bien plus sympas en les traitant de tous les noms que leur hiérarchie qui les traite comme du bétail et les forme au lance-pierre (dans tous les sens de l’expression).

On est pas là pour éduquer la police et on en a pas du tout, mais alors pas du tout du tout, envie. On dénonce ce qu’ils sont, ce qu’ils font, l’Etat qu’ils représentent et tout le dispositif policier (qui sert juste à maintenir un système de pouvoir et d’argent qui criminalise la pauvreté, les étrangers, les gens qui ne pensent et n’agissent pas dans les lignes de démarcation de la loi et de l’ordre, tel que pensé et institué par les mêmes qui en retirent les dividendes).

La Police Nationale remplit de plus en plus la fonction de ces mercenaires qui en Irak veillent au grain des entreprises pétrolières : ils sont les exécutants de la politique du chiffre qui rapporte du vote et du chiffre, qui remplit les poches des industriels de la sécurité et de leurs copains politiques mafieux (Sarko, Bauer, Guéant &co) . Ils sont les fers de lance de la politique de gentrification des villes, les expérimentateurs du concept de prévention situationnelle vendu à qui mieux mieux par Alain Bauer, le monsieur sécurité de Sarkozy qui est l’auteur de tous les plans de videosurveillance, LOPPSI, prévention situationnelle, Livre blanc de la sécurité, bref tout ce qui fait vendre de la sécurité avec les deniers des collectivités locales et de l’État. [5]

Mais enfin, on peut pas faire justice soi-même, sinon c’est l’anarchie

Précisément ! C’est bien de l’anarchiSME, mais pas au sens où on l’entend communément ; au sens politique, au sens historique du terme. On fonctionne sur un mode horizontal, autogestionnaire sans structure ni manuel, sans étiquette ni couleur, juste la somme de toi, toi, toi et moi. Nous ... (et vous ?)

On ne fait pas justice, on regarde, on réagit, on témoigne de ce qui nous révolte, ce qui nous remue, ce qui nous attriste et ce qui vous concerne, selon nous.

Et puis si on veut jouer sur les mots, nous surveillons les surveillants, c’est un concept théorisé avec brio par les amis de M. Guéant, le principe du panoptique ou chaque citoyen devient le flic de son voisin pour un contrôle social fondé sur la délation, la parano, la défiance et la dissuasion (de vivre). Mais nous on surveille juste ceux qui surveillent et ils n’aiment pas ça, ils nous le disent, ils nous le crient à la figure et ils nous le font sentir. On inverse juste le rapport qui nous place sous les 60 000 yeux des caméras d’Alliot Marie, à portée de la moindre erreur de jugement ou du moindre dérapage nerveux de flic frustré et rongé de l’intérieur par mille complexes et rancoeurs additionnés avec le temps et les années de terrain.

En tous cas on remercie M. Guéant pour sa haute conception de la justice, de là où le bras séculier doit sévir pour rétablir l’ordre juste des choses : grâce à son action de censure du site Copwatch-nord-idf, c’est un peu comme s’il avait mis un coup de pied dans une fourmillière, on entend parler d’autres régions de France où l’idée fait son chemin et on peut se prendre à rêver de copwatcheurs qui se multiplient comme aux États-Unis ou près de 80 groupes existent.

En tous cas si on devait tomber, comptez sur nous pour nous faire justice, on tombera pas tout seul, ça c’est certain !

[1] http://www.franceculture.fr/emissio...

[2] http://paris.indymedia.org/spip.php...

[3] http://www.paris.maville.com/actu/a...

[4] http://probe.20minutes-blogs.fr/med...

[5] lire Mathieu Rigouste "LesMarchands de Peur"

Catégorie:

Wednesday, January 18, 2012

À propos de Annie | Pensée Libre

À propos de Annie | Pensée Libre

Raymond Devos - Parler pour ne rien dire.

Free Mobile : de l'amateurisme technique ? - Journal du Net e-Business

Free Mobile : de l'amateurisme technique ? - Journal du Net e-Business

Le Figaro - Conjoncture : Le FMI cherche 500 milliards de dollars pour la zone euro

Le Figaro - Conjoncture : Le FMI cherche 500 milliards de dollars pour la zone euro ------------------- les pays émergents comme la Chine, le Brésil, la Russie et l'Inde hésitent à contribuer plus ou moins directement à un sauvetage de l'euro. Surtout si, dans le même temps, leur pouvoir ou leur représentation au sein du FMI n'augmentait pas.
------

"SOPA et PIPA tentent d’imposer au monde une vision américaine du droit d’auteur” - INTERNET - FRANCE 24

"SOPA et PIPA tentent d’imposer au monde une vision américaine du droit d’auteur” - INTERNET - FRANCE 24

girtab Site of freedom for Provence !! - bonne soirée ! have a nice evening ! Et Dieu Dans Tout Cà ???

girtab Site of freedom for Provence !! - bonne soirée ! have a nice evening ! Et Dieu Dans Tout Cà ???

Histoire du Sénégal : le naufrage de La Méduse et le tableau de Géricault

Histoire du Sénégal : le naufrage de La Méduse et le tableau de Géricault

Le SNIV-SNCP tire la sonnette d'alarme. | agro-media.fr

Le SNIV-SNCP tire la sonnette d'alarme. | agro-media.fr

AMESSI® - Gommes et Patches à la Nicotine ne servent à rien

AMESSI® - Gommes et Patches à la Nicotine ne servent à rien
Une étude de la Harvard School vient de démontrer que les médicaments à la nicotine sont inefficaces pour induire l’abandon à long terme de la cigarette. ce n’est pas la première fois qu’est mis en doute le mythe selon lequel la nicotine expliquerait la dépendance au tabac.

Les "tabacologues" sont très agités depuis la publication le 9 janvier d’une étude émanant de la Harvard School [1]. Ce travail en effet a suivi tous les deux ans pendant 6 ans une cohorte de 787 fumeurs qui venaient d’arrêter de fumer.

La conclusion est sans appel. L’utilisation de substituts nicotiniques, gommes ou patchs, avec ou sans soutien psychologique, est sans effet sur leur abstinence à long terme.

Sunday, January 15, 2012

PAUL MEURISSE

PAUL MEURISSE
Un verre à l'oeil c un monocle et pas un petit jaune ok

REPERTOIRE A

REPERTOIRE A

Faits divers d'Aix-en-Provence par GeneProvence

Faits divers d'Aix-en-Provence par GeneProvence

Le Krokodil déferle-t-il vraiment sur l’Europe? « Drogues News

Le Krokodil déferle-t-il vraiment sur l’Europe? « Drogues News

Pesticides: les Français en ont plein le sang - L'EXPRESS

Pesticides: les Français en ont plein le sang - L'EXPRESS

Salaire de François Hollande : le riche qui ne s'aime pas | 24heuresactu.com

Salaire de François Hollande : le riche qui ne s'aime pas | 24heuresactu.com

Condamnations à mort

Condamnations à mort
et ne me prenez pas la tête ok !!

Saturday, January 14, 2012

Cjhami Aghjalesi - Catena

AMESSI® - Attention, Vêtements et chaussures toxiques

AMESSI® - Attention, Vêtements et chaussures toxiques

Pour faire des vêtements ou des chaussures, prenez du tissu ou du cuir, du fils et bien entendu… des produits toxiques en tout genre. Selon un reportage d’Arte repris par Hexaconso, l’Asie serait devenu le paradis de la mode qui tue, de plus en plus en d’usines utilisant des substances nocives pour concevoir leur habits. A l’évidence, vous ne regardez plus votre armoire de la même manière.

Arte a diffusé l’été dernier un reportage extrêmement intéressant sur les procédés de fabrication en vigueur dans les pays asiatiques, dans les secteurs du textile et du cuir. Intéressant, mais surtout édifiant et effrayant !


Textile et cuir venu d’Asie : chics, pas chers et toxiques

L’Asie serait devenu le paradis de la mode qui tue, de plus en plus en d’usines utilisant des substances nocives pour concevoir leur habits

Les produits toxiques utilisés dans l’agriculture étaient déjà pointés du doigt. Voici maintenant les produits toxiques dans nos vêtements et accessoires.

Tout commence en Europe, où l’industrie chimique fabrique des produits toxiques divers et variés, plus ou moins nocifs pour l’homme et l’environnement, qu’elle exporte ensuite dans les pays « low cost ». Ces produits y seront utilisés pour fabriquer les jeans, tee-shirts, sous-vêtements, chaussures, jouets… que nous retrouverons ensuite dans nos boutiques, puis dans nos maisons.

Au passage, les produits toxiques manipulés sans aucune protection dans des pays tels que l’Inde ou le Bangladesh auront empoisonné les ouvriers et leur famille. Les plus grandes marques de mode sont notamment concernées, et citées sans ménagement dans ce reportage : H&M, C&A, Esprit, Zara… (tiens, tiens, j’ai déjà vu ces noms quelque part …).

LE DMFU

Au rayon des poisons couramment employés, il y a tout d’abord le diméthylfumarate (DMFu), que l’on retrouve dans les petits sachets mis dans les boîtes de chaussures par exemple. Il se présente à température ambiante sous forme de cristaux blancs presque inodores, et présente des propriétés antifongiques (anti-moisissures), c’est-à-dire qu’il détruit et évite le développement de champignons. Il est principalement utilisé pour favoriser la conservation de semences, de textiles, d’articles en cuir et de mobilier, principalement lors des opérations de stockage et de transport.

En théorie, l’utilisation du DMFu à des fins antifongiques est interdite en Europe, dans le cadre de la directive 98/8/CE, appelée communément directive « biocides ». Mais le fait est que ce produit continue d’être utilisé dans la plupart des articles fabriqués en Asie tels que chaussures, canapés, sièges, articles de maroquinerie… Les contrôles effectués sur ces marchandises sont assez rares, et surtout ils ne servent quasiment à rien, puisqu’il n’y a ni obligation de retirer les produits incriminés, ni sanction pour l’entreprise qui les importe.

En France, ce sont ainsi plusieurs centaines de cas d’irritation, parfois très importante, suite à l’exposition au DMFu qui sont répertoriés chaque année.

LE TANNAGE DU CUIR

Depuis quelques temps, la Chine n’arrive plus à satisfaire la demande mondiale en cuir. C’est donc le Bangladesh qui est devenu l’un des plus importants exportateurs de cuir. On y trouve du cuir de vachette en abondance, et la main d’œuvre y est la moins chère du monde. Mais surtout, les réglementations en matière de protection environnementale et des ouvriers sont quasi inexistantes. Alors que les tanneries européennes, encadrées par des réglementations communautaires sévères en la matière, supportent des coûts élevés pour le traitement de leurs rejets et pour la protection de leurs ouvriers. Autant de bonnes raisons donc, pour les marques occidentales, d’aller se fournir en cuir bon marché dans un tel pays.

La liste des produits chimiques potentiellement dangereux pour l’homme et l’environnement utilisés pour le tannage du cuir est longue. On y trouve des sels de chrome, dont le chrome hexavalent (chrome VI) cancérigène par inhalation et allergène par contact, des substances organiques chlorées qui s’attaquent aux voies respiratoires, de l’oxyde d’éthylène qui s’en prend au patrimoine génétique, des métaux lourds divers et variés (aluminium, nickel, plomb, mercure…), des produits à base de cyanure…

Totalement ignorants quant à la toxicité de ces produits, les ouvriers bangladais les manipulent donc sans aucune protection, souvent pieds et mains nus, sans masque de protection. Et les eaux usées, chargées en produits toxiques, sont déversées dans les rues sans aucun traitement, polluant peu à peu les villes et également les terres agricoles alentours.

Enfermés dans des containers, les cuirs empoisonnés débarquent ensuite dans les ports européens. D’après la médecine du travail du Port de Hambourg, un container sur deux en provenance d’Asie est ainsi contaminé par des substances chlorées. Pour ne pas avoir à les ouvrir et à respirer les gaz qui s’en échapperaient, les contrôles sont effectués à l’aide d’une sonde introduite dans le container fermé ! Mais la Douane ne procède qu’à des contrôles aléatoires, et aucune disposition juridique ne permet de mettre hors circuit les containers contaminés, qui pourront ainsi traverser l’Europe librement. Ce sont donc les employés chargés d’ouvrir ces containers et de stocker les marchandises qui seront exposés à ces gaz toxiques.

L’INDUSTRIE TEXTILE

Outre le cuir, le textile est également un secteur fortement consommateur de produits chimiques potentiellement dangereux. Ainsi, dans l’entrepôt central de la marque H&M, sur le Port de Hambourg, 70% des employés se plaignent de douleurs pouvant résulter d’un empoisonnement lié aux produits qu’ils manipulent. Ou cette employée de la marque Esprit, dont le travail consistait à repasser les jeans tout juste sortis des containers, qui souffre aujourd’hui de graves problèmes respiratoires, vraisemblablement liés au dichlorométhane (l’un des solvants les plus irritants qui soit), présent dans ces jeans fabriqués en Asie.

Quand la mode tue ! C’est effectivement parce que les jeans délavés, usés, voire troués sont à la mode que des centaines d’ouvriers turcs sont morts. La technique utilisée pour rendre ces pantalons « tendance » était en effet le sablage (projection de particules de sable sur les jeans pour les user), effectué bien entendu sans les protections adaptées pour les ouvriers.

Aujourd’hui interdite en Turquie, cette technique ne l’est pas au Bangladesh où certains ouvriers travaillent avec pour toute protection des bouts de tissus sur le nez. Ce qui ne peut empêcher les minuscules particules de quartz de s’incruster dans leurs poumons, et de finir par les asphyxier totalement.

Autre activité à forte teneur en produits toxiques, la teinture. Pour les modèles en coton, c’est en Inde que cela se passe. Tirupur, dans le sud du pays, est en effet le nouvel « eldorado textile », avec près de 10 000 usines qui fabriquent en continu des vêtements pour les marques occidentales. La teinture est une activité très consommatrice de produits dangereux pour l’homme et l’environnement. On utilise en effet des colorants azoïques, interdits en Europe, des colorants chlorés, des métaux lourds (pour la brillance)… Et plus la couleur est foncée, plus la concentration en produits toxiques est importante (les sous-vêtements noirs, si prisés pour leur côté chic et sexy, sont de véritables concentrés de poisons…).

Les ouvriers indiens ne sont bien sûr pas informés de la dangerosité ni de la toxicité des produits qu’ils manipulent sans aucune protection ni précaution. On ne compte plus les explosions, incendies… dans les usines de Tirupur. Et les ouvriers pataugent, pieds nus, dans les eaux de teinture ou de blanchiment, dans lesquelles ils déversent, souvent sans gants ni masque, des tombereaux de produits toxiques. Des eaux usées dont on se débarrasse comme on peut, en les filtrant et en créant des champs de boues hautement toxiques qui seront évacuées dans de simples sacs, remplis à la pelle. Des sacs jetés sur les montagnes de résidus toxiques qui envahissent Tirupur, dont l’eau et les terres ont ainsi été totalement contaminées en seulement une vingtaine d’années. Les médecins de Tirupur tirent la sonnette d’alarme. En 10 ans, le nombre de cancers a été multiplié par deux dans la région, au point que des cliniques spécialisées en oncologie se sont établies à Tirupur. Mais il n’est bien sûr pas question que les autorités fassent des recherches sur les liens possibles entre cancer et industrie textile…

Tirupur ne compte pas que des usines textile. Il y a aussi de très beaux hôtels, dans lesquels séjournent les acheteurs occidentaux venus s’approvisionner en textile bon marché. Ces hôtels sont tellement confortables qu’ils ne les quittent pas, ce sont les responsables des entreprises indiennes qui viennent à leur rencontre. Pour leur éviter de voir les conditions de travail des ouvriers, et leur éviter également peut-être de respirer quelques vapeurs toxiques…

Face à ce triste constat, certains se tournent vers le coton bio, sur lequel mise beaucoup l’enseigne H&M par exemple. Mais en Inde, coton bio et coton ordinaire se côtoient dans les champs, et on peut se demander ce qu’il reste de bio quand la parcelle adjacente a été inondé de pesticides. Et dans les entreprises textiles, coton bio et ordinaire sont juste répartis en deux tas, une petite pancarte indiquant lequel est bio ! Ce qui fait d’ailleurs bien rire le directeur d’entreprise interviewé. Sans compter que les colorants pour le coton bio sont exactement les mêmes que ceux utilisés pour les tee-shirts à deux euros ! Pas étonnant donc que quelques petits malins, cherchant à surfer sur cette tendance, nous proposent des tee-shirts bio de toutes les couleurs à des prix défiant toute concurrence. D’autant plus, que selon les spécialistes, il se vend aujourd’hui plus de coton bio qu’il ne s’en cultive ! Cherchez l’erreur… Les marques proposant de véritables textiles bio sont donc très peu nombreuses.

Dernière petite précision, ne cherchez pas mention des produits utilisés lors de leur fabrication sur vos chaussures, tee-shirts ou sous-vêtements Made in India, China ou Bangladesh, personne n’a jamais osé le faire ! Chantelle préfère mettre « Designed in France » sur ces soutiens-gorge noirs, gorgés justement de produits toxiques ! C’est tellement plus chic.

Greenpeace œuvre depuis des années sur les impacts sanitaires et environnementaux de la production des textiles. Les analyses que l’association a réalisées sur des vêtements fabriqués dans différents pays d’Asie (Chine, Vietnam, Malaisie et Philippines), montrent que les processus industriels de fabrication pour 52 vêtements sur 78 utilisent des NPE comme détergeant.

Ces NPE se retrouvent progressivement dans égouts lors du lavage des vêtements où ils se décomposent en nonylphénol, un perturbateur hormonal dangereux.

Ainsi, malgré l’interdiction des NPE dans la fabrication textile en Europe, on retrouve du nonylphénol dans les eaux via l’importation des vêtements. L’accumulation de ces substances chimiques toxiques pollue l’environnement et peut contaminer la chaîne alimentaire.

Par de telles actions, Greenpeace favorise la prise de conscience et souhaite inciter les industriels du textile à abandonner l’utilisation de produits toxiques dans leurs processus de fabrication, afin d’éviter les rejets chimiques dans le pays fabricant… et dans le pays d’importation…

* Adidas®, Abercrombie & Finch®, Calvin Klein®, Converse®, G-Star Raw®, Gap®, H&M®, Kappa®, Lacoste®, Li-Ning®, Nike®, Puma®, Ralph Lauren®, Uniqlo® et Youngor®.

Sources : Rapport Greenpeace « Dirty Laundry 2 : Hung Out to dry”, août 2011 et revue Mariane.fr

s'è tu canti

s'è tu canti
Samedi 14 Janvier 2012



s'è tu canti





S’È TÙ CANTI

S’è tù canti
S’è tù canti
Tuttu hà da cantà.
Hà da cantà l’ora
A’u to rillogiu
A voce in carrughju
Quandu chjamerà
Hè sbucciatu Maghju
Cì vole a cantà.
S’è tù canti
S’è tù canti
Tuttu hà da cantà.
Hà da cantà l’acqua
In lu fiumicellu
U trattu nuvellu
Quandu passerà.
S’è tù canti
S’è tù canti
Tuttu hà da cantà.
Hà da cantà lume
E muschi è culori
Emu da canta noi
Senza più piantà.
S’è tù canti
S’è tù canti
Tuttu hà da cantà

libertat per sempre !

libertat per sempre !

Thursday, January 12, 2012

Jean Louis Oustric

Jean Louis Oustric

Write Something...
Status Update
By CORSICA BELLA
cuisine corse/cucina corsa
///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

BEIGNETS DE FARINE DE CHATAIGNE AU FROMAGE FRAIS
FRITTELLI CASTAGNINI CU U FURMAGLIU FRESCU

Préparation : 15 minutes,
Cuisson : 15 minutes,

Ingredients :

240 g de farine de chataigne,
80 g de farine de ble,
1 pincee de sel,
30 g de sucre semoule,
3 dl de lait,
20 oeufs,
1 sachet de levure chimique,
1 fromage frais (de 800 g environ) de chevre ou de brebis,

Cuisson :

1 litre d'huile de friture,

Finition :

150 g de sucre semoule,

Elaboration :

Preparez la pate a beignets, reunissez les deux farines tamisees
dans une calotte, ajoutez le sel, la levure et le sucre. Incorporez
les oeufs et le lait a l'aide d'une spatule en bois et travaillez la
pate jusqu'a ce qu'elle devienne lisse et homogene. Coupez le fromage
en gros des. Preparez la cuisson, chauffez le bain de friture a 160
°C. A l'aide d'une cuillere, prelevez un de de fromage, trempez-le
dans la pate, puis plongez le beignet ainsi forme dans la friture a
160 °C. Procedez de meme pour chaque beignet. Laissez cuire environ
5 minutes de chaque cote jusqu'a ce que les beignets soient bien
dores. Apres la cuisson, egouttez les beignets sur un papier
absorbant, saupoudrez de sucre semoule et dressez les beignets sur
du papier gaufre.

Derniers coups de ciseaux pour le 15ème, au théâtre des Mathurins « pages

Derniers coups de ciseaux pour le 15ème, au théâtre des Mathurins « pages

Wednesday, January 11, 2012

Saturday, January 07, 2012

viva America !

-Parents of the year awards!!
(Not for the weak-hearted!) and the winner is....
 

OMG!!!! No words to decribe this!!
 
 

http://thechive.com/2010/08/18/more-candidates-for-parents-of-the-year-17-photos/horrible-parents-7/
http://thechive.com/2010/08/18/more-candidates-for-parents-of-the-year-17-photos/horrible-parents-8/
http://thechive.com/2010/08/18/more-candidates-for-parents-of-the-year-17-photos/horrible-parents-10/
http://thechive.com/2010/08/18/more-candidates-for-parents-of-the-year-17-photos/horrible-parents-11/
http://thechive.com/2010/08/18/more-candidates-for-parents-of-the-year-17-photos/horrible-parents-13/
http://thechive.com/2010/08/18/more-candidates-for-parents-of-the-year-17-photos/horrible-parents-14/
http://thechive.com/2010/08/18/more-candidates-for-parents-of-the-year-17-photos/horrible-parents-15/
http://thechive.com/2010/08/18/more-candidates-for-parents-of-the-year-17-photos/horrible-parents-16/
http://thechive.com/2010/08/17/some-spanking-new-candidates-for-worst-parents-ever-21-photos/worst-parents-2/
http://thechive.com/2010/08/17/some-spanking-new-candidates-for-worst-parents-ever-21-photos/worst-parents-16/
http://thechive.com/2010/08/17/some-spanking-new-candidates-for-worst-parents-ever-21-photos/worst-parents-14/
http://thechive.com/2010/08/17/some-spanking-new-candidates-for-worst-parents-ever-21-photos/worst-parents-10/
http://thechive.com/2010/08/17/some-spanking-new-candidates-for-worst-parents-ever-21-photos/worst-parents-8/
http://thechive.com/2010/08/17/some-spanking-new-candidates-for-worst-parents-ever-21-photos/worst-parents-4/
http://thechive.com/2010/08/17/some-spanking-new-candidates-for-worst-parents-ever-21-photos/worst-parents-5/
http://thechive.com/2010/08/17/some-spanking-new-candidates-for-worst-parents-ever-21-photos/worst-parents-20/
 
  

"Have a Great Day"
 

Friday, January 06, 2012

Liste de partage de girtabaix

Followers

There was an error in this gadget

About Me

My photo

vit et travaille à aix en provence, ancien des services de secours ;

Blog Archive

There was an error in this gadget