Monday, February 28, 2011

palestine histoire d'une terre 1880 1950 part2

palestine histoire d'une terre 1880 1950 part1

part2 :http://www.youtube.com/watch?v=px2_L0Gu­SWI

part4:http://www.dailymotion.com/barocka­rt/video/x88604_palestine-histoire-dune-­terre-1880

Catégorie :

Actualités et politique

What Really Happened In The Middle East

The Terrorism Awareness Project http://www.terrorismawareness.org/ has released a powerful 10-minute documentary about the origins and continuing causes of the Arab-Israeli conflict. http://www.terrorismawareness.org/wha...

The Terrorism Awareness Project is a program of the David Horowitz Freedom Center, http://www.horowitzfreedomcenter.org/
which publishes FrontPage Magazine, http://www.frontpagemag.com/ an online journal of news and political commentary.
http://backspin.typepad.com/backspin/...

Based on the pamphlet, "Why Israel Is The Victim" by David Horowitz

Sources for the quotes and facts contained in this presentation can be obtained from the David Horowitz Freedom Center at www.horowitzfreedomcenter.org

What Really Happened In The Middle East is the third video in a series that has been produced and developed by the Freedom Center. The Islamic Mein Kampf and What Every American Needs to Know About Jihad were issued earlier this year and have been distributed to more than two and a half million individuals. All three are available for downloading at www.terrorismawarness.org

Catégorie :

YouTube - Chaîne de Ariela001

YouTube - Chaîne de Ariela001: "The Terrorism Awareness Project http://www.terrorismawareness.org/ has released a powerful 10-minute documentary about the origins and continuing causes of the Arab-Israeli conflict. http://www.terrorismawareness.org/what-really-happened/

The Terrorism Awareness Project is a program of the David Horowitz Freedom Center, http://www.horowitzfreedomcenter.org/
which publishes FrontPage Magazine, http://www.frontpagemag.com/ an online journal of news and political commentary.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Lalibre.be - Soutenir les transitions vers la démocratie: "un impératif stratégique"

Lalibre.be - Soutenir les transitions vers la démocratie: "un impératif stratégique": "Soutenir les transitions vers la démocratie: 'un impératif stratégique'

AFP

Mis en ligne le 28/02/2011
Soutenir les transitions vers la démocratie en cours dans le monde arabe est 'un impératif stratégique', a affirmé lundi la chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton, insistant notamment sur l'Egypte.

'Nos valeurs et nos intérêts convergent, car soutenir ces transitions n'est pas seulement affaire d'idéal, c'est un impératif stratégique', a affirmé la secrétaire d'Etat devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève.

Les Etats-Unis sont prêts à assister ces révolutions, notamment à travers une aide économique, a-t-elle encore affirmé, insistant sur la nécessité d'offrir des chances à la jeunesse arabe.

Mme Clinton a plaidé pour une très large ouverture politique dans le monde arabe, excluant seulement 'les influences antidémocratiques'. 'C'est pourquoi nous espérons que les chefs militaires en Egypte vont contacter largement l'opposition et les représentants de la société civile', a-t-elle souligné.

'Les Egyptiens demandent des mesures concrètes avant les élections', a-t-elle continué: 'des réformes constitutionnelles, la libération des prisonniers politiques et la levée de l'état d'urgence'.
RSS des commentaires
7 réaction(s)
Soyez le premier à réagir à cet article
Entrez votre réaction ici :
Vous êtes identifié(e) comme :

Votre profil est incomplet. Vous devrez modifier votre profil afin de spécifier votre pseudo.

Se déconnecter
Désolé, votre compte est bloqué. Il ne vous est plus possible de poster de commentaires.
Veuillez nous contacter à info@saipm.com ou au 02/744.44.44 (+32 2 7444444 en dehors de la Belgique) pour réactiver votre compte.
Erreur : Mot de passe / Identifiant est incorrect.
Veuillez réessayer.
Identifiez-vous pour poster votre commentaire :

Identifiant

Mot de passe
Retenir mon mot de passe

En postant un commentaire, je déclare accepter les conditions générales d'utilisation.
Pas encore de compte ?

Créer un compte Ma Libre

Mot de passe oublié ?

Vous voulez changer votre pseudo ou vos données personnelles ?

Modifier votre profil
Vos réactions sur 'Soutenir les transitions vers la démocratie: 'un impératif stratégique''.
1 à 7 sur 7 Réactions

* Début
* Précédente

* Suivante
* Fin

* 1

* JoeBarTeam - Bruxelles
*
* 01.03.11 | 08h14

*
* Voter pour ce commentaire

de quoi je me mêle

* Signaler un abus

* austerlitz - Awirs
*
* 28.02.11 | 21h45

* 2 votes favorables
* Voter pour ce commentaire

le discours des USA aux peuples arabes est hypocrite ! il suffit de voir la note de crédit accordée à Israel depuis plus de 60 ans , qui laisse à cet Etat israélien- voyou, non respectueux des droits humanitaires et des accords internationnaux , la possibilité d'opprimer un peuple en toute impunité!dégage hillary !

* Signaler un abus

* Tof Ketje - Suisse
*
* 28.02.11 | 20h26

* 2 votes favorables
* Voter pour ce commentaire

LA REALITE

Personne ne nous contraindra à respecter une idéologie qui ne nous respecte pas, qui ordonne de tuer les infidèles, les apostats, les homosexuels et de battre les femmes… quels que soient les crimes dont ils nous accuseront et les néologismes qu’ils inventeront pour essayer de nous culpabiliser.

* Signaler un abus

* sophos - Etterbeek
*
* 28.02.11 | 18h49

* 3 votes favorables
* Voter pour ce commentaire

A cause de la distance et les médias, ça ne se remarque peut-être pas , mais l'estime et la crédibilité des politiciens américains sont actuellement aussi éloignées de la population qu'en Europe...

* Signaler un abus

* vivelarepublique - Belgique
*
* 28.02.11 | 18h28

* 1 vote favorable
* Voter pour ce commentaire

Démocratie en Egypte? Sans importance il y a juste un mois.

* Signaler un abus

* pater1 - Bruxelles
*
* 28.02.11 | 18h10

* 2 votes favorables
* Voter pour ce commentaire

Sauf qu en Pa les$stin ca a raté

* Signaler un abus

* CUR12 - Belgique
*
* 28.02.11 | 17h15

* 6 votes favorables
* Voter pour ce commentaire

Bref : 'Tout est bon !',
...SURTOUT que le pétrole continue à COULER !!

* Signaler un abus

* Début
* Précédente

* Suivante
* Fin

* 1

Navigation secondaire
Téléchargez La Libre Belgique au format pdf

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Quel posto che non c'è- Negramaro

-Un'EmoZIonANte PoeSIa-

Occhi dentro occhi e prova a dirmi se
un po' mi riconosci o infondo
un altro c'è sulla faccia mia
che non pensi possa assomigliarmi un po'

mani dentro mani e prova a stringere
tutto quello che non trovi
negli altri ma in me
quasi per magia
sembra riaffiorare tra le dita mie

potessi trattenere il fiato prima di parlare
avessi le parole quelle giuste per poterti raccontare
qualcosa che di me poi non somigli a te

potessi trattenere il fiato prima di pensare
avessi le parole quelle grandi
per poterti circondare
di quello che di me
bellezza in fondo poi non è

bocca dentro bocca e non chiederti perchè
tutto poi ritorna
in quel posto che non c'è dove per magia
TU RESPIRI DALLA STESSA PANCIA MIA...

potresti raccontarmi un gusto nuovo per mangiare giorni
avresti la certezza che di me in fondo poi ti vuoi fidare
quel posto che non c'è
ha ingoiato tutti tranne me

dovresti disegnarmi un volto nuovo e occhi per guardarmi
avresti la certezza che non è di me che poi ti vuoi fidare
in quel posto che non c'è
hai mandato solo me
solo me solo me solo me solo me..

Corsica Libera soutien les jeunes militants basques de SEGI at L'INFURMAZIONE PULITICA CORSA

Corsica Libera soutien les jeunes militants basques de SEGI at L'INFURMAZIONE PULITICA CORSA: "Corsica Libera soutien les jeunes militants basques de SEGI
Closed Published mars 1st, 2011 in CORSICA LIBERA, NATIONALISTE(S), Populi In Lotta, PULITICA, STAMPA

Corsica Libera apporte son soutien aux huit jeunes militants basques de l’organisation SEGI réfugiés au pays basque nord à Ispoure depuis le 20 février dernier. Tout comme Batasuna, cette organisation est légale en France mais illégale et persécutée en Espagne.

En vertu du mandat d’arrêt européen la France se fait complice de la politique anti démocratique de l’Espagne et vient de procéder à l’arrestation de quatre de ces jeunes militants. Elle se met ainsi en travers d’un processus de paix nécessaire en Euskadi, alors qu’elle devrait en être au contraire partie prenante.

Corsica libera demande la libération des jeunes militants basques arrêtés et l’arrêt des poursuites pour les autres. Madrid doit s’engager fermement dans la voie d’un règlement politique. Nous souhaitons la légalisation du nouveau mouvement politique issu du repositionnement de la lutte basque, et nous lui apportons tous nos encouragements.

CORSICA LIBARA

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Palestine Revolution

It's time for the Palestinian people to unite together, to forget about differences and excercise their rights in unity and through mass action!

Comunicado de prensa: Declaración del Director Gerente del FMI, Dominique Strauss-Kahn, al término de su visita a Panamá

Comunicado de prensa: Declaración del Director Gerente del FMI, Dominique Strauss-Kahn, al término de su visita a Panamá: "* English

Declaración del Director Gerente del FMI, Dominique Strauss-Kahn, al término de su visita a Panamá
Comunicado de Prensa No. 11/57
28 de febrero de 2011

Dominique Strauss-Kahn, Director Gerente del Fondo Monetario Internacional (FMI), emitió hoy la siguiente declaración en la Ciudad de Panamá al término de su visita a Panamá:

“Ha sido un gran placer para mí visitar Panamá en mi primera visita como Director Gerente del FMI. Me reuní con el Presidente Ricardo Martinelli Berrocal, el Ministro de Economía y Finanzas, Alberto Vallarino Clement, y su equipo, y las autoridades del sector financiero. Quisiera agradecerles la calurosa hospitalidad que me han brindado y los interesantes y productivos debates que hemos mantenido.

“Tomando como base los extraordinarios resultados económicos obtenidos en los últimos años, se prevé que Panamá seguirá siendo uno de los países de más rápido crecimiento del hemisferio. En 2009, cuando el producto de la región se contrajo, la economía panameña creció, se expandió un 7% en 2010 y se prevé que seguirá creciendo rápidamente en 2011. La aplicación de políticas macroeconómicas prudentes, un sistema bancario sólido y la dinámica evolución de la inversión en infraestructura han sido esenciales para alcanzar este notable desempeño.

“En nuestras reuniones, resalté ante el Presidente Martinelli y el Ministro Vallarino que, a pesar del ancla sólida con el dólar de EE.UU., las presiones inflacionarias podrían agudizarse debido al impacto del aumento de los precios mundiales de las materias primas, el bajo nivel de desempleo y el ambicioso programa de inversiones públicas. Alenté al equipo económico a aprovechar las recientes reformas tributarias y seguir aplicando su política de consolidación fiscal gradual a fin de mantener la demanda interna bajo control y evitar el recalentamiento de la economía. Elogié, asimismo, el plan de las autoridades para reforzar la capacidad de resistencia del sector financiero a los shocks.

“Expresé mi satisfacción al gobierno por su estrategia económica y social a largo plazo, que tiene como objetivo ampliar las oportunidades económicas y reducir los obstáculos que frenan el crecimiento. Hice hincapié en que la aplicación de extensas reformas orientadas a aumentar la productividad ofrece la mayor seguridad de que los beneficios de la prosperidad actual sean distribuidos ampliamente entre la población y contribuyan a reducir la pobreza y la desigualdad. En este sentido, felicité al Presidente Martinelli por los esfuerzos que se están realizando para ampliar y actualizar la red de seguridad social del país y mejorar la infraestructura pública de transporte, educación, salud, suministro de agua y saneamiento”.




– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

iran et suez Infidels UNITE!... and I'll make ya famous! - Entry for February 28, 2011

sempreprovenco: Infidels UNITE!... and I'll make ya famous! - Entry for February 28, 2011: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"
Infidels UNITE!... and I'll make ya famous! - Entry for February 28, 2011
Infidels UNITE!... and I'll make ya famous! - Entry for February 28, 2011
As Persia again pushes the envelope, the US State Department is confused with its role playing. it can't make up mind whether to play cute or dumb. They have reportedly had talked down the incident of Iran sailing a pair of warships through the Suez Canal.

Iran's message was clear as one could be. It aspires to establish a naval presence outside of its home waters. This is a mechanism that merging powers use to advertise their new status.

As the Western progressives collectively hide under their desks, Iran felt emboldened to do something like this for the first time in over three decades. It's not that Persia has been absent from the region, given their continuous arms smuggling via Syria into Lebanon, courtesy of Hezbollah.

Given the global weakness asides Israel to confront this, Iran feels more emboldened than ever before. The Jewish state, after all, has been correct in calling this maneuver by Iran a "provocation."

Nearly 10 years ago, Israel stopped a cargo ship carrying 20 cubic tonnes of weapons destined for Palestinian terrorists. In 2009, an Iranian shipment to Hezbollah was intercepted. Within its content was over 200 metric tonnes of weapons, including medium range missiles.

Interestingly, the leader of the Free World, stuck his head in the sand. The White House was deafeningly silent on this matter. One really wonders if Obama was aware of what happened. Did any of his mental midgets masquerading as advisors bother to tell him?

Admitted, Obama has a lot on his dossier at the moment, but one can't be ignorant. This bold move by Iran should not be ignored.

At least the Israel sees this threat for what it is. Will the rest of world?

Islam : ces experts qui prêchent à l'oreille des hommes politiques | Rue89

Islam : ces experts qui prêchent à l'oreille des hommes politiques | Rue89: "Sur l'islam, tous les politiques ont un avis. Mais comment se le forgent-ils ? Confidences de leurs conseillers.

Nicolas Sarkozy et Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, en octobre 2002 à Paris (Charles Platiau/Reuters).

Ils sont chercheurs, penseurs, militants ou imams. Ils sont consultés depuis des années par des hommes politiques en quête d'éclairages sur l'islam ou la laïcité.

Mais depuis que l'UMP a décidé, à la demande de Nicolas Sarkozy, d'organiser le 5 avril prochain une convention sur ces sujets, certains d'entre eux ont la désagréable impression de voir leurs idées tordues et embarquées dans ce qui leur apparaît comme une entreprise de siphonage des voix du Front national.

Il en va ainsi d'Hassen Chalghoumi, l'imam de Drancy :

« Je demande depuis longtemps que l'on discute de l'islam, mais pas comme ça. Les prières dans les rues, c'est rarissime. La montée du radicalisme salafiste, des Frères musulmans et du Tabligh, c'est vrai. La persistance de pratiques contraires à nos valeurs, comme la polygamie ou les mariages forcés, c'est hélas encore vrai. Mais on sait depuis longtemps ce qu'il faut faire pour résoudre ces problèmes-là : former nos imams ici en France. »

La petite communauté des « experts de l'islam » se connaît par cœur. Ses membres se lisent, se croisent de colloques en colloques où on les invite pour recommencer toujours les mêmes débats. Alors, quand un politique prend la parole, ils sont capables de retracer la généalogie de ses idées.
« On trouve naturel que l'Etat finance un terrain de football »

A les entendre, la pensée du président de la République sur l'islam serait le produit d'idées nourries par ses conseillers Patrick Buisson et Henri Guaino, mêlées à des notes des RG, des « remontées du terrain » véhiculées par Abderrahmane Dahmane (monsieur intégration à l'Elysée) et les représentants du CFCM (le Conseil français du culte musulman, créé en 2003 par le ministre des cultes Sarkozy).

Sa vision de l'islam est pourtant arrêtée depuis longtemps. Le père Philippe Verdin la juge « singulière et audacieuse ». En 2004, ce dominicain avait aidé Nicolas Sarkozy à accoucher d'un livre, « La République, les religions, l'espérance ».

Tout y était déjà consigné : l'ambition de construire un « islam de France » et la volonté de réformer la loi de 1905 pour que la puissance publique puisse participer directement au financement des lieux de culte (« On trouve naturel que l'Etat finance un terrain de football, une bibliothèque, un théâtre, une crèche ; mais à partir du moment où les besoins sont cultuels, l'Etat ne devrait plus engager un centime ! »).

Cette permanence des idées n'est pas propre à Nicolas Sarkozy : une fois réglée la question du foulard à l'école, aucun parti n'a beaucoup évolué sur l'islam.
L'UMP a un faible pour Dalil Boubakeur et le patron du CFCM

A quoi riment alors les consultations d'intellectuels ou de religieux ? Après tout, on sait d'où chacun de ces experts parle. Et chaque parti a ses sources d'information fétiches :

* le Parti de Gauche (qui prépare pour avril une proposition de loi sur la laïcité) trouve son inspiration chez le philosophe Henri Pena-Ruiz et l'historien Jean-Paul Scot, l'essayiste Caroline Fourest, les catholiques critiques de Golias, l'homme politique algérien Saïd Saadi, etc. ;
* ces voix sont aussi écoutées par tous ceux qui partagent une lecture intransigeante de la laïcité au Parti socialiste. Et le sociologue Jean Baubérot convainc à peu près tout le centre gauche ;
* François Bayrou apprécie le physicien Ghaleb Bencheikh, qui présente l'émission « Islam » sur France 2 ;
* alors que l'UMP a un faible pour les représentants institutionnels : Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande mosquée de Paris ; Mohamed Moussaoui, le patron du CFCM.

Tout se passe comme si les hommes politiques – malgré un appétit intellectuel qui a l'air sincère – consultaient non pas avec l'envie d'être surpris mais en fonction des réponses qu'ils avaient envie d'entendre. Comme s'il leur était nécessaire d'être rassurés par l'écoute répétée de mêmes discours. Comme s'ils avaient besoin de mettre en avant des cautions et des témoignages du « terrain », n'osant assumer un avis trop personnel sur ces sujets-dynamite.
Un intérêt constant pour « l'intégrisme et son influence politique »

Si les réponses recherchées diffèrent d'une sensibilité politique à l'autre, les questions sont presque toujours les mêmes. Consulté « très régulièrement, dans les partis et hors des partis, quand c'est chaud et quand c'est pas chaud », le philosophe Malek Chebel relève d'abord un intérêt constant pour des évaluations consacrées à « l'intégrisme et son influence politique ».

Selon ces experts, les autres questions reflètent presque toutes un besoin de traductions concrètes de la laïcité. Confirmation du député PS Jean Glavany :

« Les élus sont interpellés par des personnels hospitaliers qui ne savent pas comment réagir face aux maris de patientes qui refusent qu'elles soient examinées par des hommes. Ils sont sollicités à propos des menus des cantines, de la mixité à la piscine, de la création de carrés séparés dans les cimetières. Avec des intellectuels musulmans laïcs comme l'anthropologue Dounia Bouzar ou le philosophe Abdennour Bidar, on essaye d'apporter des réponses pratiques. »

« Clientélisme religieux »

Des réponses que certains évitent soigneusement d'entendre, tant l'ignorance peut être confortable. Henri Pena-Ruiz :

« Beaucoup d'élus locaux refusent consciencieusement de prendre le temps de lire la loi de 1905 afin de pouvoir continuer à répondre aux sollicitations communautaires qu'ils reçoivent. Ils font du clientélisme religieux. »

Le philosophe dénonce « une accumulation de mythes » :

« Les citoyens musulmans manqueraient de lieux de culte en France ? Ce n'est plus vrai. Il faudrait les financer pour contrôler les prêches et empêcher les propos fondamentalistes ? Il suffit d'appliquer la loi. »

« Sarkozy et Copé instrumentalisent l'islam »

Eddy Khaldi, spécialiste de la laïcité à Unsa-Education, souligne aussi qu'« on parle beaucoup de l'islam à partir de on-dit. »

Comme Pena-Ruiz, il considère que « Sarkozy et Copé instrumentalisent l'islam pour s'en prendre à la laïcité ». Il voit ça gros comme une maison :

« 1) Sarkozy va exiger que cessent les prières de rue. 2) En contrepartie, on va s'arranger pour faciliter le financement de nouveaux lieux de culte. 3) Par souci d'équilibre, on va donner des gages aux catholiques en accordant de nouveaux avantages à l'enseignement privé. C'est ce que préparent les députés réunis dans le groupe d'études sur l'enseignement privé sous contrat et hors contrat. »

« Le débat français réduit la laïcité à un cache-sexe »

Dans son bureau de l'Ecole pratique des hautes études, Jean Baubérot n'attend même pas le 5 avril pour se laisser gagner par la consternation. Il constate une « distance de plus en plus grande entre la recherche internationale, qui ne considère plus qu'il y a des pays laïcs ou pas, mais uniquement des degrés de laïcité, et le débat français, qui réduit la laïcité à un cache-sexe, un mot alibi. Quelle régression ! »

Et pourtant, ces chercheurs, penseurs, militants et imams vont continuer à accepter d'être consultés pendant des années par des hommes politiques en quête d'éclairages sur l'islam ou la laïcité. Parce qu'ils considèrent que c'est aussi cela, leur métier.

Photo : Nicolas Sarkozy et Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, en octobre 2002 à Paris (Charles Platiau/Reuters).
A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

* ► Qui sont les prieurs de rue de la Goutte d'Or à Paris ?
* ► Elections du CFCM : l'islam n'est pas la propriété des religieux
* ► Tous nos articles sur l'islam

Ailleurs sur le Web

* ► Le débat sur l'islam a déjà eu lieu au sein de l'UMP, sur LeMonde.fr
* ► Sarkozy souhaite fixer des règles à l'islam en France, sur LeFigaro.fr
* ► Ce que prévoit réellement la loi de 1905, sur LeFigaro.fr
* ► Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat

Commander sur Fnac.com

* ► Pour l'Islam de France
* ► Laïcités sans frontières
* ► La République ou la burqa
* ► La République, les religions, l'espérance
* ► La laïcité à l'épreuve du Coran

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Democracy Now! | Headlines for February 28, 2011

Democracy Now! | Headlines for February 28, 2011: "Afghan Civilian Killings at Record Level

Afghanistan is facing what is being described as its deadliest period for civilians since the U.S.-led invasion began more than nine years ago. According to Afghan officials, more than 200 Afghans have been killed in attacks and military operations of the past two weeks. An Afghan government panel is still investigating claims some 65 people were killed in a U.S.-led attack last week. On Saturday, a government adviser and investigator said that 40 of the dead were children.

arrétez cette P.tain de guerre !

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

The War is Over [Final Cut]

De l'hypocrisie dans l'emploi des licences libres - AgoraVox le média citoyen

De l'hypocrisie dans l'emploi des licences libres - AgoraVox le média citoyen: "De l’hypocrisie dans l’emploi des licences libres

Ces dernières années une partie de la blogosphère française s'est emparée des licences dites libres pour décorer son contenu. On trouve en particulier des séries de blog de 'community manager' ou de journaux tendances qui s'en parent comme des paons faisant la roue.

En guise d'introduction, je dirai que ce billet ne traite pas de l'emploi de ces licences dans le cadre logiciel et/ou informatique classique.
Dans ce cadre précis, je les trouve parfaitement dans leur logique et leur sens avec des utilisations claires qui n'appellent guère de commentaires.

J'en profite dailleurs pour redonner un lien qui vous permet d'avoir un panorama des 6 licences en cours autour de la plus utilisée en matière de gestion de contenu : La Creative Common :

Je critique leur utilisation dans le cadre de blogs qui ont une vocation au final strictement commerciale et dont les possesseurs font une chasse 'aux voleurs de contenu' digne des plus belles années des maisons de disque.

En guise d'exemple, je me suis fait allumer, incendier et insulter par le propriétaire puis les fans du site Kriisis.fr qui est sous lience Creative Common après avoir repris son flux rss au sein de mon site personnel (www.media-business.biz).

Je précise que le lien original portant vers l'article était bel et bien présent (mais jugé pas assez gros) mais je n'avais demandé aucune autorisation d'aucune sorte.

J'avais eu la même déconvenue avec OWNI dont j'avais repris dans les mêmes conditions citées précédemment un flux RSS. Dans tous les cas l'utilisation commerciale n'était pas admise par les auteurs et mon blog a été jugé 'commercial'.

Je ne discuterai pas les fondements juridiques car je ne suis pas spécialiste en droit sur le sujet. Je ne place surtout pas ce billet d'ailleurs sur le plan juridique mais uniquement sur un plan d'ethnologie du web, un plan 'social'.

Les gardiens du temple 'la morale'.

Dès l'explosion du fameux web 2.0 qui a donné la possibilité - fort utile - grâce à l'apparition d'outils de blogs faciles à utiliser d'un série de nouveaux bloggueurs plus à l'aise avec des concepts marketing qu'avec l'informatique, nous avons vu se développer autour d'un noyau de bloggueurs 'dits influents' une forme de conseil suprême de la morale qui juge du bon et du mauvais dans des séances dignes des précieuses ridicules ; twitter faisant parfois lieu de salon de causette entre gens du même monde.

Ces influents bloggueurs ont combattu pour la plupart à travers différents billets la fameuse HADOPI mais gardent une conception au final très classique de leur rapport à la propriété intellectuelle.

Ils n'ont pas vu que les échanges via des réseaux sans le consentement initial de l'auteur et/ou du producteur devaient amener à une rédéfinition du droit d'auteur en premier lieu mais aussi de la notion de propriété intellectuelle en second lieu.

Jugée trop archaique, la classique propriété intellectuelle privative affichée et revendiquée, est laissée de côté mais la Creative Common leur sert de totem bobiste leur permettant quand même de ne pas partager n'importe comment - mais surtout avec n'importe qui - leur contenu.

Là où le prix faisait avant obstacle c'est l'ego qui s'y colle ou mieux la proximité sociale ou culturelle entre 'le client' et 'le vendeur'. En cela certaines licences dites commerciales peuvent au final être beaucoup plus accessibles que certains contenus CC. Si tu n'es pas du club, tu n'y as pas le droit...

Pire ce qui n'était qu'un stimuli économique - la propriété intellectuelle n'étant qu'un rapport de force économique qui permet généralement à une entité commerciale de défendre son territoire vis-à-vis d'une autre sans aucun fondement moral à trouver derrière - est revendiquée comme une valeur humaniste et devient presque un élément constitutif 'des droits de l'homme'.

Ces partisans de la CC finissent par réhabiliter in fine les vertues des licences classiques qui ne cachaient pas derrière des leçons de morale pour garder un monopole temporaire sur une création.

Les notions de partage et de circulation de l'information sont vites oubliées devant la crise d'ego sur la taille du lien retour ou encore le fait 'que mon blog ne rapporte rien' contrairement à Google 'qui lui rapporte'.

Bon voleur, mauvais voleur.

Les épisodes The Pirate Bay puis ZAC de WawaMania ont été révélateurs de l'hypocrise ambiante autour du rapport à la propriété intellectuelle de ce petit monde qui donne le la des ambiances du web français.

Pour rappel Zac était une jeune webmaster du site d'échanges de liens jugés illégaux 'WAWAMANIA', tandis que ThePirateBay des stars mondiales médiatiques de l'échange de liens tout aussi jugés illégaux.

Dans le premier cas, le fait que ZAC puisse tirer un revenu de son forum a été jugé 'amoral' par notre nomenklatura webienne. Nous nous rappellerons bien du billet d'un certain BlueTouff voyant des activités mafieuses derrière ce forum et de la chasse à l'homme entamée sur Twitter contre 'le Salaud de ZAC' qui dénature la lutte contre HADOPI etc... bref ZAC ne méritait pas d'être défendu selon eux car il gagnait beaucoup d'argent. Zac a certes menti et a été un peu gourde dans son rapport affiché au fric mais au final...il n'était qu'un amateur comparé aux propriétaires de ThePirateBay.

Seule la ligue ODEBI relévera alors cette contradiction en écrivant une lettre à cette 'branlosphère' qui déchainera les passions et finira dailleurs par imploser en grande partie la ligue. (même si les raisons sont ailleurs).

Les 'The Pirate Bay' sont considérés comme des héros par ces mêmes chroniqueurs qui passent facilement sous silence le fait que la vente de ThePirateBay ait rapporté pas moins de 5,5 millions d'euros à ces 'généreux bénévoles' mais eux ont bien le droit de faire de l'argent. On taira aussi les liens peut-être troubles de ThePirateBay avec le monde du renseignement.

En faite ce qui cloche est facile à comprendre.

ThePirateBay 'philosophe' et ses acteurs ont un bagage culturel proche de nos chers nomenklaturiste du web français, bref... ils parlent la même langue, ont les mêmes réflexes et pourrait coucher ensemble sans problème.

Zac, lui, avec son accent de banlieue et sa manière très abrupte de dire qu'il gagne de l'argent, renvoie à un autre monde qui est bien éloigné de l'ambiance boboiste de cette blogosphère qui choisit ses héros.

C'est classique et vieux comme le monde mais il fallait quand même le souligner. C'est un exemple typique de réflexes de castes sociales.

Google est bien sûr classé comme 'un bon voleur' car 'il leur rapporte directement'.

Personne ne se soucie dailleurs que leurs CC est de fait dénaturée et violée à plusieurs reprises par Google à chaque fois que le moteur pompe leurs flux en particulier sur l'utilisation non commerciale (si cette option est activée dans la CC ce qui est à chaque fois le cas de ces bloggueurs influents).

Aucun des sites cités n'ira jusqu'à fermer son contenu au moteur google ou autre autres ; ce qui serait au vu des termes de licence parfaitement logique.
L'utilisation non commerciale comme touche finale...

L'utilisation du CC dans un contexte 'non commercial' est revendiqué souvent comme une des options de la CC dans ces blogs de la nomenklatura webienne française. En faite c'est la bien la reprise sous un contexte commercial qui est interdite mais absolumment pas le fait que ces sites aient de fortes envies de pouvoir laisser vivre leur propriétaire de leur contenu.

Nous retombons dans la même hypocrisie à la WAWAMANIA.

Que certains de ces sites aient des produits placés dans leur contenu - des articles sponsorisés si vous voulez - ne posent aucun problème mais alors qu'un bloggeur amateur puisse reprendre leur contenu librement accessible en flux RSS au milieu de 2 publicitiés 'affichés'... non.

En faite le plus triste dans l'histoire c'est qu'empétrés dans leurs propres contradictions - en particulier dans le rapport à la Propriété intellectuelle et à l'argent en général - ils se sabordent aux même des sources de revenu et se coupent d'audiences qui leur seraient peut-être profitables.

Sachant que la plupart de ces bloggueurs 'semi pros' ou journalistes vivent avant tout des aumones des uns ou des services qu'ils vendent, une sur-exposition même par des flux 'avec un lien retour pas très gros' ne peut que leur rapporter et augmenter leur business personnel.

Ça non plus, ils ne l'ont pas compris.

En plus d'une certaine suffisance ou arrogance, d'un détournement des CCS utilisés comme de vulgaires copyright, d'une honte toute française à vouloir gagner de l'argent ce sont des gourdes en matière de business.

C'est peut-être pour cela que certains pays anglo-saxons voient leurs bloggueurs stars très bien gagner leur vie et les nôtres faire des quêtes virtuelles à chaque fois qu'ils veulent manger autre chose qu'un cheeseburger chez MacDo.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Atlantico : Pourquoi le Quai d’Orsay n’a rien vu venir au Moyen-Orient ? Gérard de Villiers

Partager
Atlantico : Pourquoi le Quai d’Orsay n’a rien vu venir au Moyen-Orient ?
Gérard de Villiers : Il y a deux choses. Les représentations officielles d’une part, et la DGSE. A Tunis comme à Tripoli, la DGSE avait un poste actif. Ce n’est pas que les deux n’ont rien vu venir, mais que les consignes politiques étaient de ne rien voir !
En Tunisie Ben Ali était considéré comme un allié, un intouchable. Si un service ou un diplomate disait la vérité dans ses notes, elle s’arrêtait au secrétariat du Quai d’Orsay ou à la Direction Générale de la DGSE. En fait, les professionnels, diplomates ou gens du Renseignement, sont tétanisés parce qu’ils ne veulent pas avoir de problèmes avec leurs supérieurs. ils disent donc que tout va bien en faisant de l’auto censure.
Les services secrets, la DGSE en particulier, ne sont-ils pas plutôt mal renseignés ?
En Tunisie, le précédent chef de poste de la DGSE était un type tout à fait valable, qui en voulait, et il avait commencé à prendre quelques contacts avec l’opposition, ce qui pour un service de renseignement est quand même le B.A.-BA. Or, les Tunisiens l’ont appris, et ils ont exigé son expulsion car ils étaient furieux. Le gouvernement français a accepté, cela s’est passé il ya quelques mois, en 2009.  Vous pensez bien que le chef de poste suivant a fait profil bas et a dit « tout va bien » sans prendre d’initiative ! Ben Ali était une vache sacrée pour la France, donc intouchable pour les services chargés de renseigner… la France.
En Libye, vous connaissez la dernière gaffe ? On évacue ce week-end tous les personnels de l’ambassade de France, aussi bien les diplomates, que le poste de la DGSE. Même si comme en Tunisie, on leur a donné des consignes de ne pas faire de zèle, ils avaient quand même des yeux et des oreilles. Cela veut dire qu’au moment le plus critique, du basculement du pays dans l’inconnu, la France sera sourde et aveugle !
En Libye, les intérêts de la France seront représentés par l’ambassade de Russie…
C’est d’autant plus incroyable que les Français n’étaient pas menacés, il n’y a pas eu un seul Français menacé, mais on a eu des liens tellement complexes avec Kadhafi depuis 30 ans, que l’on a préféré mettre le couvercle sur la marmite, ne rien voir, ne rien savoir.
Nicolas Sarkozy a bien tort de se plaindre de la qualité du travail de ses ministères, que ce soit le quai d’Orsay ou le ministère de la Défense dont dépend la DGSE. C’est le gouvernement qui a donné des consignes de ne rien faire, et si on leur dit de ne rien faire il ne font rien, évidemment ! Difficile de s’en plaindre…
Là-bas, nous ne sommes pas en bon termes avec les Américains, avec les Anglais non plus, car on a des intérêts divergeants dans la région, pour le pétrole, pour les contrats d’armements ou d’infrastructures, alors qu’au contraire nous avons là-bas de bons contacts avec la Russie, et eux vont rester car ils n’ont pas d’intérêts à partir en plein chaos. Tout cela ne va pas au-delà des questions de consulat [NDLR : démarches administratives], mais c’est le symbole que la France n’a plus beaucoup d’amis là bas, et cela doit bien amuser les Russes quand même…
Est ce que ces révolutions sont aussi spontanées qu’elles en ont l’air ?
En tout cas, le fait qu’il n’y ait nulle part d’opposition structurée est plutôt le signe que ces mouvements sont spontanés. On donne toujours comme exemple le renversement du Shah d’Iran, mais dans  tout ces pays-là, il n’y a pas de gens qui se sont vraiment battus longtemps, comme Khomeiny en Iran. Même en Libye, personne ne sait comment cela va évoluer. Les gens qui parcourent les rues en criant « c’est la liberté ! » n’ont pas de chef. Enfin la Libye ressemble beaucoup à l’Afghanistan, avec un régime tribal. Le pays pourrait exploser et un chaos à l’afghane s’installer.
Par ailleurs, vous n’avez pas remarqué la prudence des Américains ? Les Européens ont proposé une interdiction du survol de la Libye ce week-end à l’ONU, ce que les Américains ont aussitôt refusé parlant d’acte de guerre. Nous sommes dans une situation à fronts renversés par rapport à des épisodes récents. Les Américains se contentent vraiment d’être observateurs là où les Européens commencent à se poser la question d’une action. Il n’y a qu’en Egypte que les Américains ont pesé sur l’armée pour lui faire lâcher du lest : c’est le prix du chèque annuel de 3 milliards par an envoyé par Washington à l’armée égyptienne, qui leur permettait jusqu’ici d’acheter une certaine stabilité dans la région. Enfin en Tunisie, ils ont moins pesé qu’on ne l’a dit.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Giraud

« Le temps d’apprendre à vivre et il est déjà trop tard… , Aragon | «Bgn9000's Blog

« Le temps d’apprendre à vivre et il est déjà trop tard… , Aragon | «Bgn9000's Blog: "« Le temps d’apprendre à vivre et il est déjà trop tard… », Aragon
Publié le février 23, 2011 par bgn9000

André Comte-Sponville cite Aragon et Brassens dans « Apprendre à vivre » pour étayer une thèse que je soutiens pleinement : « il s’agit d’apprendre à vivre ; cela seul est philosopher en vérité ». Eh oui, la grande question sur ce que signifie la philosophie trouve tout simplement une réponse que Luc Ferry a titré son dernier best-seller et qui est essentiel pour un public de plus en plus important tandis que notre monde s’extase sur les qualités de l’IPAD et qui se préoccupe de ce qu’Apple concocte comme seconde version. Donc philosopher c’est apprendre à vivre, étudier la philosophie ou simplement lire les textes des grands philosophes c’est apprendre à vivre, et la philosophie est une activité intellectuelle qui consiste à se découvrir soi-même en comptant sur les anciens et nos pairs. Citons encore André Comte-Sponville : « philosopher cela sert à apprendre à vivre, si possible avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’il ne soit tout à fait trop tard… il n’est jamais ni trop tôt ni trop tard pour philosopher, puisqu’il n’est jamais ni trop tôt ni trop tard pour assurer la santé de l’âme, autrement dit pour apprendre à vivre ou pour être heureux ». Pour les enseignants de philosophie qui vont enseigner cette matière dès la seconde au lieu de la terminale, c’est une réelle chance qu’hélas peu d’adolescents vont prendre conscience, mais la petite graine sera plantée bien plus tôt et bien plus durablement (trois années au lieu d’une seule et unique) dans les têtes trop remplies de nos enfants. Et pour revenir à moi, je me retrouve regaillardi dans ma passion d’écriture philosophique autant pour la « santé » de mon « âme » que pour vous chers lecteurs. Nous partageons cet apprentissage. Ainsi, la malédiction que notre nature humaine nous impose s’en trouve quelque peu remédiée par ce savoir-être tourné vers un besoin de savoir-vivre.

Hélas, tout serait simple s’il n’y avait pas autre chose qui chamboule nos bonnes résolutions et ce quelque chose c’est le désir que nous n’arrivons pas à nous débarrasser, un désir de bonheur : « C’est toujours l’idée de Pascal : tout homme veut être heureux, y compris celui qui va se pendre. S’il se pend, c’est pour échapper au malheur ; et échapper au malheur, c’est se rapprocher encore, autant qu’on peut, d’un certain bonheur, fût-il négatif ou le néant même… On n’échappe pas au principe de plaisir : vouloir lui échapper (par la mort, par l’ascétisme…), c’est lui rester soumis ».

Celui qui se pend ne veut pas tant s’échapper du malheur qui lui arrive que de voir son bonheur qui part s’échapper de lui-même. On croit que le bonheur nous appartient et on jalouse celui des autres comme on jalouse leurs autres biens. On croit que le bonheur est un dû comme on croit que le bonheur est une condition de vie réussie. Et surtout, comme l’argent, on n’en à jamais assez. Toujours plus ou parce qu’on le vaut bien… dixit les rengaines de notre société de consommation, grande dealeuse de bonheur bon marché, si coûteux pour nos âmes.

18 février 2011

* Share this:
*
*

Cette entrée a été publiée dans Notes, Philosophie, avec comme mot(s)-clef(s) Luc Ferry, André Comte-Sponville, Aragon, Brassens. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Vol AF-8969, trois jours d'angoisse : actualités sur le mobile et sur le web avec SFR

Vol AF-8969, trois jours d'angoisse : actualités sur le mobile et sur le web avec SFR: "Vol AF-8969, trois jours d'angoisse
vendredi 25 FÉVRIER 2011, 16:39 Culture
Vol AF-8969, trois jours dangoisse
Crédits photo : CAPTURE D'ECRAN INA

Retour sur la prise d'otage du vol Alger-Paris en 1994 par quatre islamistes.

Samedi 24 décembre 1994. 11h15. Aéroport Boumedienne d'Alger. Le vol AF-8969 à destination de Paris s'apprête à partir quand quatre hommes, qui se présentent comme des policiers, montent dans l'avion. A bord 271 passagers.

Les quatre hommes procèdent à un contrôle d'identité des voyageurs. Et lorsque les autorités algériennes, s'inquiétant de l'immobilisation de l'avion, envoient la police, ils révèlent qu'ils sont membres du Groupe islamiste armée (GIA), un groupe terroriste algérien, et demandent la libération de deux islamistes.

Une cellule de crise est immédiatement mise en place au Quai d'Orsay et 40 hommes du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) se préparent à partir sur place.

Deux otages abattus

Devant le refus des autorités algériennes de négocier, un premier otage, un policier algérien, est abattu. Mais les autorités algériennes refusent toujours d'enlever la passerelle qui empêche l'avion de bouger. Un second otage est tué. Le commando menace d'abattre un otage toute les demi-heures si l'avion ne décolle pas.

Le gouvernement français décide alors d'envoyer 45 hommes du GIGN à Alger mais l'Algérie refuse de les laisser atterrir sur son sol. Ils sont détournés vers Palma de Majorque tandis que les otages passent leur première nuit à bord de l'avion.

Dimanche 25 décembre. Les gendarmes d'élite s'entraînent à Majorque et répètent l'assaut dans une carlingue identique à celle de l'avion d'Alger. A Paris, le Premier ministre Edouard Balladur négocie le décollage de l'avion contre la libération des femmes et des enfants. Le commando accepte et laisse partir 63 passagers.

Un Français tué

Après cinq d'attente, l’avion n’a toujours pas décollé. Les terroristes menacent alors d'exécuter un Français. Deux heures après, le cuisinier de l'ambassade de France est abattu d'une balle dans la tête et son corps est jeté sur le tarmac.

Edouard Balladur menace alors son homologue algérien de rendre l'Algérie responsable de la mort des otages aux yeux de la communauté internationale et obtient le décollage de l'avion. Mais la réserve de kérosène a été largement entamée par les 24 heures passées sur le tarmac de l'aéroport et l'avion doit se poser à Marseille au milieu de la nuit. Fatigué, le commando ne répond plus à la radio et en profite pour dormir un peu.

Bombe volante

Lundi 26 décembre. A Paris, l'objectif des preneurs d'otages devient clair : ils veulent faire exploser l'avion au-dessus de la capitale ou faire s'écraser l'appareil sur la Tour Eiffel. Lorsque les kamikazes reprennent contact avec la tour de contrôle, ils exigent 28 tonnes de carburant. Plus de doute, ils veulent bien transformer l'avion en bombe volante car il suffit de 8 tonnes de kérosène pour rallier Paris.

Dès lors, il est hors de question de laisser l'appareil redécoller. Le GIGN met en place son plan d'urgence : 3 équipes de 10 hommes sur des passerelles qui prendront l'avion d'assaut, neuf tireurs d'élite et une équipe pour évacuer les passagers.

Toute la journée, les négociateurs du GIGN parviennent à repousser tous les ultimatums des terroristes. Ils font même libérer un couple de personnes âgées.

La prière des morts

En milieu d'après-midi, la tension monte d'un cran. L'avion vient se positionner au pied de la tour de contrôle. Le commando récite la prière des morts et menace de faire sauter l'avion.

Peu après 17h, les terroristes mitraillent la tour de contrôle. Pour le GIGN, les conditions de l'assaut sont réunies.

17h15. Le capitaine Favier donne le signal. Deux passerelles abordent l'appareil par l'arrière et une par la porte avant. Pendant que les passagers sont évacués par les portes arrières, une partie des hommes du GIGN lutte contre les terroristes retranchés dans le cockpit.

20 minutes de fusillade

Pendant la fusillade, le co-pilote réussit à ouvrir la fenêtre du cockpit et se jette sur le tarmac. Il s'en sort avec un bras et le fémur cassés. Après 20 minutes d'assaut, le dernier terroriste est tué d'une balle dans le cœur.

Regardez les images de l'assaut filmé par les télévisions en 1994 :
new ogpPlayerEmbed().play('CAB94114434', 4575928, 'aucun libelle', 1, 'http://www.ina.fr/player/configurationEmbed', '100', 'http://www.ina.fr/flash/global/visionneuse.swf', 460, 345);

Alors que les autorités françaises avaient prévu plusieurs dizaines de cercueils, l'opération est un succès total. Malgré la violence de la fusillade, on compte moins de trente blessés, dont un grièvement parmi les membres du GIGN.

Dans la nuit, le GIGN et les ex-otages décollent de l'aéroport de Marseille-Marignane. Ils atterrissent à Orly à 2h15 du matin.

Le film L'Assaut, sur les écrans le 9 mars, retrace fidèlement cette prise d'otage restée gravée dans les esprits.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Sunday, February 27, 2011

La “révolution du jasmin” modèle chinois | euronews, monde

La “révolution du jasmin” modèle chinois | euronews, monde: "Les insurrections dans le monde arabe donnent des idées à la population chinoise. Mais les policiers, déployés en grand nombre dans les grandes villes comme Shanghai, ont paré à toute velléité de protestation. Plusieurs militants des droits de l’Homme ont été embarqués dans des fourgons.

A Pékin, il y avait la même présence policière renforcée ce dimanche, notamment dans la rue choisie par des opposants comme point de ralliement. Là aussi, des personnes ont été arrêtées sans ménagement, et des journalistes étrangers qui voulaient filmer ont été bousculés.

En revanche, à Hong Kong, des manifestants ont pu donner de la voix. Ils ont suivi à la lettre l’appel lancé sur internet afin de s’inspirer de la “révolution du jasmin” en Tunisie. “Nous avons voulu déposer des pots de jasmin devant les bâtiments officiels du régime communiste, explique un opposant, mais on nous a stoppé”. L’appel à imiter la “révolution du jasmin” avait été lancé dans 13 villes chinoises. La population ne supporte plus les prix trop chers des produits de base, le manque de logements, et par dessus tout la corruption.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Rixe mortelle à Antony : un regard à l’origine du drame – Metro

Rixe mortelle à Antony : un regard à l’origine du drame – Metro: "Rixe mortelle à Antony : un regard à l’origine du drame
Au moins quatre personnes soupçonnées du meurtre d’un jeune homme de 24 ans vendredi soir sont recherchées. La bagarre a débuté dans un bus de la TVM et a été en partie filmée grâce à la vidéosurveillance.
Le RER B vu de la station La Croix de Berny, terminus du TVM.

Le RER B vu de la station La Croix de Berny, terminus du TVM.

Photo : Wikimedia Commons

“Des bagarres, il y en a à Antony comme partout. A cet endroit, c’est la première fois. Les agresseurs présumés, vu le degré de violence et l’issue tragique de cette rixe, doivent interpellés au plus vite.”
Jean-Yves Sénant, maire UMP d’Antony, dimanche.

La police judiciaire des Hauts-de-Seine, chargée de l’enquête, tente depuis vendredi soir de retrouver au moins quatre hommes soupçonnés d’avoir tué un jeune de 24 ans dans une rixe survenue entre 23h30 et 0h20 à Antony (Hauts-de-Seine). Selon les premiers éléments de l’enquête, la bagarre aurait débuté dans un bus RATP de la ligne TVM (Trans-Val-de-Marne) qui relie le département du Val-de-Marne aux Hauts-de-Seine alors que celui-ci était à l’arrêt.

“Pour un simple regard de travers, les coups ont fusé, indiquait dimanche une source policière. L’exploitation des bandes des caméras de vidéosurveillance a permis d’établir qu’il y avait au moins quatre agresseurs face à trois autres jeunes.” L’un d’eux, pris à partie, Habibou Sow, 24 ans, dé­cèdera des suites de ses blessures. “Ce jeune, originaire de Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et inconnu des services de police, a été frappé à plusieurs reprises par un objet contondant et un extincteur probablement trouvé dans le bus. Les coups, très violents, ont été portés au crâne et au niveau du flanc.”

Malgré ses blessures, la victime est parvenue à s’extraire du véhicule, à marcher quelques mètres, avant de s’effondrer sur le trottoir, non loin de l’arrêt Croix-de-Berny, où était stationné le bus, terminus du TVM et assurant la jonction avec le RER B. “Il n’arrêtait pas de bouger, il y avait énormément de sang sur le sol... Malgré l’arrivée rapide des secours, il n’a pu être sauvé”.

Les quatre agresseurs présumés ont pris la fuite. Les deux amis de la victime, eux, ont été entendus par les enquêteurs ce week-end. “Le chauffeur du bus a eu le réflexe d’activer la caméra de vidéosurveillance qui ne fonctionnait pas car le bus était à l’arrêt. Il est fort probable que les auteurs soient identifiés et retrouvés assez rapidement.” Une autopsie doit être pratiquée lundi matin à l’institut médicolégal de Paris pour déterminer les causes du décès du jeune Montreuillois.


Suivez-nous sur Facebook et Twitter

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Diplomatie française: sourds, aveugles et muets? » Article » OWNI, Digital Journalism

Diplomatie française: sourds, aveugles et muets? » Article » OWNI, Digital Journalism: "PolitiqueInédit
Diplomatie française: sourds, aveugles et muets?

Après la fronde des juges et des policiers, voici que les diplomates s'en prennent au pouvoir politique. Signe d'une crise passagère ou profonde impasse idéologique?
Tags
diplomatie, france, gouvernement, Michèle Alliot-Marie, Politique, Quai d'Orsay, soft power
par David Servenay Le 27 février 2011
aucune réaction
facebook share mail email A+ A-

À propos de l'auteur

A l'échelle du web, je suis un vieux converti non-techno compatible, comprenez que j'ai tout juste 40 ans, que j'ai appris à lire dans les livres et que la souris n'est pas un prolongement naturel de ma main droite. J'exerce mon fabuleux métier de journaliste depuis le temps des premières boites mail, d'abord à la radio (RFI, 1995-2007), puis en participant à l'aventure de Rue89 (2007-2011). J'aime les affaires compliquées (pétrole, armes, stupéfiants...), dans des endroits exotiques (l'Afrique, les campagnes ignorées) et je suis curieux de tout ce qui me surprend, car c'est la promesse à laquelle je m'efforce d'être fidèle, ici comme ailleurs : surprendre mon lecteur. NB : j'ai aussi écrit deux livres, l'un sur le Rwanda (Une guerre noire, La Découverte, 2007), l'autre sur l'histoire du patronat (Histoire secrète du patronat, La Découverte, 2009).
Du même auteur

* Djibouti: la révolution sans médias?
* Ventes d’armes: la corruption comme garantie
* [ITW] “C’est l’armée qui a chassé Ben Ali du pouvoir, pas la rue”
* Espionnage chez Renault: un cas de bleuïte ou une vraie fuite?


Sur le même sujet

* Les contenus à l’heure de l’abondance
* Google triomphe, l’édition française est outragée
* Usurper n’est pas jouer
* Statelogs: de la profondeur plus que de la transparence
* Prix de la presse au Kg : la presse française bien plus chère
* Al-Jazeera: La voix de l’émirat?
* Journalistes, laissez-vous les camelots titrer vos articles?
* Loppsi: avec ou sans juge ?
* Copier n’est pas voler
* Hadopi 2, Lefebvre parle…

Trois tribunes en une semaine. Trois textes d’une singulière et rare violence, dans un milieu habitué à plus de réserve et de doigté. Trois libelles rédigés et signés par de hauts fonctionnaires dont le travail quotidien est de nous représenter. Dans l’ordre, si vous les avez raté :

1. Mardi, dans Le Monde, un mystérieux groupe Marly attaque la « voix de la France » désormais « disparue », exécution en règle de la politique sarkozyenne:

A l’encontre des annonces claironnées depuis trois ans, l’Europe est impuissante, l’Afrique nous échappe, la Méditerranée nous boude, la Chine nous a domptés et Washington nous ignore ! Dans le même temps, nos avions Rafale et notre industrie nucléaire, loin des triomphes annoncés, restent sur l’étagère. Plus grave, la voix de la France a disparu dans le monde. Notre suivisme à l’égard des Etats-Unis déroute beaucoup de nos partenaires.

2. Jeudi, dans le Figaro, réplique d’un non moins mystérieux groupe Rostand qui fustige une « petite camarilla de frustrés » et défend les acquis de la « politique d’action » menée par le président:

Le traité de Lisbonne, la présidence française de l’Union européenne, les accords de défense avec l’Angleterre, la Géorgie sauvée de l’invasion et préservée dans son indépendance, les partenariats stratégiques avec l’Inde et le Brésil, les fondations d’un vaste espace commun avec la Russie, en Afrique la réconciliation avec le Rwanda, la refonte de nos accords de défense et le soutien déterminé à la démocratie ivoirienne, la fermeté lucide face à l’Iran, les initiatives à l’ONU sur le contrôle des armes ou les droits des homosexuels, pour ne citer que ceux-là.

3. Enfin, dimanche, dans Libération, l’énigmatique groupe Albert Camus livre une dernière salve, quelques heures avant l’annonce officielle du départ de Michèle Alliot-Marie du Quai d’Orsay, en tirant les leçons du naufrage arabe de la diplomatie française:

Nous constatons une nouvelle fois que notre pays, malgré ses références mécaniques aux droits de l’homme, éprouve les plus grandes difficultés à intégrer dans sa politique étrangère la défense de la démocratie, le soutien aux dissidents et à la transformation des régimes. Il semble paralysé par la peur du changement, obsédé par la volonté de maintenir le statu quo, la stabilité.

Sous-titrage : les premiers, proches du Parti socialiste, tirent à boulets rouges sur Nicolas Sarkozy. Les seconds, reprenant des éléments de langage entendus à l’Elysée, le défendent. Les derniers, se faisant l’écho des arguments d’un Dominique de Villepin, tentent une audacieuse passe-sautée pour préparer l’avenir. Avec la droite ou avec la gauche.

La diplomatie a perdu 20% de ses moyens en 25 ans

Au-delà des divergences de points de vue, ces trois interventions publiques ont ceci de particulier qu’elles dessinent précisément les forces et faiblesses de notre système actuel :

* Hypercentralisation de la décision politique à l’Elysée au détriment de l’action de la diplomatie (ministre + administration)
* Primauté à l’action de court terme sur les engagements à long terme
* Absence de vision stratégique au profit d’alliances tactiques de circonstances
* Pas de vraies différences droite/gauche sur les options à suivre en matière de politique étrangère (cf. crise tunisienne et suivantes)

Il est d’ailleurs révélateur que la dernière tribune marquante sur le sujet ait été co-signée, l’été dernier dans Le Monde (6 juillet 2010), par Hubert Védrine (ministre PS des Affaires étrangères 1997-2002) et… Alain Juppé (ministre RPR des Affaires étrangères 1993-1995). Que disaient-ils, ensemble ? Que la diplomatie française s’appauvrit. En 25 ans, elle a perdu « 20% de ses moyens financiers ainsi qu’en personnels » :

Les économies ainsi réalisées sont marginales. En revanche, l’effet est dévastateur : l’instrument est sur le point d’être cassé, cela se voit dans le monde entier. Tous nos partenaires s’en rendent compte.

Ils avaient raison : l’effet est dévastateur. Nous sommes en train de le mesurer chaque jour un peu plus dans la litanie des révolutions de l’hiver. Incapables de comprendre le monde actuel, les politiques n’ont même plus la possibilité de se reposer sur une administration performante, innovante et anticipatrice.

Pourquoi ? La RGPP (revue générale des politiques publiques), qui taille chaque année dans les budgets et réduit le nombre de postes, fait figure de grande accusée. Puis viennent les hommes et leurs défauts. Faire de Boris Boillon (actuel ambassadeur à Tunis) la prométhéenne icône de la nouvelle politique arabe de la France était aussi risquée que futile. Il n’est ni plus mauvais, ni meilleur qu’un autre. Juste un peu plus jeune (41 ans) et maladroit que ses collègues rompus à toutes les manœuvres de couloir. Un coup de poker dans une partie d’échecs.

Recul du soft power, défiance des élites du Sud

Alors l’espoir viendrait d’un Alain Juppé ou d’un Hubert Védrine, eux qui n’ont rien anticipé des mouvements actuels? Probablement pas. A moins que leur longue traversée du désert respective (canadien pour Juppé, dans un grand cabinet d’avocats d’affaires pour Védrine) n’ait eu pour effet de changer radicalement leur perception du monde et, du coup, de modifier leur grille d’analyse. Rien de tel dans leurs discours publics en tout cas.

Pourtant, le constat est clair :

* La France manque d’idées originales, sa position recule chaque année sur le terrain du « soft power »
* Les engagements de son armée (Afghanistan, Côte d’Ivoire) sont illisibles pour l’opinion et incompréhensibles pour les militaires
* Les élites intellectuelles du monde entier, en particulier celles du Sud, s’en détournent lentement mais sûrement
* Enfin, elle continue d’afficher des principes universels (droits de l’homme, égalité sociale…) en totale contradiction avec ses pratiques politiques (ventes d’armes, soutiens aux pires dictateurs)

Ce grand écart est en train d’exploser sous nos yeux. De Tunis jusqu’à Tripoli, chaque crise nous renvoie à nos paradoxes. Et nous restons muets, sourds et aveugles.

__

Crédits photo: Flickr CC Propaganda Times, Alain Bachellier, uhrmacher-nr.1
---

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Irak : Message au MONDE entier, #LES IRAKIENS arrivent… · Global Voices

Irak : Message au MONDE entier, #LES IRAKIENS arrivent… · Global Voices: "Ce billet est aussi disponible en:
English · Iraq: To the entire WORLD, #IRAQIS are coming…

* reddit
* StumbleUpon
* delicious
* Instapaper

Version imprimable Version imprimable

… ainsi parle @ArabPeople

Le peuple irakien puisant son inspiration dans les différentes révolutions qui agitent le monde arabe a donné le départ de sa propre journée de colère le 25 Février. La manifestation principale était localisée sur la place Tahrir à Baghdad mais d'autres événements similaires ont eu lieu à travers tout le pays. @ArabPeople écrit [les liens sont en anglais] :

#L'Irak vient juste de commencer et il va surprendre le #monde arabe tout entier. Aucune autre révolution n'a commencé dans 17+ localisations différentes. Ce n'est que le début.

La page Facebook de la révolution irakienne a publié une liste de revendications traduites, ici, dans leur intégralité qui se termine par:

À PARTIR D'AUJOURD'HUI NOUS N'ACCEPTONS PLUS DE PROMESSES

- Nous en avons marre des déclarations politiciennes, marre des promesses mielleuses, marre des décisions prothétiques que certains officiels prennent pour jeter de la poudre aux yeux des gens.

- Des promesses vides de sens ne calmeront pas la colère, de piètres annonces n'habilleront pas les mal-vêtus, et de brillants slogans n'étancheront pas la soif de ceux à qui ils sont destinés.

- Le silence n'est plus un choix pour chacun d'entre nous, à partir d'aujourd'hui nous ne serons donc plus muets …

- Alors durant combien de temps les Irakiens resteront-ils encore divisés en deux classes, celle qui mange la viande, et celle qui mange le gras!!

- Et combien de temps un groupe de gens va-t-il encore toucher plusieurs salaires, chaque salaire satisfaisant tout un clan, tandis que d'autres n'ont même pas un centime pour subvenir au bien-être des leurs!!

- Et combien de temps encore un groupe recevra-t-il la chaleur du feu causé par l'embrasement des fonds publics tandis que d'autres meurent à cause du froid des nuits d'hiver!!

- Et combien de temps encore certains profiteront de l'eau fraîche dans la chaleur de l'été tandis que d'autres étanchent leur soif avec de l'eau des égouts!!

DIEU NOUS EN EST TÉMOIN… NOUS NE RESTERONS PLUS SILENCIEUX

IQ4C a mis en ligne le plan de la manifestation de Bagdad sur cette image:
CA55FA96-2E51-417E-A627-FC28F1779999.jpg

et relayé ensuite sur twitter:

fatigué de chercher à manger aujourd'hui, c'était un bon entrainement pour exprimer ma liberté en paix, je suis un homme paisible, en plus d'être un civil # iraq # iq4c # feb25

Sunshine assure le reportage de Mossoul où son cousin a participé à la manifestation. Elle en relaie quelques splendides images et baptise l'événement:

Aujourd'hui c'est la “vendredi de la colère” et cette révolution s'appelle: al nakheel's revolution “la révolution des palmes “.

elle écrit:

L'important, c'est que l'intention des gens n'est pas de tout casser…

Autre chose qui fait plaisir à voir, ce sont les gens qui font ensemble la “prière du vendredi” sur Al Tahreer à Bagdad, sunnites et chiites ensembles, et ils ont lancé “nous sommes des frères sunnites et chiites et nous ne braderons pas ce pays”, la même chose se passant à Sulaymania lorsque des Kurdes et des Arabes ont prié ensemble… Les citoyens sont unis, c'est le gouvernement qui tente de nous séparer et d'étendre le confessionnalisme, mais cela n'arrivera pas, et leurs plans, aussi sournois soient-ils, n'y parviendront pas..

Je prie pour un futur plein d'espoir, et aujourd'hui je suis fière des Irakiens, je sais combien les gens sont formidables ici, et combien ils ont enduré, non seulement depuis 7 ans, mais aussi depuis que Saddam a pris le contrôle du pays…

Avertissements du pouvoir en place

Le premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, accuse les supporters de Saddam et al-Qaida d'avoir organisé les manifestations et les leaders religieux chiites ont exhorté les gens à ne pas manifester. Healing Iraq donne ( ici et ici), son pont de vue:

Les tactiques d'intimidations de Maliki ne marchent plus avec les Irakiens et ne servent qu'à le discréditer un peu plus. Les irakiens en ont marre du copinage, de la corruption…

Réaction typique de la part de l'establishment clérical qui souhaite garder sa main-mise sur les chiites irakiens de façon à conserver ses coffres pleins. Ces manifestations anti-corruption qui balaient le pays de Sulaimaniya à Barash sont une énorme menace pour ceux qui brident le progrès dans ‘l'Irak démocratique'.

Abbas Hawazin ajoute:

Le comportement adopté [par le gouvernement irakien] dans l'approche de ces manifestations était EXACTEMENT le même que celui de toutes les tyrannies aux alentours: la confirmation anxieuse d'une profonde incertitude quant à sa propre légitimité, la course aux promesses en retard d'un train, la remise en cause du fond de la contestation, et les velléités de faire appel aux vieux croquemitaines … Dorénavant, je suis FERMEMENT contre ce gouvernement

Kassakhoon pense que ces manifestations ne sont qu'un début:

Les manifs démontrent aussi combien ce gouvernement est faible et terrifié par la population lorsqu'il envoie les forces de sécurité par milliers pour bloquer les routes, principalement le pont qui mène à la déjà très fortifiée zone verte protégée par de hauts murs en béton anti-explosions.

Aucun des représentants du gouvernement n'a osé se présenter devant les manifestants, ils ont exclusivement parlé à la télévision d'État ..

Il est vrai que les manifestations d'aujourd'hui sont terminées sur le terrain, mais elles sont encore bien vivantes à l'intérieur des manifestants. Ce dont nous avons été témoins aujourd'hui n'était qu'une petite boule de neige qui vient de commencer à rouler et qui va grossir jour après jour.

Contrairement à M. Maliki, qui accuse les manifestants d'être à la solde de Saddam, Layla Anwar celle qui, parmi les blogueurs irakiens, se rapproche le plus d'une saddamiste donne un avis assez différent sur les manifestations :

Manifs' mon cul. Où étiez-vous quand les tanks sont arrivés? Où étiez-vous quand les chiites sectaires et leurs mollahs enturbannés vous ont achetés avec quelques centaines de dollars pour un doigt trempé dans l'encre violette et un vote “démocratique” …

Où étiez-vous quand nous nous avons fui en masse, vivant la vie des chiens en exil … Où étiez-vous quand les milices que vous portiez aux nues ont vu le jour et et que vous dansiez pour nous avoir tous décimés? Où étiez-vous, bordel ?

Où étiez-vous lorsque vous avez laissé un autre fils de pute sectaire d'Iran prendre à nouveau le pouvoir, pour un deuxième mandat et vous vous êtes assis avec eux et avez parlé de réconciliation nationale et d'urnes ?!

Où étiez-vous lorsque la résistance irakienne luttait SEULE contre l'envahisseur ?

… …

Réclamer de meilleures conditions de vie aux marionnettes est une idiotie. Des centaines d'entreprises étrangères vivent sur votre dos, apportant avec elles leur propre personnel en vous abandonnant à votre triste sort, celle qu'on appelle la classe instruite de travail, des cols bleus dans votre propre pays …

Alors, où étiez-vous? … …

Lâchez-moi un peu, vous les hypocrites.

L'Irak est mon plus grand amour et vous êtes ma plus grande déception.

Manifestez autant que vous le souhaitez, je ne vous prêterai pas ma voix. J'ai été une voix isolée, pendant les 5 dernières années et j'ai subi les pires sévices en votre nom. Protestez autant que vous voulez.

Creative Commons License
Ecrit par Salam Adil · Traduit par Jean Saint-Dizier
Traduction publiée le 27 Février 2011 · Version imprimable Version imprimable

* redditreddit
* StumbleUponStumbleUpon
* deliciousdelicious
* InstapaperInstapaper


D'autres billets sur Irak

*
Lire la suite
Les Irakiens réclament le changement
*
Lire la suite
Irak : Un salut au peuple d'Egypte
*
Monde arabe : Lamentations sur la rupture du Soudan

lire plus »
Effacer ce commentaire
Commentez

Merci de... S'identifier »

Nom (Requis)

Contacter (Ne sera pas publiée sur le site) (Requis)

Site web

Recevoir par e-mail les prochains commentaires sur ce billet

Règles de modération des commentaires

* Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
* Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.



– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Après Marly et Rostand, le groupe de diplomates Albert Camus | À la Une | Reuters

Après Marly et Rostand, le groupe de diplomates Albert Camus | À la Une | Reuters: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Après Marly et Rostand, le groupe de diplomates Albert Camus

dimanche 27 février 2011 15h45

PARIS (Reuters) - La mode des tribunes de diplomates français ne se dément pas avec une troisième, qui accuse clairement Michèle Alliot-Marie et réclame un soutien plus ferme de la France à la démocratie et aux droits de l'homme.

Après le groupe Marly, qui a violemment critiqué les orientations de la politique étrangère de la France dans les colonnes du Monde, et le groupe Rostand, qui a pris la défense des options de Nicolas Sarkozy en matière internationale dans le Figaro, voici donc le groupe Albert Camus.

Ce dernier, qui intervient dimanche sur le site du quotidien Libération (www.liberation.fr), dénonce les "prises de position partisanes" des deux précédents groupes.

Il insiste sur la responsabilité du chef de la diplomatie française, dont le départ du gouvernement est annoncé comme imminent après la polémique provoquée par ses vacances et ses amitiés tunisiennes.

"Ayons l'honnêteté de reconnaître que si notre ministre des Affaires étrangères, dont la vision du monde est dominée par les questions d'ordre, n'avait pas proposé à Ben Ali la coopération policière de la France ni passé ses vacances dans une Tunisie en pleine révolution, notre diplomatie ne connaîtrait pas le feu de critiques dont elle est actuellement l'objet", écrivent les diplomates anonymes.

Pour le groupe Albert Camus, le deuxième problème à l'origine de la crise actuelle de la diplomatie français est une trop grande timidité de Paris dans le soutien à la démocratie et aux droits de l'homme.

"Nous constatons une nouvelle fois que notre pays, malgré ses références mécaniques aux droits de l'homme, éprouve les plus grandes difficultés à intégrer dans sa politique étrangère la défense de la démocratie, le soutien aux dissidents et à la transformation des régimes", lit-on dans sa tribune.

Le groupe souhaite que le remaniement gouvernemental annoncé "soit l'occasion d'une remise à plat."

Patrick Vignal

Josh Fox, réalisateur anti-gaz de schiste classé “terroriste” » Article » OWNI, Digital Journalism

Josh Fox, réalisateur anti-gaz de schiste classé “terroriste” » Article » OWNI, Digital Journalism: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

中國茉莉花革命 傳千人被捕 Jasmine Revolution thousands of people were arrested in China

i frati di San Martinu.wmv

Frati di questu cunventu
C'hè ghjuntu una brutta ghigna
Ô Signore , ,chi spaventu
S'hè siccata a nostra vigna!

ripigliu

Noi frati di san Martinu
Un sapemu cume fà
Quandu un n'avemu più vinu
Un pudemu più cantà
Un pudemu più cantà: "Alleluia, alleluia!"

Da u prufondu di l'infernu
U diavule, c'invita
A bia per sempiternu
Vinu corsu e acquavita

Ripigliu
Noi frati di san Martinu
Un sapemu cume fà
U paradisu hè mischinu
Un pudemu più canta
Un pudemu più cantà : "Alleluia alleluia"

A posta che lu Signore
Un ha core di matrigna
Che lu ci facci l'onore
Di piantacci un'altra vigna

Ripigliu
Noi frati di san Martinu
Tandu saperemu fà
A so messa cu u so vinu
E saperemu cantà
E saperemu cantà : "Alleluia, alleluia! "(bis)

Vieille chanson corse , humoristique : la vigne du couvent de San Martinu a séché sur pieds; les moines ne peuvent plus chanter Alleluia , tant que le seigneur n'écoute pas leurs prières pour régénérer leur vigne afin qu'ils aient du vin (et même de l'eau de vie )pour la messe.

Les Inrocks : Tarnac : les mis en examen vont déposer trois plaintes contre la police

Les Inrocks : Tarnac : les mis en examen vont déposer trois plaintes contre la police: "Un nouveau round commence dans le combat qui oppose le “groupe de Tarnac”, mis en examen pour des actes terroristes, aux policiers et juges chargés de l’enquête. Après avoir demandé la requalification des faits en simples sabotages - refusé en mai 2009 - l’annulation de pièces de la procédure - refusé en octobre 2010 - et la réalisation de plusieurs actes d’enquête qui pourraient les disculper - refusé ou ajourné - les mis en examen passent à l’étape supérieure.

Selon les informations recueillies par Les Inrocks, ils vont déposer trois plaintes (contre X mais visant clairement les policiers de la sous-direction antiterroriste, Sdat) pour interceptions illégales, subornation de témoin et surtout faux et usages de faux en écriture publique.

Julien Coupat et Yildune Lévy espèrent ainsi démontrer devant la justice que le procès-verbal de leur filature, dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008, et les versions policières successives tendant à le contredire plutôt qu’à le confirmer, constituent une manoeuvre de la Sdat pour affirmer leur culpabilité sans preuve.

Le PV 104, un faux?

Cette nuit-là, une vingtaine d’agents de la Sdat et de la DCRI suivent une Mercedes occupée par deux “membres de la mouvance anarcho-autonome”, en Seine-et-Marne. Les policiers voient le couple s’arrêter dans une pizzeria, dormir quelques heures dans la voiture à Trilport puis reprendre la route avant de stationner à nouveau, à proximité d’une voie ferrée sur la commune de Dhuisy. Puis leur véhicule retourne à Paris.

Au petit matin, près de l’endroit où s’était garée la voiture, le passage du premier TGV provoque une gerbe d’étincelles qui attire l’attention des policiers. Les suspects sous surveillance ont-ils commis un acte de sabotage?

Sur la foi du procès-verbal de filature dressé ce jour-là, désormais connu sous le nom de “PV 104”, Julien Coupat et Yildune Lévy sont arrêtés, mis en examen et écroués pour direction d’une association de malfaiteurs à vocation terroriste. Ils risquent la cour d’assises spéciales, même s’il n’y a eu ni morts ni blessés, le trafic SNCF ayant simplement été perturbé. Ni photos sur les lieux, ni traces ADN, ni aveux ne viennent prouver leur culpabilité.

Le rapport des policiers renforce les doutes

Plus de deux ans après l’ouverture de l’enquête, dans laquelle dix personnes sont mises en examen, le récit de cette nuit de filature varie selon les policiers interrogés et les contradictions apportées par la défense. Impossibilités temporelles, divergences entre les observations : le déroulement de ces quelques heures reste si flou que le juge d’instruction a exigé des policiers, un an après les faits, qu’ils s’expliquent sur le compte-rendu. Ils ont rendu leur rapport en juin.

“Les nouvelles pièces d’exécution, qui devaient “préciser” certains points incohérents de l’enquête de police, n’ont ajouté que de nouvelles invraisemblances”, estiment les avocats des mis en examen, maîtres William Bourdon, Jérémie Assous et Thierry Lévy.

Montage policier ou travail de cochon? En tout cas, le résultat décrédibilise largement le professionnalisme de la police antiterroriste. Les incohérences de l’enquête et les questions sans réponses ont décidé Julien Coupat et Yildune Levy à porter plainte pour faux et usages de faux en écriture publique. Ce crime, s’il est commis par des personnes dépositaires de l’autorité publique, est puni de 15 ans de prison et 225000 euros d’amende.

Ils porteront plainte également pour subornation de témoin : une connaissance de Julien Coupat avait témoigné contre eux anonymement, avant de se rétracter, parlant de pressions policières visant à orienter son témoignage dans le sens de l’accusation.

Une plainte pour des écoutes illégales de l’épicerie de Tarnac, effectuées avant le début de l’enquête préliminaire et découverte par hasard par un agent de France Télécom, vient compléter le tableau.

Deux perches tendues au bon moment

Ce vendredi, le Nouvel Obs se fait l'écho d'une nouvelle piste, opportunément communiquée par les enquêteurs quelques jours avant le dépôt des plaintes dont nous avons eu connaissance.

En février 2010, la brigade fluviale avait fouillé la Marne, qui passe à 20 km des voies TGV. Elle y trouve deux tubes en PVC longs de deux mètres, qui emboîtées l’une dans l’autre à l’aide d’un manchon recouvert de scotch auraient pu servir à hisser le crochet sur la caténaire. Pas d’ADN, des “preuves matérielles” recueillis un an et demi après les faits, peu importe : selon la police ce sont probablement les perches dont se serait débarrassées Julien Coupat dans la rivière lors d’un arrêt sur la route du retour.

Reste quelques questions : Pourquoi fouiller la Marne plus d’un an et demi après les faits? Comment attribuer à Julien Coupat, qu’aucun policier n’a vu sortir les perches et les jeter à l’eau, l’achat en liquide de ces objets lors d’un instant où il aurait échappé à la surveillance policière? Pourquoi la police ne mentionne-t-elle que maintenant l’existence d’une balise GPS sur la Mercedes, dispositif illégal s’il n’est autorisé par un juge des libertés et de la détention?

Lire l'intégralité de l'article dans Les Inrockuptibles n°795 du 20 février 2011.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Saturday, February 26, 2011

Chambéry | Ses proches escroqués de 1 150 €

Chambéry | Ses proches escroqués de 1 150 €: "On connaissait l’arnaque ivoirienne “à l’amour” : une belle inconnue vous envoie des mails langoureux et au fil des jours vous demande de l’argent. Il y a maintenant le piratage des boîtes mail pour demander, dans un courrier alarmiste envoyé à tous les contacts de la victime, de l’aide et de l’argent.

Alexandrette Bugelli, résidant en Combe de Savoie, en a fait les frais. Lundi 14 février, elle reçoit une dizaine de coups de fil. « Tous me disent la même chose : “J’ai reçu ton mail, j’allais payer car tu avais l’air d’avoir vraiment besoin d’aide.” » Le mail en question raconte ceci : “Je suis en Côte d’Ivoire dans le cadre d’une conférence. J’ai oublié mon sac dans un taxi. […] En plus, hier, je me suis foulé la cheville. […] J’ai des frais à régler. J’ai besoin urgemment que vous me prêtiez 1 150 euros.” Le mode de règlement est bien évidemment détaillé. Par mandat cash.
Sa cousine a « plongé tête baissée »

Et l’arnaque a fonctionné. Sa cousine, de la région parisienne, a envoyé l’argent le jour même. « Pourtant, on avait déjà eu écho d’arnaques africaines mais quand on a lu son mail, on a plongé tête baissée. J’étais inquiète pour elle. »

Car le mail est crédible. « Elle m’appelle “ma chérie” comme elle a l’habitude de le faire. Je sais qu’elle donne des conférences et qu’il lui arrive de se déplacer. » Ils avaient donc bien épluché tous les mails, connaissaient des détails de sa vie… Et ont ainsi pu mieux berner les destinataires. En Savoie, le procédé est connu. « Nous avons enregistré une ou deux plaintes il y a quelques mois », précise le commissariat de Chambéry. « Ce genre d’arnaque arrive mais c’est rare. »

Alexandrette Bugelli a voulu porter plainte à la gendarmerie. « Mais ils ont refusé de l’enregistrer car je n’étais pas la victime. Mais je suis une victime ! C’est comme la calomnie, il en reste toujours quelque chose. »

Sa cousine a porté plainte. « On sait très bien qu’on ne récupérera pas notre argent. Mais je suis en colère contre la Banque Postale car elle continue de travailler avec Western Union alors que les procédures ne sont pas respectées. À la réception de l’argent, personne n’a exigé de carte d’identité. »

La Poste se défend en précisant qu’elle informe les clients sur les fraudes concernant l’envoi d’argent. Pour ce qui est de la réception, c’est Western Union qui s’en occupe et selon la société, les processus sont assez stricts.

« Nous permettons de transmettre du cash à l’autre bout du monde en très peu de temps. Après, si ce canal est utilisé à des fins frauduleuses, nous ne sommes pas responsables. » Aujourd’hui, Alexandrette n’a plus accès à ses boîtes mail. « Je crois que je vais revenir à la bonne vieille lettre… »

par la rédaction du DL le 27/02/2011 à 05:35
Vu 310 fois

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Les anti-Khadafi déterminés à prendre le contrôle de Tripoli | euronews, monde

Les anti-Khadafi déterminés à prendre le contrôle de Tripoli | euronews, monde: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Conférence. Crise des années 1930 et République

Conférence. Crise des années 1930 et République: "Dimanche 27 Février 2011
Conférence. Crise des années 1930 et République

Le 3e vendredi de la GLMU verra la Grande Loge Mixte Universelle recevoir Annie Lacroix-Riz, professeur émérite 'histoire contemporaine de l'Université Paris-VII sur le thème Crise des années 1930 et République. Cette conférence aura lieu le vendredi 4 mars 2011 de 19h à 21h30 à Paris (51 rue des Haies - 75020 Paris).

Annie Lacroix-Riz est notamment l'auteure de:

* Le Vatican, l'Europe et le Reich de la Première Guerre mondiale à la Guerre froide (1914-1955) (A. Colin, édition complétée et révisée 2010)

* Le choix de la défaite: les élites françaises dans les années 1939 (A. Colin, édition complétée et révisée 2010)

* De Munich à Vichy, l'assassinat de la 3e République, 1938-1940 (Paris, A. Colin, 2008)

* L'intégration européenne de la France. La tutelle de l'Allemagne et des Etats-Unis (Pantin, Le temps des cerises, 2007)

* L'histoire contemporaine sous influence (Pantin, Le temps des cerises, 2004)

* Industriels et banquets français sous l'Occupation. La collaboration économique avec le Reich et Vichy (A. Colin, 1999)


Jiri Pragman

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

pas de snipper pour UBUKADAFFFFFIIII

Contestation des régimes autoritaires: la Chine à risque ? | Radio Nederland Wereldomroep

Contestation des régimes autoritaires: la Chine à risque ? | Radio Nederland Wereldomroep: "Face aux révoltes populaires historiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la Chine, où sévissent également parti unique, corruption et flambée des prix alimentaires est-elle à risque ? Des sinologues répondent non --ou pas encore.

Le déploiement policier dimanche après l'appel lancé sur l'internet à manifester dans treize villes de Chine l'a montré sans ambiguïté : Pékin tuera dans l'oeuf toute révolte.

Le Parti communiste a tiré les leçons de ses sept semaines de paralysie qui s'étaient conclues par un bain de sang près de la place Tiananmen en juin 1989, lorsque l'armée avait tiré sur le peuple.

Les ferments de l'embrasement du monde arabe sont présents en Chine : régime étouffant la dissidence, corruption, népotisme, creusement du fossé entre riches et pauvres et hausse des prix alimentaires. De plus, près d'un demi-milliard de Chinois est connecté à l'internet.

'Je ne crois pas que la Chine sera le prochain domino', estime pourtant Perry Link, de l'Université de Californie.

'Si vous additionnez les franges de la population qui sont victimes d'intimidation, ont été achetées, endoctrinées, qui se révolteraient bien mais ne sont pas organisées... il ne reste pas une partie suffisante pour faire un domino', dit-il à l'AFP.

Pour Daniel Bell, de l'Université Tsinghua, il y a bien en Chine 'un désir de plus d'ouverture, de liberté d'expression, de justice, mais pas le même désir de révolution qu'au Moyen-Orient'.

D'autant qu'il y existe 'les opportunités de mobilité sociale qui manquent au Moyen-Orient'.

En Chine 'on n'a pas du tout la même situation', relève aussi Jean-Louis Rocca, de Tsinghua également. 'On a un soutien au régime très fort ici, même si les gens ne sont pas contents. Il n'y a pas de volonté de changement de régime.'

En trois décennies de formidable croissance, le pouvoir communiste a extrait des centaines de millions de Chinois de la pauvreté et permis l'émergence d'une classe moyenne de plusieurs centaines de millions d'autres.

Et même s'il subsiste de nombreuses difficultés, 'globalement on n'a pas en Chine un sentiment de crise profonde comparable à ce qui se passait chez Moubarak ou en Tunisie', dit le sociologue, il n'y a 'ni désespoir, ni impression qu'on n'a pas d'avenir'.

Surtout pas chez la jeunesse, malgré un taux de chômage élevé des diplômés.

Les Chinois souhaitent essentiellement 'que le régime fasse ce qu'il a promis', poursuit M. Rocca : réduction des écarts de revenus, instauration d'un Etat de droit ou couverture santé.

'Quand les gens entrent dans la classe moyenne, ils ont tendance à souhaiter la stabilité', note également Jean-Pierre Cabestan, de la Hong Kong Baptist University.

Ainsi, pour les Chinois 'ce n'est pas le moment de faire chavirer le bateau', dit-il, 'les conditions ne sont pas réunies pour un affrontement direct. C'est probablement trop tôt pour l'instant'.

On ne peut toutefois exclure, selon lui, 'des espèces d'abcès dans des capitales provinciales', par exemple contre la corruption des cadres.

Autre différence de taille avec l'Egype, la Tunisie ou la Libye, le pouvoir en Chine communiste n'est ni personnalisé, ni dynastique.

'Ici personne ne pourrait dire 'Hu Jintao dégage !', explique Jean-Louis Rocca, au sujet du chef de l'Etat : 'Hu Jintao n'a aucun pouvoir personnel', puisque c'est le Bureau politique qui dirige.

En Chine, 'le numéro un change tous les dix ans', note aussi M. Cabestan, et 'ce n'est pas une famille qui s'enrichit'.

Pourtant, certains se prennent à rêver. Comme l'avocat Teng Biao, interrogé sur l'Egypte par l'AFP.

'Je crois qu'il y a une possibilité que cela se produise' en Chine, a-t-il dit la semaine dernière. Juste avant de devenir injoignable.

En tout cas, Tiananmen ne sera pas une nouvelle place Tahrir, épicentre de la révolution au Caire : son accès est restreint depuis 2008 par des barrières, avec des contrôles de sécurité.
© ANP/AFP

*
Face aux révoltes populaires historiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la Chine, où sévissent également parti unique, corruption et flambée des prix alimentaires est-elle à risque ? Des sinologues répondent non --ou pas encore.

Favori/Rechercher cet article avec :

* Delicious
* Digg
* StumbleUpon
* Reddit
* Facebook
* Google
* Technorati

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Egypte | Chine-Afrique du Nord : "made in Egypt"

Egypte | Chine-Afrique du Nord : "made in Egypt": "Attirées par un environnement idéal, près d’un millier d’entreprises chinoises ont délocalisé leur production sur les rives du Nil. Et ce n’est qu’un début.

« Sois un exemple, travaille de ton mieux. » Le conseil est affiché bien en vue, en arabe et en chinois, dans la salle principale de l’usine du Nile Textile Group. Les ouvriers égyptiens, hommes et ­femmes, sont ­penchés sur leurs ­machines à coudre, tandis que de jeunes Chinoises ­contrôlent la qualité du travail par-dessus leur épaule. Dans le brouhaha des ­machines, l’absence de langue commune rend la communication un peu plus difficile. Mais avec les ­quelques mots d’arabe qu’ils ont appris, et beaucoup de ­gestes, les contremaîtres chinois parviennent à se faire comprendre. « Nous avons aussi une traductrice qui vient ­quelques heures chaque jour », assure le manager égyptien de l’usine, Mansour al-Saïd.

Installée depuis dix ans dans la zone franche de Port-Saïd, l’entreprise chinoise Nile Textile Group est florissante. Son carnet de ­commandes est plein, les demandes émanant principalement de clients américains. Ses six cents employés, dont 20 % sont chinois, ne sont pas près de se retrouver au chômage. Alors que Pékin a annoncé, lors du Forum Chine-­Afrique, les 8 et 9 novembre à Charm el-Cheikh, une nouvelle moisson d’investissements pour le continent, cette usine illustre la volonté chinoise de délocaliser une partie de sa ­production industrielle en Afrique du Nord.

Prime à la productivité

L’histoire est d’abord ­individuelle : en 1999, Li Jinglin, originaire du Jiangsu, l’une des principales régions textiles de Chine, s’installe en ­Égypte et crée le Nile Textile Group. À ­l’époque, le textile chinois pâtit de la politique américaine et européenne des quotas. En Égypte, en ­revanche, la nouvelle entreprise jouit de nombreux avantages. « L’énergie est très bon marché ici, rappelle Ahmed Zoheir, chargé des relations avec les investisseurs étrangers au sein de l’Autorité générale (égyptienne) pour l’investissement. Et il ne faut que quelques jours pour acheminer la marchandise aux États-Unis, alors que cela prend plus de deux semaines depuis la Chine. »

Au-delà des gains réalisés sur le coût du transport, l’entreprise ­chinoise profite des accords commerciaux passés par l’Égypte avec les États-Unis ou l’Europe. Même aujourd’hui, alors que le système des quotas a été supprimé, « il est beaucoup plus facile d’exporter vers les pays occidentaux depuis l’Égypte », souligne ­Mohamed Abdel Samih, un juriste chargé des démarches ­administratives de ­l’entreprise chinoise. D’autre part, le Nile Textile Group étant situé dans une zone ­franche, il n’a pas à payer de droits de douane à l’État égyptien pour ­exporter ses marchandises ou ­importer des matières ­premières. Cerise sur le gâteau, la main-d’œuvre ­égyptienne est moins chère qu’en Chine.

Dans la région du Jiangsu, un ouvrier touche autour de 1 500 yuans (153 euros) par mois, tandis que le salaire moyen des employés égyptiens de l’usine de Port-Saïd s’élève à 800 livres (100 euros). Ces derniers semblent d’ailleurs plutôt satisfaits de leur sort et apprécient le système de prime à la productivité instauré par les Chinois. « Dans cette usine, si tu travailles bien, tu gagnes plus, alors que, dans les autres usines de textile, les salaires sont fixes », explique une employée, Oumaïma Shorbal, 17 ans. Quant au fossé culturel, il semble moins insurmontable que prévu. « On est devenus amis avec les Chinois : on les invite aux mariages, les ­femmes nous parlent de leur vie en Chine », assure Leïla Ali, la quarantaine, qui travaille dans cette usine depuis huit ans.

Zone économique spéciale

L’usine de Port-Saïd est loin d’être une exception : 953 entreprises chinoises sont déjà ­présentes dans les zones franches ­égyptiennes. Un chiffre appelé à augmenter rapidement : lors du forum de Charm el-Cheikh, les dirigeants des deux pays ont annoncé la création d’une « zone économique spéciale » pour les entreprises chinoises à Ayn Sukhna, dans le golfe de Suez, d’ici à 2011. « Quelque 180 ­entreprises chinoises, des secteurs textile, automobile et informatique notamment, doivent s’y installer et créer pas moins de 40 000 emplois », se félicite Ahmed Amin, vice-président de l’Autorité générale pour la zone économique du nord-ouest du golfe de Suez. « L’Égypte est un pays important pour les Chinois, notamment parce qu’elle constitue une porte d’entrée dans le jeu diplomatique au Proche-Orient, auquel la Chine tente, petit à petit, de prendre part », analyse Michel Beuret, coauteur avec Serge Michel et Paolo Woods (photographe) de La Chinafrique (Grasset, juin 2008). Les échanges entre ces deux pays de culture millénaire ne font donc que commencer.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Liste de partage de girtabaix

Followers

There was an error in this gadget

About Me

My photo

vit et travaille à aix en provence, ancien des services de secours ;

Blog Archive

There was an error in this gadget