Monday, January 31, 2011

Des grèves et une marche de l'opposition prévues à Alger

Des grèves et une marche de l'opposition prévues à Alger
Des grèves et une marche de l'opposition prévues à Alger
Des grèves doivent démarrer ce mardi dans les secteurs du paramédical et de l'éducation. Le 12 février, des organisations de la société civile et des partis d'opposition avaient organisé une marche, à Alger, pour le changement et la démocratie.
Par FRANCE 24 (texte)


AFP - Une série de grèves doit débuter mardi en Algérie avec des mouvements du personnel paramédical et de l'éducation qui réclament des augmentations de salaires alors que l'opposition vient d'appeler à une marche à Alger pour demander "le départ du système".

Le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) a appelé lundi le personnel paramédical des hôpitaux et des polycliniques à observer dès mardi une grève de deux jours pour faire pression sur le ministère de la Santé.

"Un service minimum sera assuré dans les principaux établissements hospitaliers. Quelque 90.000 salariés sont concernés par ce mouvement", a précisé à l'AFP le responsable du SNAP.

L'Algérie compte actuellement 300 hôpitaux généraux, quatorze centres hospitalo-universitaires (CHU) et 1.200 polycliniques.

Les personnels du corps commun du ministère l'éducation envisagent de leur côté de se rassembler le 14 février devant le siège de leur ministère à Alger.

Ils réclament notamment une augmentation de salaire et une hausse de la prime de rendement.

Les chômeurs prévoient pour leur part le 6 février un mouvement de protestation devant le siège du ministère du Travail à Alger où ils comptent déposer une plate-forme de revendications, toujours selon El Khabar.

L'annonce de ces mouvements intervient alors que la toute nouvelle Coordination nationale pour le changement et la démocratie, qui regroupe des mouvements d'opposition et organisations de la société civile, a appelé à une marche le 12 février à Alger.

Cette coordination, née le 21 janvier dans la foulée des émeutes du début janvier qui ont fait cinq morts et plus de 800 blessés, revendique la levée de l'état d’urgence, instaurée il y a 19 ans, mais surtout "le départ du système".

La Coordination, dont fait partie le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition) s'attend à ce que l'autorisation des autorités pour leur marche du 12 février soit refusée.

Le ministre algérien de l'Intérieur Dahou Ould Kablia avait rappelé dimanche qu'aucune marche ne sera autorisée par les autorités à Alger, dans un entretien au quotidien francophone Liberté.

Le ministre a expliqué que l'interdiction des marches étaient justifiée par des raisons de sécurité.

Les manifestations de rue sont interdites à Alger depuis le 14 juin 2001 quand une marche en faveur de la Kabylie avait tourné à l'émeute faisant huit morts et des centaines de blessés.


Click here to find out more!

Whistleblower 'isolated' in US jail - Americas - Al Jazeera English

Whistleblower 'isolated' in US jail - Americas - Al Jazeera English: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

el vudú de anais (martín broussalis)


http://www.martinbroussalis.com.ar

El vudú de Anais
Letra: Anais Nin, extracto del Diario III
Voz, percusiones haitianas y composición: Martín Broussalis
Colaboración musical: Daniel Greco

copyright Martín Broussalis 2010

Books and percussion. Text in spanish.
Libros y percusión.
Grabado y editado en WC recording studio, buenos aires -- argentina
http://segundaviola.com.ar/wc

NEW USERS, PLEASE READ - Anonymous, WhyWeProtest, and Wikileaks | Why We Protest | Activism Forum

NEW USERS, PLEASE READ - Anonymous, WhyWeProtest, and Wikileaks | Why We Protest | Activism Forum: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Georgia Tech Students Dorms Raided Over Wikileaks Connection | Why We Protest | Activism Forum

sempreprovenco: Georgia Tech Students Dorms Raided Over Wikileaks Connection | Why We Protest | Activism Forum: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"
ATLANTA - Un répression internationale sur sympathisants Wikileaks a trouvé une cible à Atlanta.
Tôt jeudi matin, les agents ont attaqué des douzaines de cibles à partir du Royaume-Uni aux États-Unis. Cinq jeunes hommes ont été arrêtés en Grande-Bretagne dans le cadre de l'enquête sur les cyber-attaques destinées à faire baisser les sites Web qui ont coupé le financement de Wikileaks et de son fondateur Julian Assange.

Aux États-Unis, le FBI a exécuté des mandats de recherche sur 40 sites différents, dont un dortoir à Georgia Tech. Le FBI ne dit rien, mais les élèves surpris Tech parlé avec le Centre pour l'enquête 11Alive action.

»À propos de 7 heures hier, le FBI est venu à la porte d'environ 10 personnes, je crois avec des lampes torches, en criant« Ouvrez la porte », a déclaré Zhiwei 'Jack' Chen, un étudiant en informatique de 18 ans en génie qui est devenu une personne d'intérêt pour le FBI.

»Il ouvrit la porte et ils l'ont sorti dans la salle, et ils sont venus avec des lampes de poche et ils nous ont dit de sortir," son compagnon de chambre Kurt Heinrich dit.

"Je suis descendu de mon lit et ils ont tiré chacun de nous par le bras le bras hors de la porte," a dit Chen.
Ils disent que les tiroirs ont été déversé, a ouvert les placards, et tout a été fouillé.

"Ils ont confisqué tout à partir d'ordinateurs portables à la plus petite clé USB. Ils ont à peu près tous mes lecteurs SD portable et pratiquement tout ce dont j'avais besoin pour faire leurs travaux scolaires avec," a dit Chen. Un iPhone et l'appareil photo ont également été prises, toutes appartenant à Chen. «Ils ont fait aussi se demander si d'autres colocataires ont utilisé mon ordinateur ou si j'ai utilisé les ordinateurs de mon colocataire».

Selon le mandat de perquisition laissés pour compte, les agents du FBI ont été la recherche de preuves de cyber-attaques sur des sites comme Paypal, Mastercard, Visa et Bank of America.

Ils ont également recherché des tout document utile à un groupe appelé Anonymous. Le groupe est une bande formée de façon informelle des hackers du monde entier avec bienveillance WikiLeaks fondateur Julian Assange et a été quelqu'un qui va après est allé après lui ou son financement, y compris Sarah Palin.

"Nous avons entendu parler de Jack [Anonyme], mais nous n'étions pas aussi familier avec elle, dit Heinrich.
Chen a dit qu'il était dans un salon de discussion il ya quelques mois, ce qui peut l'avoir lié au groupe lorsque le FBI a lancé son filet. «Je pensais 'Oh, il ya des gens intelligents ici pour discuter, et, apparemment, que m'a fait quelques ennuis extrême", at-il dit, ajoutant qu'il ne savait pas le chat était sur le point Anonyme plus tard.

"Je ne suis pas impliqué dans l'attaque sur ces sites," a dit Chen. «Je me sens personnellement dévasté. Je crois que ma vie a été envahie. [Le FBI] m'a obligé à donner à tous mes mots de passe que j'ai et ils ont pas mal pris tous mes comptes, on trouve tout."

Chen n'a pas été accusé d'aucun crime et il dit qu'il pourrait prendre des semaines ou des mois avant qu'il ne sait rien de l'enquête. Il demande des agents du FBI pour le retour de son matériel d'étude et des documents de classe.

À ce stade, le FBI ne parle pas le cas. Le bureau au lieu visé 11Alive Nouvelles d'un communiqué de presse qui confirme les raids des événements à travers le pays et rappelle au public que des mesures fermes seront prises contre tout cyber-attaques sur des sites Web.
Lien: http://www.11alive.com/news/local/story.aspx?storyid=175299&catid=40
Écouter
Lire phonétiquement
Dictionnaire - Afficher le dictionnaire
Google Traduction pour les :RecherchesVidéosE-mailsMobilesChatsEntreprises





ATLANTA -- An international crackdown on WikiLeaks sympathizers has found a target in Atlanta.
Early Thursday morning, agents raided dozens of targets from the UK to the US. Five young men in Britain were arrested as part of the investigation into cyber attacks designed to bring down websites that have cut off funding for WikiLeaks and its founder Julian Assange.

In the US, the FBI executed search warrants on 40 different locations, including a dorm room at Georgia Tech. The FBI isn't saying anything, but the startled Tech students spoke with 11Alive's Center for Investigative Action.

"About 7 a.m. yesterday the FBI came in the door with about 10 people, I believe with flashlights, yelling 'Open the door'," said Zhiwei 'Jack' Chen, an 18-year-old computer engineering student who has become a person of interest to the FBI.

"He opened the door and they pulled him out into the hall, and they came in with flashlights and they told us to get out," his roommate Kurt Heinrich said.

"I got off my bed and they pulled all of us arm by arm out the door," Chen said.
They say drawers were spilled out, closets opened, and everything was searched.

"They confiscated everything from computers to laptops to the smallest USB drives. They pretty much took all my portable SD drives and pretty much everything I needed to do school work with," Chen said. An iPhone and camera were also taken, all belonging to Chen. "They did also ask if other roommates have used my computer or if I have used my roommates' computers."

According to the search warrant left behind, the FBI agents were looking for evidence of cyber attacks on websites like Paypal, Mastercard, Visa and Bank of America.

They were also looking for any records related to a group called Anonymous. The group is a loosely formed web of hackers around the globe sympathetic to WikiLeaks founder Julian Assange and has been going after anyone who has gone after him or his funding, including Sarah Palin.

"We have heard Jack mention [Anonymous], but we weren't that familiar with it," Heinrich said.
Chen said he was in a chatroom a few months ago, which may have linked him to the group when the FBI cast its net. "I thought 'Oh ,there are some intelligent people here to chat with,' and apparently that got me into some extreme trouble," he said, adding that he didn't realize the chat was about Anonymous until later.

"I'm not involved in the attack on these sites," Chen said. "I feel devastated personally. Pretty much my life's been invaded. [The FBI] required me to give all my passwords I have and they pretty much took all my accounts, everything."

Chen hasn't been charged with any crime and he says it could be weeks or months before he knows anything about the investigation. He is asking FBI agents to return his study materials and class documents.

At this point the FBI isn't talking about the case. The bureau instead referred 11Alive News to a press release that confirms the raids happened across the country and reminds the public that firm action will be taken against any cyber attacks on websites.
Linkage: http://www.11alive.com/news/local/story.aspx?storyid=175299&catid=40
Publié par girtabaix à l'adresse 13:07

Les Inrocks : La Scientologie fait la pub de sa nouvelle méga-imprimerie mondiale

Les Inrocks : La Scientologie fait la pub de sa nouvelle méga-imprimerie mondiale: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Pour Israël, l'Egypte n'est pas la Tunisie | Slate

Pour Israël, l'Egypte n'est pas la Tunisie | Slate: "Brrr.... Le péril vert nous guette, il a infiltré 'l'ensemble des réseaux politiques et administratifs du monde oriental comme de la vieille Europe'. Sournoisement tapi dans l'ombre, il n'attend que l'occasion d'instaurer un Califat Mondial ! Et Israël n'est que le courageux avant-poste de l'Occident face à cette menace terrifiante !
Transposé à l'Islam, ce discours ressemble trait pour trait à la vieille antienne antisémite du 'complot juif mondial'. Vous ne vous en êtes pas rendu compte ?
Vous ne parviendrez pas à nous enrôler dans votre croisade contre l'islamisme pour la plus grande gloire d'Israël, ni à vous en servir comme prétexte pour dénier aux masses arabes leur droit à la démocratie. L'épouvantail barbu est en lambeaux d'avoir trop servi.Cet épouvantail qu'Israël a tant contribué à façonner.
Et puis, qu'un état colonisateur de droit divin comme Israël puisse dénoncer l'intégrisme chez les autres fait furieusement penser à la parabole de la paille et de la poutre.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

L'armée juge «légitimes» les revendications du peuple | Les Égyptiens se soulèvent

L'armée juge «légitimes» les revendications du peuple | Les Égyptiens se soulèvent: "Agence France-Presse
Le Caire

L'armée égyptienne a annoncé lundi soir qu'elle jugeait «légitimes» les revendications du peuple, qui manifeste depuis une semaine contre le gouvernement, et qu'elle ne recourrait pas à la force contre les manifestants.

S'adressant au «grand peuple d'Egypte», l'armée a jugé «légitimes» ses revendications et assuré qu'elle ne recourrait «pas à l'usage de la force contre le peuple égyptien».

«La liberté d'expression de forme pacifique est garantie pour tous», a affirme le porte-parole de l'armée, cité par l'agence officielle Mena et la télévision d'Etat.

Les forces armées égyptiennes ont assuré qu'elles n'utiliseraient pas la force contre les manifestants, a rapporté la télévision d'Etat lundi, à la veille d'une «marche d'un million» de personnes prévue mardi au Caire et à Alexandrie (nord) pour réclamer la chute du président Hosni Moubarak.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

L'arcusgi di Pasquale - Ponte Novu, 1769


Canta u Populu Corsu à U Bataclan di Parigi u 5 di Ferraghju di u 2011 (5 février 2011)

Prezu di a piazza da 31,90 € à 40,70 €

R i n s i g n a m e n t i :

LE BATACLAN Le Bataclan

50, boulevard Voltaire

75011 PARIS 11

INDUVE SI ,JACKY MICAELLI,OMAGGIU A PASCAL PAOLI,adaptation et texte Jac...


« La mémoire de Paoli est sacrée chez son peuple. En entendant parler de Napoléon, le cœur des Corses s'enfle d'orgueil ; mais au nom de Paoli, leur œil s'illumine, comme celui d'un fils au souvenir d'un noble père qu'il a perdu. Il est impossible qu'un homme après sa mort puisse inspirer à tout un peuple plus d'amour et de vénération que Pascal Paoli ; et si la gloire posthume est comme une seconde existence, cet homme le plus grand de la Corse et de l'Italie au 18ème Siècle est mille fois vivant, que dis je ? Il vit dans le cœur de tous les Corses, depuis le vieillard qu'il l'a connu jusqu'à l'enfant dans l'âme duquel on a gravé l'exemple de ses vertus. Il n'y a pas de nom plus noble que celui de Père de la Patrie. La flatterie l'a souvent prodigué et rendue ridicule ; en Corse, j'ai reconnu qu'il peut etre encore une vérité. » (Gregorovius , 1821-1891).
L'énergie du Corse vient moins de son organisation que la dureté des temps qu'il a traversé. Il serait moins brave s'il avait été plus heureux. Les douceurs d'une civilisation avancée en feraient bientôt un peuple comme tous les autres. (Mots de Paoli recueillis par son secrétaire).

Secuser.com - Phishing Orange

Secuser.com - Phishing Orange: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Sunday, January 30, 2011

Marc Anthony & Tina Arena - I want to spend my lifetime loving you(HD)


Marc Anthony & Tina Arena - I want to spend my lifetime loving you - The Mask of Zoro

No copyright infringment intended! This video clip ( pictures and music ) has been edited and uploaded for ENTERTAINMENT PURPOSE'S ONLY! FAIR USE ACT!


I Want To Spend My Lifetime Loving You

Moon so bright, night so fine
Keep your heart here with mine
Life's a dream we are dreaming

Race the moon, catch the wind
Ride the night to the end
Seize the day, stand up for the light

I want to spend my lifetime loving you
If that is all in life I ever do

Heroes rise, heroes fall
Rise again, win it all
In your heart, can't you feel the glory?

Through our joy, through our pain
We can move worlds again
Take my hand, dance with me

I want to spend my lifetime loving you
If that is all in life I ever do
I will want nothing else to see me through
If I could spend my lifetime loving you

Though we know we will never come again
When there is love, life begins
Over and over again

Save the night, save the day
Save your love, come what may
Love is worth everything we pay

I want to spend my lifetime loving you
If that is all in life I ever do
I want to spend my lifetime loving you
If that is all in life I ever do
I will want nothing else to see me through
If I can spend my life time loving you

YouTube - Chaîne de AnonymousFrancophone

YouTube - Chaîne de AnonymousFrancophone: "Anonymous | Opération Algérie (#opalgeria)
De : AnonymousFrancophone | 26 janvier 2011 | 1337 vues
http://www.rezocitoyen.fr/operation-algerie.html

Anonymous - Opération Algérie (#opalgeria) - Communiqué de Presse du 21 janvier.

Opération Algérie :
Citoyens du monde libres-penseurs,

Le gouvernement algérien impose à ses propres citoyens d'intolérables restrictions aux libertés fondamentales. Le gouvernement algérien veut créer un futur où les injustices resteront impunies et où l'exploitation d'un homme par un autre restera impunie. Le gouvernement algérien cache la vérité à ses citoyens et leur refuse l'accès à la liberté d'expression et à l'information. Appelons à la fin de la censure. Aujourd'hui est un jour de liberté et de transparence, un temps où le peuple peut enfin s'exprimer librement et être entendu aux quatre coins du globe. Comment une société pourrait-elle prospérer et s'épanouir si ses citoyens ne sont pas bien informés ? Par ses actes, le gouvernement algérien se déclare l'ennemi d'Anonymous et du peuple. Anonymous entend les appels à la Liberté du peuple algérien et a décidé d'agir. Nous ne pouvons et ne resterons pas silencieux tant que ces injustices continuent d'être perpétrées.

Anonymous aidera le peuple dans sa lutte contre l'oppression. Nous croyons la tentative algérienne vouée à l'échec si aucun de nous ne prend ses responsabilités : c'est pourquoi nous, le peuple, avons décidé d'agir. Au gouvernement algérien : Vos entraves à la liberté d'expression et votre déni du droit à l'information de vos citoyens sont en violation directe de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et ne peuvent plus être tolérés. Anonymous s'attaque à tous ceux qui sont impliqués dans la censure. Anonymous ne fera pas qu'agir ; Anonymous fera aussi en sorte que les médias internationaux regardent en face l'horrible réalité que vous imposez à votre peuple. Le gouvernement algérien a le pouvoir de stopper ceci ; continuez la répression et vous serez l'objet de la vindicte populaire - tendez l'oreille à l'espoir de liberté de votre peuple et les hostilités cesseront.

Au peuple algérien : Nous nous tenons ensemble et unis contre cette oppression. Ce combat n'est pas uniquement votre combat, mais celui de l'humanité toute entière. Les citoyens ne sont plus calmes et ne peuvent plus être simplement liés et écrasés dans la soumission. Lorsque nous sommes acculés par la menace de l'oppression, nous pouvons être aussi forts que l'enfer - et quand la voix du peuple s'élèvera, elle donnera des frissons dans le dos à tous ceux qui veulent étouffer notre liberté et supprimer nos précieux droits. Anonymous ce sont vos frères et vos soeurs, vos fils et vos filles, vos parents et vos amis, sans distinction d'âge, de genre, de race, de religion, d'ethnie ou de lieu de naissance.

Vous êtes Anonymous. Vous ne verrez plus bafoués votre liberté d'expression, de presse, de libre-association et votre droit universel à accéder pleinement à l'information, que ce soit dans la vraie vie ou sur l'Internet. Rejoignez-nous dans la bataille pour la liberté de l'information à travers le monde ! Car ainsi que l'a dit Edmund Burke :

« La seule condition au triomphe du mal, c'est l'inaction des gens de bien. »

Nous sommes Anonymous.
Nous sommes légion.
Nous ne pardonnons pas.
Nous n'oublions pas.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

YouTube - Chaîne de AnonymousFrancophone

YouTube - Chaîne de AnonymousFrancophone: "Anonymous réunit des personnes de tous horizons et n'a pas de hiérarchie rigide ni de responsables désignés. Le Collectif Anonymous fonctionne sur la base du volontariat et de la collaboration des individus, dont la plupart ne se connaissent pas directement. Au travers d'espaces de communication publics tels que le chat par Internet (IRC=Internet Relay Chat), des forums, des sites Wiki, des projets sont proposés par des cyber-activistes et équipes temporaires réunies autour d'un objectif spécifique. Si d'autres personnes sont intéressées par ces projets, alors Anonymous agit collectivement.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Anonymous | Opération Egypte (#opegypt)

WikiLeaks et DDoS de soutien : les arrestations continuent

WikiLeaks et DDoS de soutien : les arrestations continuent: "Nouvelles arrestations de jeunes membres du collectif Anonymous soupçonnés d'être impliqués dans les attaques par DDoS menées en soutien au site WikiLeaks. En France, un adolescent a été interpellé en décembre dernier.

LOICSous l'impulsion du collectif Anonymous, des attaques informatiques par déni de service distribué ont été menées fin 2010 à l'encontre des sites PayPal, MasterCard ou encore Visa. Ces entreprises avaient décidé de priver WikiLeaks de services financiers après le début de la publication de câbles diplomatiques US.

L'opération Payback menée en représailles par Anonymous - et en soutien à WikiLeaks - a permis de saturer de requêtes des serveurs. Les vitrines Web des sociétés précitées ont ainsi montré des signes de faiblesses avec une indisponibilité ou de forts ralentissements. Anonymous s'est par contre toujours défendu d'avoir touché des infrastructures critiques.

Les attaques informatiques ont eu pour vecteur le logiciel LOIC grâce auquel des utilisateurs ont fait participer leurs ordinateurs à un botnet volontaire, mais le recours à des botnets déjà établis est également fortement soupçonné.

Suspectés d'implications dans ces attaques, deux adolescents avaient déjà été interpellés aux Pays-Bas en décembre dernier. Jeudi, les autorités britanniques ont procédé à l'arrestation à leur domicile de cinq individus âgés de 15 à 26 ans. Ces arrestations ont eu lieu dans le cadre d'une enquête menée en collaboration avec les agences en Europe et aux États-Unis.

Dans le même temps, le FBI a ainsi annoncé que plus de 40 mandats de perquisition ont été émis aux États-Unis, et de rappeler à la population que faciliter ou conduire une attaque DDoS est illégal et passible de jusqu'à dix ans de prison ainsi que de lourdes sanctions civiles. Pour une telle participation, un Français de 15 ans risque lui jusqu'à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Après enquête des gendarmes spécialisés dans la lutte contre la cybercriminalité, cet Auvergnat a été interpellé en décembre 2010, a-t-on appris hier ( Europe 1 ). Il est soupçonné d'avoir participé à l'opération Payback mais son degré d'implication reste encore à déterminer. Les gendarmes avaient découvert que parmi les serveurs via lesquels ont transité les attaques DDoS, certains étaient situés en France. Avec la collaboration d'un hébergeur, ils ont pu remonter une trace jusqu'au jeune adolescent.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

AnonNews.org : Everything Anonymous

AnonNews.org : Everything Anonymous: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"
AnonymousFrancophone | 27 janvier 2011

Anonymous - Communiqué de Presse du 27 janvier 2011.

Arrestation de 5 cyber-activistes du Collectif Anonymous en Angleterre et d'un en France.

Lettre ouverte d'Anonymous à l'intention du gouvernement de Grande-Bretagne.

Nous sommes Anonymous. Nous avons récemment appris que vous avez jugé nécessaire d'arrêter cinq de nos frères Anons (ndlr. Anonymous) pour leur participation dans les actions de déni de service distribué (DDoS) contre PayPal, Mastercard, et autres, qui ont été menées en notre nom en représaille des attaques de ces organisations contre Wikilieaks. Nous comprenons que vous comptez mener des procédures judiciaires contre ces anons pour infraction à la loi de 1990 Computer Misuse (ndlr. Loi sur le Mauvais Usage des Ordinateurs), qui interdit l'altération du fonctionnement d'un ordinateur ou la lisibilité de données. Anonymous croit, cependant, que poursuivre dans cette direction est une triste méprise de votre part. Non seulement elle révèle le fait que vous semblez ne pas comprendre la réalité politique et technologique actuelle, mais elle apparaît également comme une déclaration de guerre de votre part, gouvernement Britannique, à nous, Anonymous, le peuple.

Tout d'abord, il est important de comprendre ce qu'est une cyber-manifestation par DDoS et ce que cela veut dire dans le contexte politique actuel. Les moyens traditionnels d'exprimer son mécontentement (manifestations, sit-ins, blocage de carrefour ou piquets de grève) se sont lentement transformés en un rituel vide de sens. Des personnes se sont mises à chercher de nouvelles méthodes pour faire pression sur les politiciens et faire entendre leurs revendications d'une manière qui pourrait vraiment changer les choses. Anonymous a, pour l'instant, trouvé cette nouvelle façon d'exprimer la protestation populaire sous la forme d'actions par DDoS. Comme c'est le cas avec les formes traditionnelles de protestation pacifique, nous bloquons l'accès aux infrastructures de nos opposants pour faire passer notre message. Que cette infrastructure soit située dans le monde réel ou sur Internet nous est totalement égal.

Deuxièmement, nous souhaitons saisir cette opportunité pour dissiper toute confusion possible entre une cyber-manifestation par DDoS et du piratage, car ces concepts semblent être souvent confondus lorsque les médias et les politiciens parlent d'Anonymous. Le piratage en soi est défini par la loi comme "un accès non autorisé à un ordinateur ou un réseau", alors qu'on parle d'une action DDoS simplement lorsqu'il s'agit de milliers de personnes procédant simultanément à des connections légitimes sur un serveur web accessible au public, en utilisant en même temps la bande passante ou le processeur dudit serveur au maximum de sa capacité, ce qui provoque un énorme "embouteillage",...

http://www.anonnews.org/index.php?p=p...

Anonymous | Arrestation de 5 membres


AnonymousFrancophone | 27 janvier 2011

Anonymous - Communiqué de Presse du 27 janvier 2011.

Arrestation de 5 cyber-activistes du Collectif Anonymous en Angleterre et d'un en France.

Lettre ouverte d'Anonymous à l'intention du gouvernement de Grande-Bretagne.

Nous sommes Anonymous. Nous avons récemment appris que vous avez jugé nécessaire d'arrêter cinq de nos frères Anons (ndlr. Anonymous) pour leur participation dans les actions de déni de service distribué (DDoS) contre PayPal, Mastercard, et autres, qui ont été menées en notre nom en représaille des attaques de ces organisations contre Wikilieaks. Nous comprenons que vous comptez mener des procédures judiciaires contre ces anons pour infraction à la loi de 1990 Computer Misuse (ndlr. Loi sur le Mauvais Usage des Ordinateurs), qui interdit l'altération du fonctionnement d'un ordinateur ou la lisibilité de données. Anonymous croit, cependant, que poursuivre dans cette direction est une triste méprise de votre part. Non seulement elle révèle le fait que vous semblez ne pas comprendre la réalité politique et technologique actuelle, mais elle apparaît également comme une déclaration de guerre de votre part, gouvernement Britannique, à nous, Anonymous, le peuple.

Tout d'abord, il est important de comprendre ce qu'est une cyber-manifestation par DDoS et ce que cela veut dire dans le contexte politique actuel. Les moyens traditionnels d'exprimer son mécontentement (manifestations, sit-ins, blocage de carrefour ou piquets de grève) se sont lentement transformés en un rituel vide de sens. Des personnes se sont mises à chercher de nouvelles méthodes pour faire pression sur les politiciens et faire entendre leurs revendications d'une manière qui pourrait vraiment changer les choses. Anonymous a, pour l'instant, trouvé cette nouvelle façon d'exprimer la protestation populaire sous la forme d'actions par DDoS. Comme c'est le cas avec les formes traditionnelles de protestation pacifique, nous bloquons l'accès aux infrastructures de nos opposants pour faire passer notre message. Que cette infrastructure soit située dans le monde réel ou sur Internet nous est totalement égal.

Deuxièmement, nous souhaitons saisir cette opportunité pour dissiper toute confusion possible entre une cyber-manifestation par DDoS et du piratage, car ces concepts semblent être souvent confondus lorsque les médias et les politiciens parlent d'Anonymous. Le piratage en soi est défini par la loi comme "un accès non autorisé à un ordinateur ou un réseau", alors qu'on parle d'une action DDoS simplement lorsqu'il s'agit de milliers de personnes procédant simultanément à des connections légitimes sur un serveur web accessible au public, en utilisant en même temps la bande passante ou le processeur dudit serveur au maximum de sa capacité, ce qui provoque un énorme "embouteillage",...

http://www.anonnews.org/index.php?p=p...

JournalDeBrazza.com:

JournalDeBrazza.com:: "Le 16ème sommet de l’Union africaine (UA) entamé ce dimanche à Addis Abeba (Ethiopie), est caractérisé par l’absence remarquée du Guide de la révolution libyenne, le colonel Mouammar Khadafi.


– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Nerds, Geeks, c’est fini : voici venu le temps des “Social Heros” » Article » OWNI, Digital Journalism

Nerds, Geeks, c’est fini : voici venu le temps des “Social Heros” » Article » OWNI, Digital Journalism: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Social Media Revolution 2 (Refresh)


Si the state of the Internet ne vous avait pas donné le vertige, regardez “Social Media Revolution 2″, la mise à jour de la première version, publiée en juilllet 2009, il y a bien longtemps pour le web. Chiffres en cascade à l’appui, cette vidéo démontre que les réseaux sociaux sont une véritable révolution et non pas une mode passagère.

Al Jazeera English: Live Stream - Watch Now - Al Jazeera English

Al Jazeera English: Live Stream - Watch Now - Al Jazeera English: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

ausujet:Egypte: le mode dégradé de la révolution » Article » OWNI, Digital Journalism

Egypte: le mode dégradé de la révolution » Article » OWNI, Digital Journalism: "Ce qui se passe en Egypte n’est pas un mot-valise destiné à garnir des quatrièmes de couverture ou à faire école. Ce qui se passe en Egypte n’est ni une révolution Twitter, ni une révolution télévisée. C’est une révolution informée. Et à ce jour, c’en est la forme la plus aboutie

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

au sujetd'Al-Jazeera: La voix de l’émirat? » Article » OWNI, Digital Journalism

Al-Jazeera: La voix de l’émirat? » Article » OWNI, Digital Journalism: "Al-Jazeera: La voix de l’émirat?

La chaîne qatarie vient d’être interdite en Egypte. Pourtant, depuis le début des manifestations, la plupart des médias internationaux utilisent les contenus d’Al-Jazeera pour couvrir le pays (lire Egypte, le mode dégradé de la révolution). Or, Al-Jazeera est une chaîne financée
Tags
al jazeera, Egypte, fox news, france24, médias, moubarak, Télévision
par nicolaskayser-bril Le 30 janvier 2011
aucune réaction
facebook share mail email A+ A-

À propos de l'auteur

En charge du pôle datajournalisme chez OWNI, je travaille avec les designers, les developpeurs et les journalistes pour produire des applications de journalisme augmenté de données et de code, mettre en place des actions de crowdsourcing et des serious games.
Du même auteur

* La Révolution, et après ?
* Ebook: le cahier journalisme 2010
* [sondage] Les Français, les jeunes et le travail
* L’emploi des jeunes: un faux problème?


Sur le même sujet

* Soutenir les Creative Commons
* Le Parti Pirate Suédois débarque à Bruxelles
* Egypte: le mode dégradé de la révolution
* Cacophonie Sarkozy flashy
* WikiLeaks expanded collaboration with media to ‘maximise exposure’ for Iraq War Logs sources
* Please Say Something
* Charlie Winston by The Art Pack
* Google joue les Madame Soleil
* Hadopi 2, ce n’est pas fini !
* Google triomphe, l’édition française est outragée

La chaîne qatarie vient d’être interdite en Egypte. Pourtant, depuis le début des manifestations, la plupart des médias internationaux utilisent les contenus d’Al-Jazeera pour couvrir le pays (lire Egypte, le mode dégradé de la révolution).

Or, Al-Jazeera est une chaîne financée en grande partie par un gouvernement, celui du Qatar. Dans l’un des télégrammes diplomatiques révélés par Wikileaks, un diplomate américain affirme que l’émir se réserve le droit d’utiliser la chaîne comme une monnaie d’échange dans ses négociations diplomatiques. Le Qatar aurait même négocié directement avec Hosni Moubarak, proposant d’interrompre ses émissions en Egypte pendant un an en échange d’un changement de sa politique palestinienne. Une offre à laquelle Moubarak n’aurait pas répondu (voir l’article du Guardian).

Ces affirmations ont été démenties par la chaîne, mais le doute subsiste. Comment une rédaction financée en majeure partie par un pouvoir politique peut-elle rester neutre ?
Un France24 qui a réussi

Il y a quelques siècles, les monarques se payaient des poètes de cour pour chanter leurs louanges et faire éclater leur gloire. Aujourd’hui, souverains et gouvernements préfèrent se payer des chaînes d’information en continu. De la Chine à la Russie en passant par l’Allemagne et le Royaume-Uni, chaque pays dispose d’un canal de communication à vocation mondiale. L’agence Chine-Nouvelle, Deutsche Welle, Press TV… tous affirment leur indépendance éditoriale.

France24 n’échappe pas à cette tendance. Si la rédaction se veut indépendante, sa mission reste clairement de « véhiculer les valeurs françaises partout dans le monde ».

Al-Jazeera se fond dans cette tendance mondiale. La chaîne est née de la volonté personnelle d’un émir nouvellement installé au pouvoir, Hamad bin Khalifa Al Thani. Pour moderniser son pays et préparer l’après-pétrole, il crée une chaîne inspirée des standards occidentaux. La volonté de faire de l’info en continu vient plus tard, comme l’explique Hugh Miles dans son livre sur la chaîne.

Aujourd’hui, Al-Jazeera représente surtout l’entreprise de média gouvernementale la plus efficace depuis Radio Free Europe, financée par les Américains pour faire pression sur les soviétiques. Avec quelques dizaines de millions de dollars par an, l’émir du Qatar a réussi à se placer comme un élément incontournable de la diplomatie de la région. Coincé entre deux puissants voisins, l’Arabie Saoudite et l’Iran, ce développement du soft power qatari a coûté beaucoup moins cher qu’un seul Rafale, que les voisins émiratis voulaient acheter.
Au royaume des aveugles…

Ce mélange des genres politico-médiatique a-t-il un impact sur les contenus diffusés par la chaîne ? Comparé à la qualité générale des médias disponibles dans la région, on peut affirmer que le journalisme d’Al-Jazeera est, de loin, le meilleur.

MEMRI, une ONG conservatrice américaine, traduit en anglais certains extraits de télés de la région. La télévision égyptienne a ainsi diffusé, fin 2010, des reportages affirmant qu’Israël mettait des GPS sur les requins pour qu’ils attaquent les plages égyptiennes. Al Rahma, une chaîne égyptienne interdite en France, expliquait, elle, que les Etats-Unis allaient devenir une république islamique sous peu.

Fox News en 2009.

Du côté des médias internationaux, Al-Jazeera n’a pas plus de concurrence. En 2009, Fox News, la première chaîne d’info en continu américaine, a montré l’étendue de son ignorance en plaçant l’Egypte à la place de l’Irak sur une carte. Entre 2002 et 2006, le nombre de correspondants américains à l’étranger a diminué de 25%. Dans ces conditions, une chaîne spécialisée dans la couverture de conflits peu médiatisés possède un avantage indéniable. Al-Jazeera était la première chaîne à Kaboul, avant la chute des Talibans, et parmi les premiers à Bagdad et Khartoum.

Par ailleurs, on peut se demander si les contenus en langue arabe et ceux en anglais sont identiques. Les quelques études sur la question indiquent que les contenus d’Al-Jazeera ne sont à peu près équivalent entre ses deux versions et ses deux audiences.

Al-Jazeera n’est donc pas plus inféodée à son gouvernement-mécène que ses homologues. Par contre, la chaîne fait preuve de plus d’ouverture d’esprit et présente des points de vue plus variés. C’est ce qu’a montré une étude de deux chercheurs américains: Plus on regarde Al-Jazeera, plus on est réceptif aux idées de son voisin.

Photo CC EthanZ
---

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Filtrage du Net, LOPPSI - La Quadrature du Net

Filtrage du Net, LOPPSI - La Quadrature du Net: "La censure du Net progresse dangereusement, à mesure qu'un nombre croissant de gouvernements démocratiques proposent ou mettent en œuvre des mécanismes de filtrage (ou blocage) de sites pour contrôler Internet. Qu'il s'agisse de jeux en ligne, de contenus violents ou pédopornographiques, mais encore de propos diffamatoires ou de violations du droit d'auteur contre lesquels il est parfaitement inefficace, ce mode de régulation est profondément dangereux du point de vue des libertés fondamentales. Il participe d'une reprise en main politique d'Internet.
En effet, le blocage de sites Internet est par nature imprécis (faisant courir le risque de 'censure collatérale' de sites parfaitement licites), et met ainsi en danger la liberté d'expression et de communication. Face à ces velléités liberticides, il faut préserver la nature acentrée du réseau, dans lequel aucun acteur ne doit décider unilatéralement de bloquer les flux d'information qui transitent dans l'architecture communicationnelle. Dans un État de droit, vouloir censurer Internet au moyen du filtrage revient à tenter de résoudre la quadrature du Net...

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Online activism fuels Egypt protest - Middle East - Al Jazeera English

Online activism fuels Egypt protest - Middle East - Al Jazeera English

Egyptian authorities have blocked internet and mobile services in a bid to quell anti-government protests, but the measures may have come a bit too late.

Activists spread the word online about Friday's protests, detailing the list of public squares where people should gather.

Calls for action circulated on Twitter and Facebook since early on Friday morning.

Twitter user rassdwda wrote: "#Egypt protests begin from mosques & churches, #Muslims #Christians 2gether#Jan25".

Another user named eacusa tweeted: "#Jan25 #Egypt Good news, morale in Cairo still high, veteran activists from 60s & 70s r spreading knowledge of predigital ways 2 coordinate."

In the hours before the internet was unplugged, activists used social media inside the country and relayed their messages using contacts in other countries.

Online activists from Tunisia shared information about how protesters could pour Coca-Cola on their faces as a method of protecting themselves if police use tear gas. Others offered help by submitting emergency numbers for use in case protesters are arrested.

A youth group that calls itself the April 6th Movement distributed 20,000 leaflets late on Thursday outlining a basic blueprint of where to go and what supplies to take. They urged people to distribute the information through emails and in person rather than Facebook and Twitter to avoid government interference.

No revolution, no democracy

Other Twitter users sent messages to boost protesters' morale, offering tweets of support and solidarity from countries such as Japan and the United States .

Takamit7 wrote: "Without revolution, there is no democracy. Without internet, there is no freedom. We Japanese support you!!?#Egyptian"

Some users offered ideas about how to bypass the government's technological crackdown by logging on to the internet with proxy servers.

Users outside Egypt urged fellow citizens to write to their politicians to put pressure on the Egyptian government.

Alihabibi1 wrote:"If you are in the #USA, call your congress representatives to unlock internet and phone networks in #Egypt!"

Others living abroad offered to dedicate their account all day to sending messages on behalf of people via the phone like journalist Mona Eltahawy who wrote: "#Egyptians: Friday I I'll b on #Twitter ALL DAY: if social media blocked write to me eltahawy67@gmail.com and I'll spread word. #Jan25".

Eerie Cairo

The very few Egyptians that had some online connection offered an insight into how the streets looked in Cairo. A user named anonymous wrote:"Just had a peek outside the window this Friday morning. Everything looks quiet so far in Tahrir square, I don't see any police #jan25".

Others tweeted of an eerie Cairo, though the mood was likely to change after midday prayers. The mood was echoed online: After 12:30 am on Friday morning, when the government shutdown began, Twitter and Facebook became online ghost towns, with the vast majority of users inside Egypt disappearing.

Even Al Jazeera correspondent Ayman Mohyeldin wrote minutes before the total blockade: "Internet service down across #egypt #jan25. Will be tweeting on Friday by alternative means."

Others expressed their disappointment. Mona Eltahawy wrote:"Friday Jan 28 historical day in #Egypt: #Mubarak dictator of 3 decades shuts down internet bec scared of youth-organized protests #Jan25."

corsicanostra

corsicanostra: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

La peur d'aimer

Ruée vers l'or : une autre bulle spéculative ? - AgoraVox le média citoyen

Ruée vers l'or : une autre bulle spéculative ? - AgoraVox le média citoyen: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Pourquoi l’escalade géopolitique USA-CHINE peut mener à l’affrontement militaire

Pourquoi l’escalade géopolitique USA-CHINE peut mener à l’affrontement militaire: "Monsieur,

Le sens de l'encerclement des chinois,est à comprendre dans l'absence de la maîtrise des marchés globaux des inputs industriels, en commençant par le pétrole. Donc en deux parties :
1) Le problème politique des approvisionnements
2) Le problème monétaire de la planche à billets

Je finirai sur une retombée très dangereuse, qui reste possible si les USA et l'Europe continuent à jouer à ce jeu de déversoir inflationniste.


1)

=========================================================================================
Vous êtes la première puissance industrielle du monde et vous n'avez pas la maîtrise des circuits qui vous alimentent, c'est très fâcheux !

D'où la stratégie du Go en signant des accords parallèles pour contourner la domination des marchés contrôlés par les Anglo-saxons, US en tête. Ce n'est pas une affaire de zéros, mais celle du cotrôle politique des approvisionnements.

Par ailleurs, les montants faramineux des réserves monétaires en dollars US ( et aussi en euros ) sont devenus un vrai casse-tête pour les chinois. Et pour cause, ces réserves se dévaluent constamment face aux autres devises, Yuan le premier!



2)

==========================================================================================

Il y a une conséquence de cette dévaluation du dollar, que nous commençons seulement à découvrir. J'avoue que je suis surpris, quand je vois la flambée des violences au Maghreb et en Egypte. Maintenant ça se propage sur le Moyen Orient via la Jordanie.

Mais en toute objectivité, cela est le résultat inévitable du barrage à l'importation directe des devises à problèmes, que les asiatiques ont mis en place à partir du Décembre dernier. L'argent qui reflue dans le système financier globalisé fait craquer les tyaux à tout endroit faible. En Europe ce sont les PIIGS ( Pour l'instant tenus à bout de bras par les autres pays de l'UE ), mais les pays du tiers monde qui vivent souvent avec des montants avoisinant 1 dollar par jour et par tête sont foudroyés.

Encore une fois, les évennements actuels qui font exploser les dictatures à des endroits aussi stratégiques, viennent de l'augmentation des prix de l'énergie et de la nourriture. De telles augmentations sont un signal absolumment infaillible de la hausse de l'inflation mondiale. Donc confirmation directe mon allégation précédente. Après, si spéculation il y a, c'est une accentuation de la tendance de fond. Des trillions imprimés pour ' sauver ' le systéme financier circulent et font des dégâts, c'est logique. Il n'y a rien d'illimité dans le monde où nous vivons, rien ne dure éternellement.

===========================================================================================


Les réserves asiatiques et la planche à billets occidentale sont deux pompes redoutables. Si les déchets monétaires commencent à couler au Moyen Orient, c'est plus grave encore que la faillite de l'un, voire de tous les PIIGS à la fois.

Les régimes qui remplaceront les dictatures détestées et fortement pro-américaines dans ces pays seront obligés de nationaliser à peu près tout actif à leur portée, pour pouvoir nourrir leur population jeune et affamée. Ce qui se passe actuellement en Egypte est d'une gravité sans aucun équivalent dans le monde : si les nouveaux maîtres de l'Egypte 're-nationalisent' le Canal de Suez en faisant du chantage, nous risquons l'étranglement de l'Europe en quelques semaines.
C'est une chose auparavant impensable, mais aujourd'hui tout à fait possible avec l'appui des chinois. Depuis peu, il y a un camp de pays qui ont rallié ou sont en train de rallier progressivement la Chine. Un tel levier est un vrai cauchemar pour nous.

Autre problème, la Jordanie, qui peut être un vecteur direct de la propagation des révoltes dans les pays producteurs du pétrole. Une révolte majeure en Arabie Saoudite, au Katar, Oman, et c'est la chute des marchés mondiaux du pétrole. Pas tout de suite, bien sûr, mais certainement au moment où les pays dépendant des livraisons via le marché de Londres ou NYMEX comprendront que les américains ne maîtrisent plus assezla situation au Moyen Orient, pour pouvoir assurer des livraisons régulières de cette denrée stratégique.


Vous voyez, à quel point, tout est relié au contrôle géopolitique. Celui qui a le pouvoir, peut imprimer des zéros. Celui qui n'a pas de pouvoir est forcé de vivre ( ou mourir ) avec, dans la mesure du possible.


J'espère avoir répondu, au moins partiellement, à votre question.


– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Saturday, January 29, 2011

jean-louis oustric (girtabaix) on Twitter

jean-louis oustric (girtabaix) on Twitter: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

avec “ L’euro ne va pas s’effondrer”, Fredrik Reinfeldt, Premier ministre suédois | euronews, économie

“ L’euro ne va pas s’effondrer”, Fredrik Reinfeldt, Premier ministre suédois | euronews, économie: "Isabelle Kumar, Euronews : Monsieur le Premier ministre, merci de répondre aux questions d’Euronews. La Suède a pris la décision il y a plusieurs années de ne pas adhérer à l’euro. Vous devez être satisfait aujourd’hui d’une telle décision?

Fredrik Reinfeldt, Premier ministre suédois : “ C‘était un référendum. C’est le peuple suédois qui a dit Non. Alors aujourd’hui c’est vrai, la couronne suédoise est trés forte.

Mais je pense que l’euro reste malgré tout une trés bonne idée pour le futur. Elle permet à l’Europe de rester unie. Je pense que nous devrions relancer un jour le débat dans notre pays.

Isabelle Kumar : Êtes vous d’accord avec le Président français Nicolas Sarkozy quand il dit que la disparation de l’euro aurait des conséquences cataclysimiques?

Fredrik Reinfeldt : Oui, bien sûr. Mais je pense que l’euro ne va pas s’effondrer. A mon sens, nous pouvons faire beaucoup plus en matière de réformes pour réduire l‘énorme déficit qui affecte un certain nombre de pays européens. Nous devons concentrer nos efforts là dessus. Il y a eu trop de débats sur les mécanismes de la crise, à se demander si le système allait s’effondrer. Nous avons un travail à réaliser. Nous avons la responsabilité de remettre de l’ordre dans nos économies.

Isabelle Kumar : Lors d’un débat, George Soros est allé jusqu‘à dire quil y avait une Europe à deux vitesses. D’un côté, les pays qui luttent, de l’autre les plus robustes. Il pense que cette situation peut conduire à une une désintégration de l’Europe. Pensez vous qu’il va trop loin?

Fredrik Reinfeldt : Oui, je le pense. N’oublions pas que ceux qui se portent bien aujourd’hui était, comme la Suède, en grande difficulté il y a 20 ans. On peut changer la trajectoire, on peut réformer notre economie, on peut renforcer notre compétitivité et avoir ainsi une économie plus forte. Cette répartition changera un jour. C’est un point important que nous ne devons pas oublier.

Isabelle Kumar : Comme vous me le disiez, vous êtes présent à Davos car la Suède est, à bien des égards, un exemple pour beaucoup de pays. Vous avez pris de bonnes décisions et vous êtes ici pour en discuter. Quelles sont ces bonnes décisions?

Fredrik Reinfeldt : Et bien, premièrement, nous n’avons pas donné l’argent de nos contribuables aux banques. Nous ne l’avons pas utilisé pour couvrir les dépenses ou les pertes d’industries et d’entreprises non compétitives.
Nous avons investi cet argent dans la recherche et le développement avec comme objectif de créer de nouveaux emplois. Nous avons mené une politique d’embauche très active en mettant en place par exemple des formations continues. Nous avons essayé d’augmenter la mobilité. Nous avons voulu accorder la priorité des financements à l’avenir et non pas aux choses du passé.

Isabelle Kumar : En Grande-Bretagne, et je suppose que vous êtes au courant, vous êtes surnommé le “Cameron suédois”. Êtes vous d’accord avec cette comparaison?

Fredrik Reinfeldt : Et bien, il s’avère que David et moi, nous nous connaissons depuis longtemps. Nous avons presque le même âge. Nous sommes devenus tous les deux Premiers Ministres. Depuis, nous n’avons pas cessé de nous parler. Et par conséquent, nous avons appris l’un de l’autre. Je l’ai écouté évoquer ses engagements climatiques. Nous avons aussi discuté des réformes de l‘éducation que nous avons réalisées en Suède.

Isabelle Kumar : Retournons à Davos. Vous assistez ici à différents débats. Je me demandais à quoi devait bien ressembler la journée d’un Premier Ministre à Davos? Quel est votre agenda?

Fredrik Reinfeldt : Et bien c’est assez intense. Je suis arrivé la nuit dernière et je suis ici jusqu‘à demain matin. Je vais assister à différents débats. J’ai moi même quelques réunions. Je dois m’entretenir avec le Président mexicain Calderon et avec le Président de la Banque Centrale européenne Jean-Claude Trichet. Donc c’est très intense.

Copyright © 2011 euronews

Tags: Economie, Forum Economique Mondial 2011, Suède






– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

GAZ DE SCHISTES infos messages citoyens des régions:alerte - blog de Stéphanie Muzard Le Moing

GAZ DE SCHISTES infos messages citoyens des régions:alerte - blog de Stéphanie Muzard Le Moing: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

2012 ; une solution pour éviter la peste ET le choléra - AgoraVox le média citoyen

2012 ; une solution pour éviter la peste ET le choléra - AgoraVox le média citoyen: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Smooth Jazz Saxophone Artist Charley Langer - Never the Same

1 24 2011


je cite :
#

I have often wondered why man is placed on the outer edges of the Universe with nothing but dead planets around us, in watching videos like this I realise why.

The most destructive force on this earth is humankind. In cruelty we rank first!

But one day soon humankind is going to get a huge shock because our world is finely balanced. We will then learn, at our great expense, that earth, its creatures and nature need care not butchery or garbage!
Sliepnir2006 il y a 18 minutes
Sliepnir2006 il y a 18 minutes

Toute l'Europe: Sylvie Guillaume : "Internet ne peut sauver la démocratie"

Toute l'Europe: Sylvie Guillaume : "Internet ne peut sauver la démocratie": "Sylvie Guillaume : 'Internet ne peut sauver la démocratie' Votre commentaire

Dans le cadre des Etats généraux du Renouveau, les 28, 29 et 30 janvier 2011, Toute l'Europe organise un débat intitulé 'Internet et démocratie : vrais alliés ou faux amis?'. Nous vous proposons un entretien avec Sylvie Guillaume, députée européenne (S&D) et intervenante dans ce débat, sur l'impact d'Internet sur la démocratie représentative. Adepte des réseaux sociaux pour sa communication politique, elle se méfie néanmoins de l'idée qu'Internet pourrait remédier au désintérêt des citoyens pour la politique européenne.

Toute l'Europe : Internet était-il important déjà en 2009 lors de votre campagne pour les élections européennes?

Sylvie Guillaume : Oui, bien sûr. J'étais 2e dans la liste du Sud Est, et avec la candidate 4e de liste, Farida Boudaoud, nous avions un blog de campagne commun, où nous rendions compte de toute notre actualité de campagne (déplacements sur le terrain, meetings, etc) mais aussi développions nos propositions. D'autres candidats PS avaient saisi l'occasion de la campagne pour ouvrir des comptes Twitter.


Les Etats généraux du Renouveau, organisés par Libération et Marianne, sont trois journées d'échanges et de rencontres pour réfléchir sur la vie en commun et pour penser l'avenir. Laboratoire d’idées sur le renouveau, ce grand débat de société rassemblera des associations, des fondations, des chefs d’entreprise, des syndicalistes, des citoyens ainsi que des élus toutes tendances politiques confondues. Consulter le programme ici.Mais ce qui compte dans l'utilisation du web 2.0 dont les réseaux sociaux ce n'est pas d'avoir ou pas un compte Facebook ou Twitter, c'est de savoir quel contenu faire passer, et à destination de qui. Ce sont des médias qui doivent être pensés comme les supports plus classiques (tract, journal, etc.) et l'on doit se poser les mêmes questions dans leur utilisation : quel est le message que je souhaite faire passer, à qui, dans quel but.

TLE : Comment les réseaux sociaux (facebook et twitter) changent-ils votre façon de faire de la politique ?

SG : La principale caractéristique de l'utilisation des réseaux sociaux est l'immédiateté. En une seconde, on informe tous nos abonnés du lieu ou on se trouve, de la réunion à laquelle on participe, des idées que l'on défend quand on prend la parole en séance par exemple, ou des gens que l'on rencontre.
Mais vu les contraintes de place, j'utilise surtout ces réseaux sociaux comme relai vers un contenu plus long et riche que 140 caractères : je m'en sers pour renvoyer vers mon blog, vers des articles de presse, etc.

Et bien évidemment, ce sont des lieux interactifs, où les lecteurs réagissent, et auxquels nous répondons. Ce qui est déjà un mode courant depuis longtemps avec le principe des commentaires sur les blogs. C'est une continuité et un développement.

TLE : Les députés européens sont éloignés de leurs circonscriptions, les réseaux sociaux peuvent-ils créer une proximité vos électeurs ?

SG : Il faut se méfier de l'idée qui voudrait qu'Internet peut sauver la démocratie, lutter contre l'abstention, et amener des pans entiers de la population à s'intéresser au travail des élus. Il ne faut pas oublier que les personnes que l'on touche par notre communication en ligne sont des personnes qui s'intéressent à la politique, éventuellement des sympathisants, des réseaux associatifs, ainsi que la presse et les réseaux pro-européens au sens large.

L'utilisation des réseaux sociaux permet principalement d'améliorer la qualité de la relation qu'on entretient avec ces personnes déjà intéressées.

Je me méfie notamment du sophisme qui dit : Twitter et Facebook sont utilisés par les jeunes, les élus se mettent sur Facebook et Twitter, donc les élus touchent les jeunes. Je ne dis pas que cela n'arrive pas du tout, mais c'est un effet rebond.

Sylvie GuillaumeSylvie Guillaume a été élue députée européenne de la liste socialiste du Grand Sud Est (Rhône Alpes, PACA, Corse) en juin 2009. Elle travaille particulièrement sur les dossiers concernant l’harmonisation européenne du droit d’asile et les droits de l’homme. Militante et responsable locale et nationale du Parti Socialiste depuis 20 ans, issue du secteur de l’économie sociale et solidaire, elle est également adjointe au Maire de Lyon déléguée aux affaires sanitaires et sociales et à la solidarité.

TLE : Y a-t-il un risque d'un effet de distorsion de perspective par des campagnes de lobbying en ligne? Ou au contraire le web est-il devenu le lieu de débat représentatif de l'opinion publique ?

SG : En effet, l'effet de distorsion des campagnes de lobbying en ligne est réel. Il arrive régulièrement que nous recevions, notamment par mail, des centaines et des centaines de mails copiés collés, par quelques activistes qui créent pour l'occasion des adresses mail ad hoc pour faire un effet de masse. Envoyer plusieurs milliers de mails est très simple, en fait, ça ne prend pas tant de temps que cela. Ces campagnes de spams peuvent avoir aussi un effet contreproductif.

TLE : Quel sera l'impact de l'internet sur les élections européennes en 2014?

SG : Les élections européennes souffrent d'un désintérêt médiatique et citoyen très important, et l'abstention est très forte. Mais l'utilisation du web et des réseaux sociaux n'a rien de magique sur ce sujet, à mon avis. C'est un enjeu plus politique, de fond, plutôt que de forme.

Par exemple, le renforcement des pouvoirs du Parlement grâce au traité de Lisbonne est pour moi bien plus à même de mobiliser les électeurs. Si les parlementaires se saisissent pleinement de leurs nouveaux pouvoirs (comme ils l'ont fait sur SWIFT, mais pas sur le budget, par exemple), et réussissent à sensibiliser les citoyens sur le fait qu'ils sont pleinement représentés, je pense que cela aura un bien plus grand impact que le nombre de comptes Twitter ouverts par des eurodéputés.

L'utilisation des réseaux sociaux est un complément à notre action politique, pas une fin en soi.


En savoir plus :

Les Etats généraux du renouveau - Toute l'Europe

Dominique Reynié : 'Les partis extrémistes surinvestissent le web' - Toute l'Europe

Le blog de Sylvie Guillaume, députée européenne socialiste



– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Friday, January 28, 2011

VEUSA MEGI, VICTOR GELU ,arr.M.Théron


Aièr as passat la refòrma
Aviam degun par n'ajudar
Cadet siás bastit dins lei fòrmas
As tirat tretge e siás sordat
Lei cocha-buòus , sus nòstrei terras
Fan son rabalh per la tuariá
Li vas garnir sa bocharia
Mon bèl anhèu vas a la guerra
Pagar l'impòst de ma misera

REPIC :
Dien qu'es la lei ; afrosa lei
Que cresta mai tant de familha
L'abolissia, nòstre bòn rei
Si suiviá pus dedins Marselha
Es pas la lei es un orror
Es un decrèt de la terror
Es lo cotèu de la tripiera
Au còr dei mèras

Au bot de vonze ans de mariatge
Ton pèra , en morrent m'a laissat
Sèt orfelins dau pus bas iatge
Sensa una piela dins lo sac
Ai exemptat per priviletge
Ton ainat lo gara-bòn temps
E vuei cadet, tu mon sostien
Ti venon prendre a Veusa Mègi
Mi n'es mòrt cinq sauvi lo piegi

Quand leis avesques après la messa
Au nom d'un Dieu enverinat
Venon benesir la joinessa
Que parte per s'entresaunar
Quand nos cantan sei merevelhas
S'a ben gafolhat son sadol
Coma un chin de l'adobador
Dins lo sang jusqu'à la cavilha
Suson que plora es un empia

REPIC

Mestre móscol lo vièlh mondaire
Que siam vesins e qu'a servit
Sovent nos a contat pecaire
Lei desastres monte s'es vist
Quand mi figuri son armada
Perduda au fons de l'estrangier
Tant de malurs tant de dangier
Que m'estanalhan lei pensadas
N'en siáu a la desesperada !

Sabi pus ges d'autrei prièras
Jesu gardatz mon benonit
Gòlh ni manchier su d'eicivieras
Que lo vigui pas revenir
T'ai fach dire leis evangilas
Mai tant de paureis inocents
Qu'ambé una camba, un braç de mens
Si tirassan dins nòsta vila
Oh ! se ma fé t'èra inutila

REPIC

Esconde-ti fau pas que partes
Avant tot duves escapar
Lei mestres diràn que desartes
La lei dau senhor va ditz pas
Qu'es que reclama la patria
Buai ! de sei drechs tacats de sang !
Per ieu la França es mon enfant !
Sei drechs , Suson ni la paurilha
N'an pas manco leis escorilhas

Fais psy-psy su’l’balcon pour em…les coccinelles ! - Emmanuel Renahy sur LePost.fr

Fais psy-psy su’l’balcon pour em…les coccinelles ! - Emmanuel Renahy sur LePost.fr: "Fais psy-psy su’l’balcon pour em…les coccinelles !

28/01/2011 à 10h47 | 3656 vues | 0 réactions

Aujourd'hui les psy sont dans la rue. Attention turbulences, n’hésitez pas à passer au Post suivant en « sautant » le mien.

Qui n’a pas chanté cette chansonnette pas très nette pour emmerder les coccinelles et les papillons ?



Eh bien voila qu’il va falloir descendre réellement de notre balcon pour aider les psy et pas qu’aux gogues. Car le psy est certainement le personnage le plus important dans notre société et on le réclame maintenant à corps et à cris, au cor aussi, mais sans accord de prix, si on se fout de lui c’est la société actuelle qui déraille. (Tiens, une nouvelle fraiche, comme les pates, cf plus bas !)



Avant, on avait les curés

Mais beaucoup ont défailli entrainant la désertion des compagnes bien avant la désertification des campagnes.

Trop de queues à gérer certains soir à l’église : chacun et chacune assis bien sagement attendant de passer au con aux fesses et à la scie orale de nos péchés !

Ras le bol en plus, après avoir fait pénitence, de nous taper les chapelets !



Maintenant, à part les psys, (voir en fin de post) qu’avons-nous ?



Les marabouts : il faut leur laisser l’heure du thé pour marabouter les cruches cassées en fond de cours insalubres parce que quelqu’un aura donné un coup de pied malencontreux dans ces récipients d’air mal conçus, trop vite achevés à la conception, voire pas finis du tout.

Le marabout reste une colle universelle qui prend, même sans dégraisser les tâches.

Et puis, tout le monde ne cherche pas à retrouver l’amour perdu car nous avons les émissions de télé pour cela, ni le monde idéal du Facteur Cheval. Et si on y regarde de plus près, ces marabouts des grandes forêts sacrées africaines, qui vous prédisent l’avenir et la richesse, ils sont vraiment bien accordés avec la France où l’on a toujours dit :

« C’est le cordonnier le plus mal chaussé »

J’ai vécu à côté d’un marabout de ce genre en fond cour : il avait quand même réussi la prouesse d’avoir son cabinet de consultation contre sa porte d’entrée, car à l’intérieur de sa pièce unique de 18m² il avait en permanence son épouse et ses trois enfants.



Les experts dans tous les troubles du comportement :

PNL (en peine elle hèle, alors on imagine les résultats)

Sophrologie (qui s’offre jamais au logis j’vous jure, c’est à en tomber malade)

Et tous les psychothérapeutes qui sans être méchant, dans la mesure où, vouzémoi pourrions nous installer aussi dès l’instant que nous avons fait un bon petit stage et que nous avons des goûts sur les bas pour développer notre bagout, automatiquement il y a du déchet, voire du des chais et surtout après du dégout !



Les psychiatres :

Très bons pour les enfants, pour les hôpitaux spécialisés. Donc très bons pour ce qui concerne tes emmerdes avec les papillons que tu as dans la tête. Ensuite on peut des blattes errer car on n’est pas tomer sur le bon à cause de la couleur des papillons qu’il traite. Faut reconnaitre, plus de 40 sortes courantes, enfin volantes communes rassemblées comme une ce n’est pas le mieux ! Bref pour simplifier car je sens que vous vous posez des questions sur vos troubles et vous aimeriez avoir quand même une réponse : laissons les psychiatres facturer et encaisser, la sécu rembourse.



Les pédo-psychiatres : alors là pour un conseil je m’incline « Allo Ruffo » le matin sur la Cinq après les Maternelles. Chapeau bas et non pas « les bas, chapeau ! » Lui le bon sens est pas près de chez lui, le bon sens l’habite. A s’propos, si c’est cela qui vous turlupine, c’est pas lui qu’il faut voir mais votre sexologue.



Certains rares médecins ayant une formation spécialisée et en plus ayant fait eux-mêmes une analyse : c’est du bon, du beau, du bonnet pour ce que vous avez sous le vôtre.



Et enfin les psychologues, les vrais :

Ceux qui nous tentent parce qu’ils sont patentés.

Ceux qui maitrisent sous licences un DEA de psychologie.

Ceux qui ont fait de la psychologie clinique et une psychanalyse eux-mêmes.

Ceux-là, qu’ils soient « Lacan » (toutefois il vaut mieux qu’ils soient là quand vous avez besoin) qu’ils soient « Freud » qu’ils soient « Yung » (mais ne prenez pas Nash quel que soit son Still), eh bien là, vous n’aurez plus besoin de pisser de votre balcon pour chasser les coccinelles et les papillons pour vous emmerdent de temps à autres, ou vous pourrissent la vie depuis l’enfance.

Vous êtes chez les bons de chez bons. Ceux qui vous écoutent et vous guident aussi.



Mais sachez une chose :



Il n’existe pas de psy pour les nou-nouilles perverses qui vous harcèlent au boulot.



Celles définies par Marie-France Hirigoyen dans son livre sur le harcèlement moral, ces personnes perverses qui se marrent si tics, appelée communément perverses narcissiques : celles-là, seul les tribunaux vous en délivreront donc il faut vous constituer des dossiers sérieux pour leur donner l’estocade finale avant que ce soient vous qu’on laisse toqué après que vous soyez passés par leurs mains sales.



Car il n’existe pas de psy pour suivre les nouilles qui vous côtoient : on n’a jamais vu une spécialisation de psy qu’aux pates !

Et vous le constaterez certainement un jour par vous-même, ces nou-nouilles là même après la ménopause elles se protègent, elles se syndiquent, elles !



Photo Emmanuel Renahy : « pour le visible ou l’invisible, il ne faut pas se tromper »

Vous aussi contribuez au Post !

Réagir Publier un post en réponse

Lire la suite



– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Egypte - Preuve de la torture et la répression par la police de Moubarak?

Traduction (anglais > français)
Egypte - Preuve de la torture et la répression par la police de Moubarak?
En mars? Rivera Luisa, Wikileaks, 28 Janvier 2011, 15h00 GMT

Plus d'articles ...
- Succession militaire égyptienne plans Conté à l'ambassade américaine
Beaucoup de militants bien connus, y compris Mohamed ElBaradei, le lauréat Nobel de la paix, ont été arrêtés à leur domicile, des civils ont été blessés et même tués dans des affrontements avec la police égyptienne et les forces de sécurité. Comme une panne d'Internet imposée par l'Etat couvre le pays, chaque citoyen et de l'organisation de base sera désormais exposée aux forces de police arbitraires. Comme documents secrets à partir de US prouver, au cours de la démonstration d'aujourd'hui, les autorités pourraient utiliser les menaces physiques, menaces juridiques et des lois extraordinaires, la loi d'urgence comme une excuse pour persécuter et de poursuivre les militants au cours des manifestations pacifiques se déroulent au Caire et dans d'autres villes.

Comme décrit par câble 10CAIRO64 envoyé de l'ambassade du Caire le 12 janvier 2010,? Egypte? S l'état d'urgence, en effet presque sans interruption depuis 1967, permet l'application de la Loi de 1958 sur d'urgence, qui accorde les pouvoirs GOE large pour arrêter des individus sans frais et de les détenir indéfiniment?. Le câble décrit également comment? Le Gouvernement égyptien a également utilisé la loi d'urgence dans certains cas récents de cibler les blogueurs et les manifestants du travail?.

L'usage excessif de la force par la police pendant les manifestations ont conduit à des exécutions arbitraires et de détentions dans un vaste éventail d'abus, une situation qui est connu et reconnu dans le passé par des diplomates américains basés en Egypte. Il est important de garder à l'esprit la longue liste des abus de la police et de la torture par les forces de police égyptienne.

À la suite de la protestation a commencé le lundi 25 Janvier de nombreux citoyens, dont des militants et des journalistes ont été attaqués. Les gens ont été arrêtés, sauvagement blessés et même tués à la suite d'un usage excessif de la force par la police, une situation qui est connu et reconnu dans le passé par des diplomates américains basés en Egypte.

Dans un télégramme envoyé du Caire Ambassade en 2009, Cable 09CAIRO79 la réalité de la force de police est décrite: la torture et la brutalité policière en Égypte sont endémiques et répandues. La police utilise des méthodes brutales contre la plupart criminels de droit commun pour obtenir des aveux, mais aussi contre les manifestants.? Il a été 2009, lorsque le gouvernement des États-Unis d'Amérique a reconnu le manque d'actions concrètes du gouvernement égyptien visant à améliorer la situation de la police en Egypte. Ce document souligne même comment blogueurs décrit les graves tortures à l'électricité infligées à un blogueur, et comment les forces de sécurité arrêté la torture quand il a commencé à coopérer.

La répression de l'opposition et l'action collective pour le changement va au-delà l'utilisation directe de la force, elle inclut l'utilisation de menaces judiciaires à poursuivre les formes même les plus inoffensifs de la dissidence, dont la poésie: Une récente série d'actions GOE sélective contre les journalistes, blogueurs et même un amateur poète illustre la variété des méthodes à la disposition du Gouvernement égyptien pour réprimer des opinions critiques, y compris un tableau des autorités chargées des enquêtes publiques et privées des actions en justice.?

Aussi récemment qu'en Février 2010, comme indiqué dans 10CAIRO213, un militant imploré les diplomates des Etats-Unis à se rapprocher du gouvernement égyptien en vue de lutter contre la torture et de réduire la brutalité croissante de la police. La réponse du vice-président Biden, c'est que le chef politique, la plus haute autorité dans le pays, n'est pas un dictateur. La réponse des États-Unis, c'est le silence et le rejet de la population égyptienne? S désir de créer un avenir meilleur.

Egypt - Evidence of torture and repression by Mubarak?s Police
By Mar?a Luisa Rivera, Wikileaks, 28 January 2011, 15.00 GMT

More articles ...
- Egyptian Military Succession Plans Told to US Embassy
Many well-known activists including Mohamed ElBaradei, the Nobel peace laureate, have been arrested in their homes, civilians have been wounded and even killed in clashes with Egyptian police and security forces. As an Internet blackout imposed by the state covers the country, every citizen and grassroots organization will now be exposed to arbitrary police forces. As secret documents from US prove, during the demonstrations today, authorities might use physical threats, legal threats and extraordinary laws such the Emergency Law as an excuse to persecute and prosecute activists during the pacific demonstrations taking place in Cairo and other cities.

As described by Cable 10CAIRO64 sent from the Embassy of Cairo on 12January, 2010, ?Egypt?s State of Emergency, in effect almost continuously since 1967, allows for the application of the 1958 Emergency Law, which grants the GOE broad powers to arrest individuals without charge and to detain them indefinitely?. The cable also describes how ?The GOE has also used the Emergency Law in some recent cases to target bloggers and labor demonstrators?.

Excessive use of force by police during the protests led to arbitrary executions and detentions in a vast array of abuses, a situation that is known and acknowledged in the past by U.S. diplomats based in Egypt. It is important to bear in mind the long record of police abuse and torture by Egyptian police forces.

In the aftermath of protest started on Monday January 25th, many citizens, including activists and Journalists were attacked. People were detained, brutally wounded and even killed as a result of excessive use of force by Police, a situation that is known and acknowledged in the past by U.S. diplomats based in Egypt.

In a Cable sent from Cairo Embassy on 2009, Cable 09CAIRO79 the reality of the police force is described: ?Torture and police brutality in Egypt are endemic and widespread. The police use brutal methods mostly against common criminals to extract confessions, but also against demonstrators.? It was 2009 when the Government of the United States of America acknowledged the lack of concrete actions of the Egyptian government to improve the situation of police in Egypt. This same document points out how bloggers described the severe torture with electric shocks inflicted on a blogger, and how security forces stopped the torture when he began cooperating.

The suppression of dissent and collective action for change goes beyond direct use of force; it includes using legal threats to prosecute even the most harmless forms of dissent, including poetry: ?A recent series of selective GOE actions against journalists, bloggers and even an amateur poet illustrates the variety of methods available to the GOE to suppress critical opinion, including an array of investigative authorities and public and private legal actions.?

As recently as February 2010, as indicated in 10CAIRO213, an activist implored the United States diplomats to get closer to the Egyptian government in order to combat torture and reduce the growing brutality of the police. The answer from Vice President Biden is that the political leader, the highest authority in the country, is not a dictator. The answer from the U.S. is silence, and dismissal of the Egyptian people?s desire to create a better future.

News Of Marseille – Le journal d'actualité de Marseille Provence

News Of Marseille – Le journal d'actualité de Marseille Provence: "– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Thursday, January 27, 2011

Ricordu


magnifique !!

Immigration et politiques migratoires : ce que personne n'ose dire - Institut Turgot

Immigration et politiques migratoires : ce que personne n'ose dire - Institut Turgot: "Institut Turgot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Immigration et politiques migratoires : ce que personne n'ose dire

Par Gilles Dryancour le lundi 24 janvier 2011, 11:49 - Note de synthèse - Lien permanent

* Développement
* Etat-providence
* Externalités
* Hoppe
* Immigration
* Libéralisme
* Public choice

Gilles DryancourUn article récemment publié sur ce site, intitulé : « Pour l’immigration musulmane » et le débat passionné qu’il a suscité nous incitent à revenir sur le thème des flux migratoires et à en présenter une analyse libérale approfondie.

Cet exercice nous semble d’autant plus nécessaire que l’opinion exprimée par André Teissier du Cros a été mal interprétée par quelques-uns des lecteurs qui ont pris le titre de son papier au pied de la lettre.

C’est ce qui fait dire à ceux qui n’étaient pas de son avis qu’il est un « dangereux utopiste » ou un partisan de « l’islamisation ».

Sans vouloir nous faire l’exégète de la pensée de Teissier du Cros, il nous semble que ce qu’il a voulu dire, c’est qu’il n’y a pas de raison objective d’interdire l’immigration « musulmane » pas plus qu’il y en aurait à interdire l’immigration « protestante », « bouddhiste », « orthodoxe », « shintoïste », « animiste », etc.

De fait, la pluralité des points de vue en la matière – sans compter celui de l’opposition doctrinale à toute immigration – nous rappelle qu’il n’est pas possible de vouloir imposer une préférence individuelle à l‘ensemble de la société sans tomber dans le constructivisme.

Pour nous, la question essentielle n’est d’ailleurs pas de savoir quels groupes humains devraient être autorisés à immigrer dans un pays donné, mais d’assurer les conditions institutionnelles qui permettent aux individus d‘intégrer le coût économique de leurs préférences subjectives en matière de migration.

A cette fin, il est nécessaire d’avoir recours à ce que l’on appelle communément l’individualisme méthodologique. Plus précisément aux concepts liés aux droits de propriété et au capital humain, tels que définis par Gary Becker. Concepts auxquels nous ajouterons quelques enseignements tirés de l’école du public choice, toujours utiles pour démystifier le discours politique en matière de justice sociale et d’immigration.

A l’aide de ces cadres de pensée, nous essaierons d’interpréter le fonctionnement du phénomène migratoire et la manière dont il sert les intérêts des hommes de l’Etat.
1.Le phénomène migratoire est malthusien

Sans tomber dans une psychologie réductrice, on peut soutenir que les mouvements migratoires sont engendrés par le désir de trouver un espace physique qui optimise les besoins des individus ou de groupes constitués. Historiquement, on constate que la migration est un phénomène plus particulier aux tribus de cueilleurs-chasseurs et aux éleveurs nomades qui sont, en permanence, à la recherche de ressources alimentaires nouvelles.

En ce sens, on peut affirmer que la migration est surtout le fait de sociétés malthusiennes qui ne parviennent pas à satisfaire les besoins de leurs membres en fonction d’un espace délimité par des droits de propriété (enclosures). A cet égard, l’apparition de l’agriculture a plutôt ralenti les mouvements migratoires. D’abord pour une raison très pratique : la mise en culture des terres implique la sédentarisation. Ensuite, parce que l’agriculture a permis la formation d’un proto-capitalisme basé sur l’appropriation des terres, la bonne gestion des semis et l’amélioration progressive des rendements susceptibles d’absorber la croissance démographique. L’opposition entre les valeurs des sociétés nomades (prédatrices) et sédentaires (productrices) a alimenté d’innombrables études anthropologiques sur lesquelles il n’est pas nécessaire de revenir ici.

Selon nous, cette opposition n’est, d’ailleurs, pas aussi radicale. Même les sociétés sédentaires peuvent produire d’importants flux migratoires lorsqu’elles traversent un cycle malthusien de croissance trop rapide de la population par rapport à l’évolution des rendements agricoles ou lorsque la production s’effondre accidentellement.

La famine de la pomme de terre en Europe du Nord (1845) en est un exemple caractéristique. Causée, par le mildiou de la pomme de terre cette famine a eu des effets tragiques :

« L'effet de la crise sur l'Irlande est incomparable à toutes les autres zones pour les ravages qu'elle a causés, entraînant un million de morts et un autre million de réfugiés et déclenchant un siècle de déclin de la population. (…) Outre les morts de faim et des suites des maladies liées à la famine, d'autres formes de souffrance ont existé. Alors que l'impact démographique des famines est immédiatement visible dans la mortalité, des baisses à plus long terme de la fertilité et de la natalité peuvent aussi affecter la population de façon spectaculaire. En Irlande, les naissances ont baissé d'un tiers, provoquant la « perte » de 500 000 vies. (…) L'émigration pour échapper à la famine toucha principalement l'Irlande et les Highlands écossais. (…) Plus d'un million de personnes ont émigré des Highlands écossais, assistés par de nombreux propriétaires terriens et le gouvernement, principalement vers l'Amérique du Nord et l'Australie. Plus d'un million de personnes ont également quitté l'Irlande pour les mêmes destinations, et plusieurs dizaines de millions de plus au cours des décennies suivant la famine » (1).

De nos jours, on assiste, pour des raisons analogues, à des mouvements de population tout à fait comparables en provenance des zones rurales des pays en développement, à forte natalité, vers les zones urbaines intérieures ou vers les pays développés. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est possible de qualifier la décision de migrer comme une décision rationnelle en vue de préserver ou de valoriser son capital humain. Une décision que l’individu prendra en fonction des moyens dont il dispose.

Comme on le verra plus loin, cette notion de moyens est souvent ignorée par ceux qui prônent l’immigration comme un devoir de solidarité des ‘’riches’’ à l’égard des ‘’pauvres’’. De facto, ce ne sont jamais les plus pauvres qui émigrent. Ce sont ceux qui en ont les moyens. On le constate pendant les grandes famines. Si un million d’Irlandais sont morts de faim au milieu du XIXe siècle et n’ont pu émigrer vers l’Amérique du Nord, c’est que très probablement ils n’en avaient pas ou plus les moyens.

C’est une tautologie de dire que les Irlandais qui n’avaient pas de quoi s’acheter à manger avaient rarement les moyens de s’acheter un billet transatlantique, fut-il de troisième classe. Et ceux qui sont partis ont souvent été aidés par des tiers.

De même aujourd’hui, les huit millions d’individus qui souffrent, en 2011, de la famine au Niger demeurent là où ils sont, car ils n’ont pas les moyens de prendre un billet d’avion vers Paris ou Montréal.

Cette contrainte de moyens nous aide à comprendre que la décision de migrer est toujours une décision économique, même si elle peut prendre des formes illégales.
2.La décision de migrer repose sur un calcul rationnel

La décision de migrer est toujours spéculative. Elle repose sur le calcul – juste ou erroné, peu importe – qu’en fonction d’un état individuel donné et des ressources dont on dispose, l’état futur qui résultera de la migration sera meilleur.

Cet énoncé a une portée universelle. Il s’applique à presque toutes les formes de migration. Qu’on en juge. Elle est valable pour les Français fortunés qui émigrent en Suisse pour ne plus payer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune, comme pour l’Africain qui risque sa vie sur mer pour rejoindre l’Europe, comme pour le retraité japonais qui va s’installer en Thaïlande pour bénéficier d’un plus grand niveau de vie.

L’une des conséquences de ce principe est que, lorsque les perspectives de croissance d’un pays deviennent négatives, les incitations à émigrer augmentent. Cela a été longuement le cas en Afrique où, pendant quatre décennies, le taux de croissance de la population dépassait, dans presque tous les pays, le taux de croissance du PIB (2).

Toutefois, cette tendance a commencé à s’inverser au début des années 2000 sous l’effet combiné de la mondialisation des échanges et des réformes. Ainsi, après un survol rapide des données disponibles, il semblerait qu’à l’exception du Zimbabwe et du Tchad tous les pays africains aient connu un taux de croissance réel positif de 2003 à 2008 et renoueront avec une croissance positive en 2011 (3). Certains pays ont même enregistré des taux de croissance supérieurs à ceux de la Chine, comme l’Angola (13%), l’Ethiopie (12%) et le Rwanda (11%). Aussi, lorsqu’on accuse la mondialisation et le libéralisme d’être à l’origine de la pauvreté et des mouvements migratoires qui touchent l’Europe, l’on porte une fausse accusation. Car, en pratique, la mondialisation augmente le coût d’opportunité à quitter des pays en forte croissance.

De ce point de vue, le dirigisme étatique qui a sévi en Afrique et soumis de vastes populations à l’aléa économique est bien plus responsable de l’émigration massive des années 1970-2000 que la libéralisation des échanges.

Que ces mouvements migratoires se poursuivent, aujourd’hui, en dépit de l’augmentation remarquable du taux de croissance n’a rien d’étonnant. L’émigration est également déterminée par des facteurs sociaux et politiques indépendants du taux de croissance du PIB national. Par exemple, l’absence d’Etat de droit est un puissant facteur incitant à l’émigration (à condition que les frontières ne soient pas fermées comme elles le furent dans le défunt bloc soviétique ou comme elles le sont actuellement en Corée du Nord). Lorsqu’on risque quotidiennement sa vie du fait de l’arbitraire d’un régime politique ou du crime organisé, on est bien entendu poussé à chercher un asile ailleurs.

Aux incitations locales à l’émigration, il faut ajouter les incitations qu’offre le pays d’accueil potentiel. Une étude de l’INED datant du milieu des années 1990 montrait que plus de 90% des primo-arrivants hors OCDE étaient, d’une manière ou d’une autre, pris en charge par le système social et ne trouvaient pas de travail dans les 18 mois suivant leur entrée en France (4). Sans vouloir polémiquer sur ces données, qui ne sont plus aujourd’hui disponibles, on observera que la promesse d’avantages sociaux certains dans une économie socialisée est plus attrayante que la recherche d’un revenu incertain dans une économie libéralisée, même en forte croissance.

La perspective de bénéficier d’avantages sociaux quasi-automatiques, d’infrastructures publiques gratuites et des garanties juridiques de l’Etat de droit constituent de toute évidence une incitation à l’émigration qui dépasse, de loin, les coûts psychologiques associés à la perte de sa langue, du réseau social et familial, des habitudes culturelles et religieuses, etc.

Ces premières analyses nous permettent de comprendre qu’on ne peut agir sur les flux migratoires sans modifier la structure des coûts et des avantages liés à la décision de migrer. En d’autres termes, il faut réaliser les conditions du développement économique dans les pays d’émigration et augmenter les coûts d’opportunité à l’entrée dans les pays d’immigration, notamment en ne permettant plus l’accès aux avantages sociaux pour les immigrés qui ne cotisent pas ou sont en situation de séjour illégal.

Au passage, relevons que le thème du développement comme moyen de lutte contre l’immigration non-désirée est également utilisé par les thuriféraires de l’aide publique au développement. Ce n’est bien entendu pas l’option que nous défendrons dans ce papier. A propos de l’aide publique au développement, nous partageons davantage les thèses défendues par la Zambienne Dambisa Moyo dans son livre « L’aide fatale », paru fin 2009. L’auteur qui a travaillé à la Banque Mondiale et enseigne aujourd’hui à Oxford, montre comment les mille milliards de dollars d’aides transférés à l’Afrique depuis les années 1960 ont nourri la corruption, détruit l’épargne, empêché l’investissement productif et finalement paralysé nombre d’économies (5).

Les conclusions tirées par Moyo nous renforcent dans la conviction que l’aide prioritaire dont l’Afrique a besoin, c’est une aide institutionnelle à la formation de l’Etat de droit, au respect des droits de propriété et à l’intégration dans l’économie mondiale. D’ailleurs, les pays qui suivent cette voie (Angola, Ethiopie) sont ceux qui connaissent les taux de croissance les plus élevés. Par contre, ceux qui s’arc-boutent sur la dictature socialiste (Algérie, Tunisie, Zimbabwe) sont aussi ceux qui connaissent les plus mauvaises performances économiques.

Quant à espérer, comme Dambisa Moyo, le démantèlement de l’aide publique des pays riches pour réduire la corruption politique en Afrique, c’est pour l’instant un vœu pieu. Effectivement, la corruption des gouvernements des pays en développement est, souvent, le reflet du financement occulte des partis politiques des pays développés. Les mécanismes en sont bien connus et reposent sur des rétro-commissions qui, dans la pratique, échappent au contrôle des cours de justice compétentes.

Quoi qu’il en soit, on notera l’intéressant paradoxe par lequel l’aide publique versée aux pays en développement, avec la justification idéologique de stabiliser les flux migratoires, crée les conditions de l’émigration. Néanmoins, le paradoxe n’est qu’apparent. Il n’est qu’une variante de ce que Garrett Hardin a appelé ‘’la tragédie des biens publics’’ (6). Une tragédie qui caractérise l’immigration étatisée.
3.L’immigration non-désirée est une tragédie des biens publics

Lorsque l’on pense aux effets de l’immigration non-désirée, on pense plus souvent aux problèmes de voisinage ou de délinquance qu’aux conditions institutionnelles dans laquelle elle se réalise. Or, de notre point de vue, les effets négatifs de l’immigration, dans les social-démocraties, sont principalement liés au fait qu’elle est insuffisamment encadrée par les droits de propriété. Pour saisir cette idée, on peut mentalement se figurer le ‘’voyage’’ de l’immigré qui vient s’installer en France. Celui-ci commence par un trajet en avion ou en bateau.

A la frontière de l’espace Schengen, l’immigré est contrôlé ou non par une police des frontières publique. Ensuite, lorsqu’il n’a pas de ressources propres ou de travail, l’immigré est pris en charge soit par des organismes publics, soit par des associations caritatives financées ou cofinancées par des collectivités publiques. Selon la manière dont l’immigré est entré dans le pays, il reçoit ou non un revenu public. Il est logé dans un logement public (H.L.M.). Si l’immigré a des enfants, il les envoie à l’école et à la cantine publiques. Il reçoit des soins du système de santé publique. Il s’éclaire à l’électricité publique, etc.

Ce constat nous avait fait dire dans une conférence donnée en 2001, à l’Institut Turgot à Bruxelles, que

« techniquement un immigré peut vivre toute sa vie en France dans un espace public ».

Dix ans plus tard, cette prédiction se trouve confirmée par une étude du gouvernement français dans laquelle on découvre que les ménages immigrés demeurent durablement dans la dépendance du système social. Même vingt ans après leur installation, ils continuent à bénéficier d’allocations sociales représentant l’essentiel de leurs revenus. Presque la moitié de ces ménages vit dans des H.L.M. et la majorité d’entre eux éprouve des difficultés à payer leur loyer pourtant modéré. Ceci bien qu’ils i) bénéficient d’une aide personnalisée au logement (APL), que ii) leur loyer moyen est d’un peu moins de 300€ et que iii) le loyer qu’ils doivent effectivement débourser est de 100€ (7).

Ce qu’il faut relever du point de vue de la systémique sociale, c’est que tous ces espaces publics où l’immigration aboutit sont des anciens espaces privés. Et, parce que ces espaces sont devenus publics, les individus n’ont plus le pouvoir de faire jouer leur droit naturel à décider qui en use ou non. Ainsi, ils ne peuvent plus exprimer leurs préférences subjectives, ce qui est une source de mécontentement collectif.

Ajoutons à cela que l’existence de la propriété publique, où loge au moins la moitié de la population immigrée, permet la diffusion d’un phénomène que les économistes anglophones appellent le NIMBY (Not in my backyard – pas dans mon jardin). Ainsi, lorsqu’on voit des célébrités du monde du spectacle se mobiliser pour la régularisation de ‘’sans-papiers’’ qui occupent tel ou tel édifice public, elles sont d’autant plus enclines à le faire qu’elles n’ont pas à payer les coûts de cette régularisation en accueillant chez elles lesdits sans-papiers. Elles savent qu’elles peuvent collectiviser les coûts de leur revendication en les transférant vers la propriété publique. Ceci, tout en bénéficiant des avantages, en termes de réputation, d’une posture charitable.

Dans ce registre, on se souviendra de l’occupation de l’église Saint Bernard, par des sans-papiers (1996), pour lesquels des artistes et des personnalités médiatiques s’étaient mobilisés afin d’obtenir leur régularisation. Notamment, Emmanuelle Béart qui, depuis, poursuit son combat. En 2008, l’actrice a fait cette déclaration révélatrice du phénomène NIMBY:

« La comédienne tient à redire que les familles sont envoyées dans ces hôtels par les services sociaux, que ces endroits sont agrées par l'Etat. 'Il est révoltant de découvrir que l'argent public (…) et les modestes salaires de ces familles servent à enrichir (des) Thénardier du monde moderne', martèle la comédienne. Elle conclut sa tribune en assurant être engagée 'jusqu'au bout dans ce combat, qui touche 3,2 millions de personnes mal ou non logées » (8).

On peut légitimement penser que tout autre serait la posture d’Emmanuelle Béart si elle devait intégralement soutenir ces familles de ses propres deniers et les accueillir en son logis. De même, serait très différente la relation des Français à l’immigration si elle était encadrée par les droits de propriété. Aucun immigré ne trouverait, effectivement, de logement aux dépends des contribuables. Il paierait son loyer ou ceux qui désireraient sa présence, au nom d‘un principe charitable, le paieraient pour lui. L’immigré devrait subvenir à ses besoins par son travail. C’est-à-dire, créer de la valeur, source primordiale d’intégration et de reconnaissance sociale. Plus important encore, il s’insérerait dans un réseau de relations contractuelles où les individus sont systémiquement amenés à prendre soin de leur propriété et de celle des autres, étant responsables des dommages qu’ils peuvent occasionner aux biens d’autrui. Matériellement, il serait impossible à l’immigré d’occuper un lieu physique ou une position économique sans qu’il ait obtenu le consentement préalable de son propriétaire.

Loin de cette économie du consentement, on assiste à la prise de contrôle des droits de propriété par les hommes de l’Etat grâce aux lois fondées sur le principe de la non-discrimination. Or, l’exercice du droit de propriété suppose la pleine liberté d’allouer les ressources que l’on possède aux fins que l’on juge utiles. Par nature, le pouvoir d’allocation d’une ressource rare est discriminatoire. Y superposer le concept égalitariste de non-discrimination relève de l’absurde. In fine, celui qui bénéficie de l’usage d’un bien loué ou d’un emploi a été favorablement discriminé contre tous ceux qui étaient en concurrence pour son obtention. Or, il n’y a pas, selon nous, de raison méta-économique de préférer un individu à un autre. Le choix étant subjectif, il doit être laissé au propriétaire qui fera toujours un usage plus optimal de ses ressources que les hommes de l’Etat qui seront tentés de les détourner à leur profit. C’est d’ailleurs la situation qui domine en Europe où l’immigration est une variable d’ajustement du marché politique.
4.Immigration de masse et marché politique

Si l’immigration est devenue massive et, paraît-il, irréversible selon le discours politique médian, c’est qu’elle sert des objectifs non-avoués. Dans un article paru en 2002 et qui a fait date, Hans-Hermann Hoppe nous donne les raisons de l’immigration de masse :

« L’immigration de masse, par contraste avec l’immigration à petite échelle de travailleurs qualifiés à la recherche d’un environnement plus productif est entièrement un phénomène étatique (…) Avant tout, dans l’ordre naturel, il n’y a rien de tel que ‘’le droit à migrer’’. Les individus ne peuvent se déplacer à leur guise. Quand une personne se déplace, il se meut sur une propriété privée ; et la propriété privée implique le droit d’en exclure les autres. Essentiellement, une personne peut se déplacer (dans un espace donné) s’il reçoit la permission de son propriétaire. Et le propriétaire peut révoquer à tout instant cette permission et expulser ses hôtes quand il estime que leur présence devient indésirable (aux yeux de son propre code de l’hospitalité)… En admettant quelqu’un sur son territoire, l’Etat permet également à cette personne d’accéder aux routes et espaces publics, au seuil de chaque domicile privé, d’utiliser tous les services publics et les logements résidentiels protégés par une multitude de lois contre la discrimination. Un seul élément manque dans cette reconstruction. Pourquoi l’immigration serait-elle, en quoi que ce soit, un problème pour l’Etat ? Qui désirerait émigrer d’un espace gouverné par le droit naturel dans un espace étatique ? Un espace étatique aurait tendance à perdre ses occupants, particulièrement ses sujets les plus productifs. Il ne présenterait un intérêt que pour ceux qui sont attirés par les avantages offerts par l’Etat-providence. (Leur admission à ces avantages ne fera que renforcer davantage la tendance à l’immigration de masse). S’il y a bien un phénomène qui n’est pas un problème pour l’Etat, c’est l’émigration. Dans les faits, l’institution de l’Etat est une cause d’émigration. En réalité, la cause la plus importante, voire la seule cause des migrations de masse, bien plus puissante et dévastatrice que le plus puissant des ouragans, des tremblements de terre et seulement comparable aux effets des différentes périodes de glaciation » (9).

Hoppe ajoute que les hommes de l’Etat n’ont aucun intérêt à changer le système actuel. Ils ne se soucient pas de voir les électeurs plus productifs émigrer, car ils ont moins de valeur à leurs yeux que l’assisté qui vote pour des mesures égalitaristes, alors que les plus productifs voteraient contre. Pour Hoppe, les immigrés servent à justifier l’intervention de l’Etat et la croissance du pouvoir des hommes de gouvernement. Dans le contexte européen, on ajoutera que l’immigration sert également de nouveau moteur idéologique aux partis constructivistes. Vers la fin des années 1960, le prolétariat tel que le représentait les intellectuels marxistes avait quasiment disparu. Les immigrés ont permis, à la gauche politique, de récréer un prolétariat de circonstance qui lui a fourni de nouveaux prétextes pour redistribuer les revenus en fonction de sa conception de la justice sociale et de prendre des mesures collectivistes telles que :

- L’intervention massive de l’Etat dans la construction de logements sociaux (source notoire de corruption et de financements occultes des partis politiques).

- La réquisition de logements privés inoccupés au bénéfice de clientèles ciblées.

- La ‘’discrimination positive’’ (officiellement non pratiquée, mais des plus manifestes) dans l’attribution d’emplois publics

- Des politiques de la ville et d’intégration aussi dispendieuses qu’inefficaces.

- Des politiques de mixité sociale forcée, par lesquelles on crée des îlots publics dans des zones résidentielles privées dont la valeur immobilière est rapidement dévaluée.

Comme souvent, les moyens utilisés par l’Etat pour favoriser l’intégration sont précisément ceux qui empêchent les immigrés de s’intégrer. Ainsi, plus les quartiers ‘’sensibles’’ deviennent ‘’sensibles’’, plus on dépense d’argent pour acheter la paix sociale auprès de médiateurs. Une politique que dénonce, par exemple, la journaliste Elizabeth Lévy :

« Cette realpolitik est peut-être réaliste quand le but recherché n’est pas le règne de la loi mais, plus modestement, celui de l’ordre. Appliquée à nos banlieues, elle a des conséquences fâcheuses. D’abord, elle oblige à “travailler” avec des gens dont la moralité n’est pas absolument irréprochable. De plus, au lieu de regagner les “territoires perdus”, on y encourage la privatisation du pouvoir et la création de hiérarchies fondées sur la force et la peur – à peu près le contraire de l’ordre républicain. Enfin, ce clientélisme a ses limites : en cas d’épreuve de force, un maire n’est jamais sûr de pouvoir compter sur ses obligés. Le médiateur-modèle peut jouer un rôle actif dans l’émeute au cours de laquelle on incendiera une école maternelle. En clair, quand on croit acheter la paix sociale, on est sûr de se faire arnaquer » (10).

Dans tous les cas, on est certain de perturber les schémas comportementaux de base en inversant les liens de causalité et en donnant l’impression que les actes délictueux payent davantage que l’intégration. Pour être complet sur la question de l’instrumentalisation des flux migratoires par les hommes de gouvernement, il faut ajouter cette considération : ceux-ci ont un intérêt électoral systémique à l’immigration de masse et à l’octroi rapide du droit de vote aux immigrés. Car, les nouveaux arrivants attirés par l’Etat-providence ont, faute de formation adéquate et de réseau social structuré, un capital humain assez faible. Ils forment de facto, une catégorie d’individus plus réceptive aux techniques de manipulation politique et aux promesses de rentes sociales. Le fait d’octroyer massivement la citoyenneté à des immigrés non-intégrés et peu productifs peut paraître à d’aucuns irrationnel. Mais, en termes de public choice, c’est une décision des plus rationnelles, puisqu’elle consiste à remplacer des électeurs dont le coût de la voix est élevé (en termes de rentes à mobiliser par l’impôt) par des électeurs captifs dont les voix sont à bon-marché.

Parvenus à ce stade de nos réflexions, il nous reste à passer en revue quelques mythes et idées reçues sciemment entretenus autour de l’immigration.
5.Mythes et fausses idées entretenus à propos de l’immigration

a) L’accueil des immigrés serait une mesure de solidarité à l’égard des plus pauvres de la planète.

Le mythe de l’accueil obligatoire des immigrés au nom de la solidarité est propagé par les partis les plus hostiles au libéralisme. En France : le parti communiste, la Nouvelle Gauche, les Verts et une partie de l’élite culturelle, comme celle réunie au sein du ‘’Collectif des cinéastes pour les sans-papiers’’, proche du P.C. et pour lequel :

« Des milliers d'habitants de ce pays sont descendants de sans-papiers. Tout le monde s'accorde à dire que la solution est dans le développement, j'estime que régulariser est une forme d'aide aux pays pauvres » (11).

Cette idée que l’on accueillerait les plus démunis de la planète ne correspond à aucune réalité sociologique. Comme nous l’avons vu au début de ce papier, les plus pauvres, ceux qui souffrent de la famine, n’ont pas les moyens d’émigrer. Selon la FAO, ils sont plus d’un milliard à la surface du globe. Si l’Europe avait l’impératif catégorique de les accueillir, de les loger et de les nourrir, c’est toute l’économie qui s’effondrerait. En vérité, les immigrés qui s’installent en Europe sont les mieux organisés pour utiliser les filières légales ou même illégales d’immigration. Or, selon le pays de départ et de destination, les filières d’immigration clandestines exigent entre 5.000€ et 15.000€ par individu. Un coût astronomique pour certains pays où le revenu annuel par tête ne dépasse pas quelques centaines d’euros. Précisons toutefois que, dans de nombreux cas, les organisateurs de ces filières acceptent une avance de 30% (somme qui reste néanmoins très conséquente) et offrent un ‘’prêt’’ dont le taux est calculé sur la capacité de remboursement tirée des futurs revenus sociaux et/ou criminels.

C’est également un sophisme de dire que la solidarité doit s’exprimer par l’immigration. Des aides individuelles directes et volontaires sont bien plus efficaces. Le coût de la vie étant incomparablement plus bas dans les pays en développement, il vaut mieux donner 10€ à un individu, dans un pays en développement, pour faire fructifier un projet créateur de richesses, que 100€ d’allocations stériles à un immigré chômeur en France.

En défendant l’immigration de masse, les partis hostiles aux droits de propriété défendent, en vérité, leur fonds de commerce idéologique et électoral.

b) L’immigration est nécessaire pour lutter contre le vieillissement de la population et assurer le paiement des retraites par répartition.

Cette affirmation n’a rien de libéral. C’est une posture macroéconomique qui s’appuie sur une vision idéalisée de la population et de la répartition de ses classes d’âge. Une vision en partie héritée d’un préjugé archétypal selon lequel une population jeune est nécessaire pour mener et gagner la guerre.

Dans une société où toute propriété serait privée, ce concept serait dépourvu de sens. Chaque propriété aurait son taux de natalité propre. Et chacun pourrait déterminer un taux de natalité en fonction de ses préférences pour une famille plus ou moins nombreuse. L’efficacité économique d’un taux de natalité bas ou élevé pourrait alors être mesurée par le prix de cession des actifs familiaux.

Précisons que l’affirmation selon laquelle l’immigration permettrait de lutter contre le vieillissement de la population est une contre-vérité démographique. Pour rajeunir la pyramide des âges, il ne faudrait laisser entrer, sur le territoire, que des nourrissons ou des enfants en très bas-âge et exclure tous les adultes.

Pour cette raison, l’immigration de masse qu’a connue la France depuis cinquante ans n’a pas sauvé le système de retraite par répartition. Pourtant, l’on parle d’ici d’un ordre de grandeur de 25 millions d’immigrés nets :

« Pour l'ensemble de la période 1960-2005, on enregistre une moyenne annuelle de 590.307 d’entrées nettes » (12).

Si vingt-cinq millions d’immigrés n’ont pu sauver le système de retraites par répartition, c’est parce que le système n’était pas intrinsèquement viable. Et, comme nous l’avons écrit :

« Quel que soit le scénario démographique retenu, la comparaison sera toujours plus favorable au régime de retraite par capitalisation. Car, un système de retraite par capitalisation est moins sensible aux variations démographiques qu’un système par répartition. Il soutient les gains de productivité qui compensent partiellement ou totalement la réduction de l’offre de travail » (13).

De cette constatation on peut déduire la réflexion suivante : pour que l’immigration ait un impact positif sur le système social, dans une phase de déclin démographique et de vieillissement de la population, il faut que les immigrés soient plus productifs que ne l’ont été ceux dont ils doivent prendre en charge les coûts de retraite et de santé. Or, toutes les études montrent que le niveau moyen de qualification des nouveaux arrivants est moins élevé que celui des nationaux. De surcroît, les données disponibles laissent également penser qu’une large fraction des immigrés reçoit plus d’allocations qu’elle ne paye de cotisations (14). L’immigration étatisée n’est donc pas une solution à la crise des régimes sociaux. Elle en est l’une des composantes systémiques.

A ce propos, on peut affirmer que l’immigration a soutenu les illusions inhérentes au système de retraite par répartition et accentué le phénomène de passager clandestin vis-à-vis des choix familiaux. Non seulement, chaque participant au système a eu tendance à penser que les enfants des autres paieraient sa retraite future mais on lui a collectivement suggéré que les immigrés tiendraient plus particulièrement ce rôle. En conséquence, on peut postuler que l’immigration étatique a exercé une pression à la baisse sur la natalité. Nos observations empiriques tendraient à confirmer cette tendance pour tous les pays de l’Union Européenne.

De ce point de vue, la France dont les hommes de l’Etat vantent le taux de fécondité comme un signe de bonne santé de la nation (taux de 2,1 en 2008 et de 2 en 2009) ne se distingue pas, malgré tout, foncièrement de la moyenne des autres pays européens (1,5). S’il était, en effet, possible de recomposer le taux de fécondité de la France hors-immigration, jusqu’à la seconde génération, on se rendrait compte que ce taux s’approche très probablement des pays européens qui ont connu une immigration nettement moins forte (15).

Sans entrer dans la polémique des chiffres, il nous semble que ce à quoi à les hommes de gouvernement sont parvenus, c’est à importer la natalité d’autres groupes nationaux dans les espaces confisqués par l’Etat. Une natalité, ensuite autoentretenue par le biais des allocations familiales auxquelles les immigrés les moins qualifiés sont très sensibles, car elles représentent une part importante de leur revenu net.

c) Il faut remplacer l’immigration de masse par une immigration de qualité

L’idée selon laquelle il faudrait désormais remplacer l’immigration de masse par une immigration plus restreinte d’individus qualifiés commence à faire son chemin dans les milieux conservateurs officiels et chez quelques-uns de nos amis libéraux. Si cette proposition paraît en soi plus raisonnable que celle de soutenir une immigration massive, elle n’en est pas pour autant libérale. Conceptuellement, elle demeure d’inspiration macroéconomique et constructiviste. Qui dit choix des qualifications et nombre restreints d’immigrés, dit quotas. Qui dit quotas, dit planification centralisée par les hommes de l’Etat. Une planification de l’immigration qui se fera en fonction de leurs représentations des politiques industrielles à conduire ou de leurs intérêts personnels. Si une telle politique de quotas était conduite, les grandes entreprises publiques et les lobbies bien introduits auprès du gouvernement seraient les premiers servis. Ceci, indépendamment des besoins de l’économie.

En outre, l’idée même qu’il faudrait sélectionner certains individus qualifiés et pas d’autres est contraire aux principes de l’individualisme méthodologique. On peut individuellement estimer, en fonction de sa structure de consommation, qu’un boulanger ou un ramoneur est plus utile qu’un ingénieur de l’armement ou un dentiste. Pour nous, le seul moyen de trancher la question de l’utilité relative de tel métier ou tel métier est d’avoir recours au mécanisme des prix. C'est-à-dire au contrat et au marché.

d) L’immigration a un effet modérateur sur les salaires

L’idée selon laquelle l’immigration permettrait de limiter les hausses de salaires et de maintenir la compétitivité des industries à faible valeur-ajoutée faisait partie de ces idées que les gens du monde des affaires partageaient du bout des lèvres, dans les années 1960-1990, et que les syndicats dénonçaient hypocritement, appartenant eux-mêmes à des mouvements idéologiques favorables à une immigration de masse.

Dans le contexte d’une économie partiellement internationalisée, caractérisée par des barrières tarifaires et réglementaires élevées, cette idée n’était pas a priori fausse. Toutefois, elle n’a plus aucun fondement dans une économie globalisée où les produits et les capitaux circulent presque librement. Dans une telle économie, les salaires s’ajustent automatiquement ou, s’ils ne s’ajustent pas, les entrepreneurs délocalisent leur production. L’immigration ne joue donc pratiquement plus aucun rôle dans la formation du prix des salaires en Europe. On peut d’ailleurs formuler l’hypothèse qu’elle jouait un rôle assez marginal dans le passé. L’analyse montrerait, sans doute, qu’il n’y a pas de corrélation forte entre l’évolution des salaires en France et les flux migratoires. Qu’il y a eu des années avec des entrées nombreuses et de l’inflation salariale (1968-1972) et des années avec des entrées relativement plus faibles et une hausse modérée des salaires (2000-2003).

En France, l’évolution des salaires a été bien plus conditionnée par la politique monétaire, les rapports de force avec les syndicats et le droit social que par le marché et l’offre de travail des immigrés. Et, si ces derniers acceptaient effectivement de travailler à un prix moindre, c’est que l’Etat a, comme nous l’avons vu, socialisé une partie de leurs coûts spécifiques : logement, santé, éducation, transports, etc.

Cette observation a amené, Edward Crane, le Président du Cato Institute, à proposer, pour les Etats-Unis, que l’immigration soit libre mais que les immigrés ne bénéficient pas des avantages sociaux. Pour Crane, cela serait le moyen de se doter d’une immigration de qualité, tournée vers l’effort, la liberté d’entreprendre, une meilleure éthique de vie, etc.

Si l’idée a quelque mérite, elle est incomplète à un double titre : il ne serait pas juste de faire payer des cotisations sociales aux immigrés et de les priver du droit aux prestations qu’elles procurent aux nationaux. A contrario, il ne serait pas juste d’exempter, totalement ou partiellement, les immigrés de ces cotisations, car l’Etat subventionnerait, alors, leur emploi aux dépends de ses citoyens. En la matière, il n’y a pas d’autres alternatives que celles de permettre à tous de bénéficier des avantages sociaux (et d’en payer les coûts) ou de privatiser le système social.

Néanmoins, cette privatisation des régimes sociaux n’effacerait pas toutes les distorsions économiques liées au phénomène migratoire. Il demeurerait le fait que, dans une économie mixte, chaque nouvel arrivant n’a pas contribué au financement des actifs publics existants : infrastructures, institutions, état de paix… Pour prendre une analogie boursière, c’est comme si chaque nouvel arrivant recevait à titre gratuit des actions du ‘’capital France’’, accumulé au fil des décennies, au seul motif qu’il désire en être actionnaire. C’est là un transfert de propriété auquel personne ne pense mais qui est bien réel. Ce transfert réalisé par les hommes de l’Etat, à l’insu des électeurs, conduit arithmétiquement à la dévalorisation des actifs publics existants - par l’inflation du nombre des propriétaires. En cela, il est antidémocratique car il remet, insidieusement, en cause le principe de l’approbation de l’impôt.

Ce que l’on découvre ici, c’est que, pour se constituer des clientèles, les hommes de l’Etat promettent non seulement des rentes (aux nationaux comme aux étrangers) mais offrent également des actifs gratuits (aux seuls étrangers). L’équité voudrait donc que tout candidat à l’immigration doive payer sa part du capital public du pays où il désire s’installer. Actuellement, la valeur des actifs matériels publics français est estimée à 1500 milliards d’euros (16). En conséquence, chaque candidat à l’immigration en France devrait payer au moins 23.000€ de droits d’entrée pour être placé dans une condition égale à celle des contribuables durablement installés sur le territoire.

e) La France aurait cessé d’être un pays d’immigration de masse

A la lecture de certains médias la France serait devenue un pays hostile à l’immigration. Pourtant, aux dires mêmes d’Eric Besson tel n’est pas le cas :

'En 2009, nous avons délivré 1.850.000 visas et 174.000 titres de long séjour. 50.500 nouveaux étudiants étrangers ont rejoint nos établissements d’enseignement supérieur. 110.000 naturalisés ont intégré la communauté nationale. La France s’illustre aussi en étant le premier pays européen et le deuxième au monde pour l’accueil des demandeurs d’asile, juste derrière les Etats-Unis. Je voudrais vous parler très directement : ceux qui décrivent la France comme une forteresse racontent des histoires. 80% des demandes de visas reçoivent une réponse favorable. 1 demandeur d’asile sur 3 se voit octroyer la protection internationale. Je vous demande de ne rater aucune occasion de porter ces faits et ces chiffres à la connaissance de vos interlocuteurs, au plan bilatéral comme dans les différentes enceintes internationales » (17).

Ces chiffres ne nous éclairent cependant pas sur les flux migratoires réels. Mais, si l’on regroupe les différentes catégories d’immigrés légaux, on approche les 200.000 entrées par an (sur la période 2007-2010), auxquels il faut ajouter les illégaux dont le nombre est difficile à apprécier. Selon un rapport du Sénat datant de 2005, ceux-ci approcheraient 30.000 par an :

Dans la mesure où les régularisations menées en France et en Europe montrent que la durée de séjour des immigrants illégaux s'étale sur au moins une dizaine d'années, l'arrivée de 90.000 immigrants irréguliers supplémentaires en moyenne par an devrait porter le « stock » d'immigrants illégaux présents sur notre territoire à environ 800.000 personnes ; si l'on considère en revanche que 300.000 immigrants irréguliers séjournent sur notre territoire, alors le flux annuel d'entrées se situe entre 30.000 et 40.000 personnes, évaluation tout à fait compatible avec celle de l'INED (18).

Selon des données plus récentes publiées par le BIT ce chiffre se situerait aux alentours de 45.000 entrées, puisqu’il y aurait 450.000 immigrés clandestins vivant en France. Sur la base ces chiffres, probablement sous-estimés, on peut donc évaluer l’immigration annuelle (de 2007 à 2010) aux environs de 250.000 personnes. Cela peut sembler un nombre assez faible, par rapport à la moyenne des entrées nettes entre 1960 et 2005 (presque 600.000), mais cela représente une ville comme Montpelier ou Strasbourg à construire chaque année. Plus fondamentalement encore, ce chiffre dépasse de presque 100.000 personnes le nombre d’emplois nets qui devraient être créés en 2011, selon les projections du ministère du budget (19).

Dans un pays qui compte presque 10% de chômeurs (soit 2,6 millions d’individus), un taux aussi faible de création d’emplois et une croissance atone, l’immigration accentuera mécaniquement la pression de l’Etat sur la société. Pression qui, rappelons-le, bat des records historiques absolus avec une part des dépenses publiques qui a dépassé les 56% du PIB en 2009 et 2010 (20).

Une dérive des politiques et des comptes publics qui laisse penser que le moment se rapproche où le système social risque de d’effondrer sous le poids de ses contradictions.
Conclusion

Ceux qui concluraient de cet article que l’individualisme méthodologique conduit à s’opposer à toute immigration seraient dans l’erreur. Les libéraux ont toujours défendu la liberté de mouvement. Mais, celle-ci doit-être encadrée par l’exercice souverain du droit de propriété, seul capable de transformer l’immigration de masse, étatisée, non-désirée, vouée à l’échec en immigration librement acceptée et réussie. Dans le cas contraire, la paix sociale et la prospérité risquent d’être gravement menacées en France comme en Europe. Connaissant le tropisme des hommes de l’Etat à reporter le traitement des questions sociales délicates aux prochaines élections, on doit hélas s’attendre, dans un futur proche, à des ajustements brutaux.
Notes

(1) Références

(2) Relevons qu’en Afrique le taux croissance de la population reste remarquablement élevé et se situe entre 1% et 4,5% par an. Pour un panorama rapide de la démographie en Afrique on peut se référer à un article du journal Jeune Afrique de novembre 2009, consacré au baby-boom africain.

(3) Les taux de croissance réels pour l’Afrique sont répertoriés par Index Mundi et sont disponibles en ligne.

(4) A la différence des Etats-Unis, les statistiques ethniques sont interdites en France. Ce qui laisse croire à beaucoup qu’il y aurait des données à cacher. Malgré tout, le débat sur les statistiques ethniques gagne, depuis deux ou trois ans, de plus en plus de terrain. Voir à ce sujet l’article du Figaro en Ligne du 17 mars 2009 : Statistiques ethniques : les-enjeux du débat

(5) Source : Magazine Challenges, 12 novembre 2009.

(6) Garrett HARDIN., The tragedy of the Commons, Science, n° 162, 1968.

(7) Source, Ministère de l’immigration, Info migration, n°6, janvier 2009.

(8) Emmanuelle Béart soutient les mal-logés, Nouvel Observateur, 23 juin 2008.

(9) Hans-Hermann Hoppe Journal of Libertarian Studies, Volume 16, no. 1 (Winter 2002), pp. 75–97. Traduction libre de l’auteur.

(10) Référence

(11) Nouvel Observateur, Régulariser est une forme d'aide aux pays pauvres, 26/02/2007.

(12) Source Usherbrooke, Statistiques démographiques pour la France.

(13) Blog Turgot, Débat : explosion des retraites et implosion de la natalité, produits inéluctables de la social-démocratie, 18 mai 2010, Gilles Dryancour.

(14) Par exemple, Selon le Figaro, : les immigrés maghrébins sont trois fois plus au chômage que les nationaux ».

(15) Source, Insee.

(16) Source Wikipedia, voir chapitre consacré à la dette et aux actifs publics.

(17) Intervention d'Eric Besson lors de la conférence des Ambassadeurs, 25-27/08/2010.

(18) Rapport du Sénat,, Immigration clandestine : une réalité inacceptable, une réponse ferme, juste et humaine, janvier 2005.

(19) Les Echos, 16/09/2010.

(20) Le Figaro, 20 octobre 2010
Commentaires

1. Le mardi 25 janvier 2011, 21:09 par Fucius

Considérations justes et passionnantes, mais qui éludent le principal problème, que M. Teissier du Cros abordait frontalement: L'islam et, plus précisément, la charia.

Selon moi le terme 'immigration' est généralement utilisé, dans le contexte français actuel, comme un euphémisme pour parler d'islamisation, et plus précisément d'islamisme, c'est-à-dire de la charia.

C'est évidemment impropre puisque l'islam pose essentiellement les mêmes problèmes chez les français de souche que chez les immigrants Arabes; et que les immigrants ne sont pas tous musulmans - du reste on ne parlerait sans doute pas de lutte à l'immigration s'ils étaient tous chinois ou vietnamiens.

La gestion illibérale et économiquement inepte de l'immigration indigne sans effrayer.

L'immigration musulmane, et l'islamisation qu'elle entraîne chez le 'peuple autochtone', comme on dit au Canada (les souchiens), suscite, elle, l'alarme.

Et les arguments de M. Tessier du Cros ne font que transformer cette alarme en panique.
Ce point de vue très répandu (d'où la panique) est catastrophique.
Il consiste à considérer que nos institutions sont un roc sur lequel notre société est solidement et définitivement fondée. Pire, il prétend que le christianisme, notre ancienne religion, est essentiellement similaire à l'islam, ce qui prouverait que nos institutions sont efficaces contre les 'dérives' de ce dernier.

La réalité selon moi est tout autre, et l'erreur de diagnostic si gigantesque qu'elle mène à l'autodestruction.
En effet nos institutions ne sont pas une rupture avec notre culture chrétienne, elles sont le produit de cette culture et du temps.
L'islamisation de notre culture, qui crèverait les yeux d'un voyageur temporel provenant des années 60, déracine donc nos institutions.

L'existence d'un État détenteur du monopole de la force, la démocratie, la séparation des pouvoirs, la liberté de religion et d'expression, sont formellement ou en germes dans les textes chrétiens, ou, au minimum, n'y contreviennent pas. En revanche toutes ces notions sont contraires aux références islamiques les plus sacrées.

Ainsi, toute institution islamique a la faculté d'émettre des fatwas condamnant tel ou tel à mort, et appellent les bons musulmans à exécuter la peine.
Par exemple Rushdie, les caricaturistes danois, ou Mohamed Hegazy, un Égyptien ayant officiellement demandé à l'État de son pays de reconnaître son choix d'embrasser le christianisme (fatwa émise en 2007 par la mosquée Al Azhar, autorité la plus respectée de l'islam sunnite).

De cela il résulte que l'autorité religieuse musulmane s'arroge les prérogatives d'État et concentre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, ce qui définit l'absolutisme. Comme les textes musulmans de référence affirment que la compétence islamique est sans limite, il s'agit d'un totalitarisme.

Les manifestations de ce totalitarisme sont devant nos yeux: La plupart des individus actuellement menacés pour avoir exprimé une opinions le sont par des fatwas.
Une grande partie de nos contemporains sont privés de la liberté de religion par les régimes islamiques.
La Bible leur est interdite, formellement ou pratiquement - un autodafé permanent.

Les institutions sont fondées sur les valeurs et non l'inverse.
C'est pourquoi la Déclaration des droits de l'homme est le préambule de notre constitution, et la prééminence de la charia celui des institutions de pays musulmans.

C'est pourquoi il existe un pendant musulman de la déclaration universelle des droits de l'homme, qui n'est donc universelle que de nom.
L'exstence même de la déclaration des droits de l'homme en islam, document officiel de l'OCI (tous les pays musulmans), prouve que nos institutions son nulles et non avenues du point de vue musulman.
Dès lors l'islamisation, donc l'immigration musulmane, est subversive.

Les musulmans qui viennent chercher refuge contre l'islamisme sont inconséquents: Ils fuient des effets dont ils propagent la cause.
Les occidentaux qui se félicitent de leur apporter les bienfaits de nos institutions et de nos valeurs les invitent cordialement à cultiver ici, et sous leur protection bienveillante, le contraire de ces valeurs et de ces institutions.

La déroute de la neutralité de l'espace publique (en général) est sous nos yeux: Les manifestations ostensibles d'adhésion à l'islam sont maintenant partout en permanence. Les métiers de la restauration, de l'enseignement, de la santé, de gardien de prison, de la banque etc. sont de plus en plus bouleversés par l'application de normes islamiques, dont la source est la même que celle de toutes les lapidations du monde actuel.
Comment peut-on demander aux infirmiers de ne jamais toucher à mains nues un exemplaire du coran en arabe ?!?
Jusqu'où ces histoires de mépris d'autrui iront-elles ? Jusqu'à l'horreur si on considère les pays plus avant dans l'islamisation: Au Pakistan, un chrétien a été lynché pour avoir bu du thé dans une tasse pour musulmans.
À méditer devant l'essor de du hallal ici...

Ronald Reagan est plus d'actualité que jamais:

Freedom is never more than one generation away from extinction. We didn't pass it to our children in the bloodstream. It must be fought for, protected, and handed on for them to do the same.

Don't be afraid to see what you see.

Facts are stubborn things.

A tree's a tree. How many more do you need to look at?

One picture is worth 1,000 denials.

Trust, but verify.
2. Le mercredi 26 janvier 2011, 09:16 par Gilles Dryancour

Merci à Fucius pour votre très long commentaire qui vaut presque un article.
D'une certaine manière vous répondez davantage au papier de Teissier du Cros qu'au mien.
Permettez-moi de préciser le sens de ma démarche. Ce que j'ai essayé de faire, c'est de déterminer le cadre conceptuel par lequel ceux qui se réclament du libéralisme devraient aborder les flux migratoires.
Cela m'a conduit, par exemple, à mettre de côté mes préférences individuelles, en la matière, pour concentrer mes réflexions sur la méthodologie.
Personnellement, je crois que les droits de propriété seraient mille fois plus contraignants que n'importe quelle politique publique pour encadrer l'immigration.
Comment expliquez-vous en effet que l'immigration était quasiment nulle (malgré le discours offciel) du haut moyen-âge à la fin du XIXe siècle, alors que l'Etat était beaucoup faible qu'aujourd'hui ?
La raison en est toute simple : les immigrés n'avaient pas d'espace public où s'installer et les individus étaient liés par leur culture qui n'était pas très favorable aux mouvements de population (Le simple fait d'être du village voisin faisait que l'on était déjà mal considéré).
Aujourd'hui cette culture a été remplacée par les canons enseignés par l'éducation ''nationale''.
Avec la restitution des droits de propriété, vous pourriez exercer votre préférence individuelle pour ou contre tel type d'immigration sans déléguer ce droit aux hommes de l'Etat. Un droit dont vous êtes privé désormais. Pensez-y.
Historiquement, je ne partage pas votre analyse sur ce point :
' L'existence d'un État détenteur du monopole de la force, la démocratie, la séparation des pouvoirs, la liberté de religion et d'expression, sont formellement ou en germes dans les textes chrétiens, ou, au minimum, n'y contreviennent pas.'
Le propre d'une religion monothéiste révélée est de ne pas accepter la séparation de l'Eglise et de l'Etat car sa vision du monde est mono-centrique. L'église catholique n'échappe pas à cette règle. Elle a longuement contrôlé la société civile en Europe. Ce qui a amené, bien avant la révolution française, les princes européens à s'opposer à elle pour satisfaire leur propre libido dominandi (comme Henri VIII et Louis XIV par exemple). Sans compter les Etats et provinces gouvernés par l'Eglise et les privilèges juridictionnels dont elle jouissait. (Il faut toutefois admettre qu'après la chute de l'empire romain, elle était la seule force de cohésion sociale qui demeurait, ce qui l'a conduit à s'imiscer dans la gestion de la Cité)
La différence entre le catholicisme moderne et l'islam me semble être que le premier est devenu une religion du doute, tandis que le second reste une religion des certitudes avérées.
Ainsi, l'église repentanté de 2010 réhabilite Galilée qu'elle a condamné en sans le moindre doute en 1633. Il n'est pas certain que si elle n'avait pas été séparée de l'Etat, elle aurait procédé à une telle réhabilitation.

Belle citation de Reagan. Certainement, un homme selon notre goût. Plus on découvre l'homme, plus on l'apprécie.
Bien à vous,
GD
3. Le mercredi 26 janvier 2011, 22:47 par Fucius

Une rapide mise au point à propos de Galilée avant de revenir au sujet plus tard:

Cette histoire emblématique de l'obscurantisme catholique est fort méconnue, et le résumé qui en circule est trompeur.
Remarquons tout d'abord que l'idée qu'on se fait de l'obscurantisme chrétien contredit le constat du progrès scientifique en Occident, et qu'une théorie contredite par les faits devrait être mise en doute, du moins si on n'est pas obscurantiste...
Gregor Mendel était moine, Darwin avait 'la foi d'un évêque' en rédigeant 'De l'évolution des espèces', Pascal était janséniste, et il n'est pas sûr que Galilée apprécierait sa postérité d'étendard de l'anticléricalisme.

Il était normal que Galilée réponde de sa théorie héliocentrique devant l'Église: Toutes les idées ont une histoire, même celle de distinction entre science et religion.
L'obscurantisme est normal, notre époque n'en est pas exempte.
En Italie, au 17e siècle, ses tenants allaient inévitablement utiliser la religion chrétienne contre Galilée, ou du moins essayer de le faire.
Il faut rappeler que leur thèse, le système ptoléméen, n'avait rien de chrétien lui non plus.

L'Église fut donc amenée à se prononcer sur la thèse héliocentrique de Galilée en 1616, et elle refusa de trancher, exigeant simplement de Galilée qu'il présente dorénavant sa thèse comme une théorie et non une certitude.
Et objectivement, c'est bien ce qu'elle était.
Il faut ici souligner que Galilée n'était pas infaillible: Il fut impliqué dans des controverses scientifiques où il avait tort.

Le second procès, en 1633, fut consécutif à une tentative de vulgariser les thèses héliocentriques au moyen d'un livre, et sous la forme d'un dialogue entre tenants des deux systèmes. C'était donc autrement audacieux et provoquant pour le camp adverse.

Or le pape en fut vraiment l'initiateur: C'est lui qui demanda en 1620 à Galilée de rédiger ce dialogue didactique.
Il n'est pas étonnant qu'une entreprise de vulgarisation sur un tel sujet se soit heurtée à une résistance plus forte.
Mais c'est aussi à cause d'événements malencontreux et de l'énorme maladresse de Galilée que l'entreprise échoua.
Il y a donc lieu de penser qu'il s'en fallut de peu qu'elle ne réussît.

Conclusion:
Cette affaire n'établit pas du tout une tendance chrétienne ou catholique à engendrer ou promouvoir l'obscurantisme. Cet épisode est plutôt un accident de parcours dans une marche vers le progrès et la science qui semble avoir bénéficié d'un contexte pour le moins favorable dans l'Occident chrétien, si on le compare au contexte historique global de l'époque plutôt qu'à l'époque moderne.

– Envoyé à l'aide de la barre d'outils Google"

Liste de partage de girtabaix

Followers

There was an error in this gadget

About Me

My photo

vit et travaille à aix en provence, ancien des services de secours ;

Blog Archive

There was an error in this gadget